Bertrade de Laon

Publié le par gentle13

Bertrade de Laon

Voilà l'histoire à mon sens devient plus intéressante, nous allons faire connaissance avec les reines Carolingiennes, c'est femmes qui ont été mères et femmes de roi. Elles ont données naissance au grands roi que notre histoire a retenue dans les manuels scolaires et tous les livres et biographies historique.

Bertrade de Laon, ou Berthe de Laon, traditionnellement appelée Berthe au Grand Pied, née vers 720, morte le 12 juillet 783 à Choisy-au-Bac près de Compiègne 1, est une aristocrate franque de l'époque carolingienne, épouse de Pépin le Bref et mère de Charlemagne.

Il est attesté au XIIIe siècle par le poème d'Adenet le Roi, Li roumans de Berte aus grans piés 2.

L'origine pourrait être que Bertrade ait été affligée d'un pied-bot 3, bien que cela ne soit pas évoqué dans Li roumans… Il est possible aussi qu’il s’agisse de la reprise d’une légende très ancienne liée à une déesse germanique, Perchta, ce défaut étant attribué à d’autres reines réelles ou fictives nommées Berthe, ainsi qu’à plusieurs saintes chrétiennes et à la mythique reine Pédauque4,5. Pour Carlo Ginzburg, cette caractéristique d'« asymétrie déambulatoire » qu'on retrouve dans de nombreux mythes et légendes d'Europe et d'Asie signale un être qui fait le lien entre notre monde et l'autre monde 6. Antonio Pasqualino, reprenant cette idée, considère que décrire ainsi la mère de Charlemagne contribue à sacraliser la puissance de ce dernier 7.

Le mariage de Bertrade avec Pépin pose un certain nombre de problèmes.

La documentation contemporaine, étudiée par l'historien Léon Levillain10 (1870-1952), reprise ensuite par Christian Settipani11 cite Bertrade comme unique épouse12 de Pépin le Bref. Certains écrits indiquent cependant que Pépin a d'abord été marié avec Leutburgie ou Leutberga dont il aurait eu cinq enfants13, totalement inconnus par ailleurs. Cette légende de première épouse vient peut-être de Li Roumans de Berte aus grans piés, dans lequel l'auteur donne effectivement une première épouse nommée Leutburgie à Pépin.

La date de leur mariage a été sujette à discussion. Les Annales de Prüm mentionnent 743 ou 744 et les Annales de Saint-Bertin, écrites une centaine d'années plus tard, indiquent 749[réf. à confirmer]14. En tout cas, Pépin n'est alors que maire du palais.

La date de la naissance de Charlemagne15 a également été sujet de discussion. Selon Eginhard16, dans sa Vita Caroli, Charlemagne avait soixante-douze ans à son décès en 814. Mais il est apparu qu'il paraphrase la Vie des douze Césars de Suétone, ce qui rend son témoignage incertain. En 755, un clerc irlandais du nom de Cathuulf rappelle à Charlemagne que tout le clergé s'était mis en prière pour que le roi et la reine aient un enfant : cela suppose une naissance forcément légitime, pour que le clergé fasse une telle action et plusieurs années après le mariage. Les Annales Petaviani donnent la date de 747, mais elles précisent également que Charlemagne est né après le départ de son oncle Carloman pour Rome, évènement qui a eu lieu après le 15 août 747, car à cette date Carloman signe une charte en faveur de l'abbé Anglinus de Stavelot-Malmédy17. De plus, en 747, Pâques tombe le 2 avril et les chroniqueurs n'auraient pas manqué de signaler cette coïncidence. C'est pour ces raisons que la naissance de Charlemagne est probablement à dater du 2 avril 748, et le mariage de ses parents à 743 ou 74418.

Elle donne naissance à Carloman en 75119, l'année où Pépin le Bref devient roi des Francs après la déposition du dernier roi mérovingien Childéric III. Elle est couronnée avec son mari à Soissons20.

En juillet 754, lors du sacre de son époux à Saint-Denis21,14, elle reçoit la bénédiction du pape Étienne II, ainsi que Charles et Carloman.

Dotée d'un caractère doux et affable, Berthe est très active pendant le règne de son mari à qui elle donne souvent des conseils[réf. nécessaire]22.

Cependant quelques années plus tard, Pépin le Bref envisage de la répudier pour des raisons non connues, mais le pape s'y oppose23. Selon Settipani, Pépin voulait épouser une femme nommée Angla, fille de Theodrade19.

Berthe a inspiré le trouvère Adenet le Roi, qui écrit en 1270 Li Roumans de Berte aus grans piés. Dans ce poème en alexandrins, il est question d'une substitution lors du mariage de Pépin, qui est trompé et épouse une fausse reine, ressemblant étonnamment à sa promise Berte, princesse de Hongrie. Cette dernière est finalement reconnue grâce à la longueur de ses pieds.

« Berte au grant pié » est également citée dans la Ballade des dames du temps jadis de François Villon, dans la troisième strophe :

« La reine blanche comme lis,
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Biétris, Alis,
Haremburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen
Où sont-ils, Vierge Souveraine ?
Mais
où sont les neiges d'antan ? »

Le 21 octobre 2014, Rémi Usseil publie Berthe au grand pied, une chanson de geste moderne librement inspirée du poème d'Adenet le Roi (Les Belles Lettres)

Bonne lecture ami(es) lectrices et lecteur, j'espère que vous apprécierez ces instants de convivialité que j'affectionne particulièrement. Ça me permet de partager mes gouts littéraires avec vous

Commenter cet article