Mahaut d'Artois

Publié le par gentle13

Mahaut d'Artois

Mahaut D'Artois, était une femme de pouvoir, petite nièce de Louis IX "dit Saint Louis". Blanche de Castille dont j'ai déjà cité, épouse le roi Louis VIII de France, à qui elle donne douze enfants. Ici seulement un m'intéresse c'est Robert 1er d'Artois, il épouse Mathilde de Brabant avec qui il a deux enfants: Blanche et Robert II d'Artois qui en 1262 épouse Amicie de Courtenay (1250-1275) qui lui donne à sont tour deux enfants dont Mahaut d'Artois (1268-1329). Le 9 Juin 1291 elle sa marie avec Othon IV de Bourgogne avec qui elle aura deux filles et garçon Robert mort à l'âge de 15 ans. Les deux fille prénommèrent Jeanne II et Blanche de Bourgogne. Jeanne II épousa en 1307 à 16 ans le futur roi Philippe V de France" dit le long" tandis que blanche, elle, épousa à l'âge de 12 ans le futur roi Charles IV de France, tous deux 2e et 3e fils de Philippe IV le bel.

En 1309 son neveu Robert III d'Artois lui fait un premier procès, qu'il perd, devant la cour des pairs du roi de France pour essayer de récupérer son héritage du comté d'Artois.

En 1314, Blanche de Bourgogne est condamnée pour adultère avec Gauthier d'Aunay sans avoir donné d'héritier mâle à Charles IV de France.

Le fils aîné de Mahaut, Robert de Bourgogne, meurt à l'âge de 15 ans en 1315, et sa fille Jeanne II de Bourgogne hérite du comté de Bourgogne.

En 1316, Robert III d'Artois organise une insurrection du comté d'Artois contre Mahaut, qui fait face.

Robert III d'Artois fait un second procès à Mahaut en 1318 devant la cour des pairs du roi de France pour récupérer le comté d'Artois, son héritage légal. Il est débouté. Lors d'un nouveau procès intenté dix ans plus tard, la mise en évidence du faux fourni par Jeanne de Divion fait perdre à Robert son procès. Jeanne de Divion est condamnée au bûcher, et Robert dépossédé de tous ses biens et banni en 1332.

Philippe V de France meurt de dysenterie et de fièvre le 3 janvier 1322 à Longchamp, près de Paris, sans héritier mâle. Son frère Charles IV de France lui succède et est sacré roi de France à Reims le 21 février. Blanche de Bourgogne devient reine de France tout en étant en prison pour adultère, et son mariage est annulé le 19 mai par le pape Jean XXII. Elle finit sa vie dans l'abbaye de Maubuisson près de Pontoise, où elle meurt en avril 1326.

Le 1er février 1328, Charles IV de France, dernier des trois fils de Philippe IV de France, meurt sans héritier mâle à Vincennes, ce qui marque la fin de la dynastie des Capétiens directs et pose un problème de succession au royaume de France, résolu par l'assemblée des barons qui désignent Philippe VI de France (neveu de Philippe IV le Bel) comme successeur de Charles IV. D'où les rois maudits

Le roi Édouard III d'Angleterre, fils d'Édouard II d'Angleterre et d'Isabelle de France (la dernière fille vivante de Philippe IV le Bel), encouragé par Robert III d'Artois et appuyé par les ducs de Bourgogne, revendique le trône de France, ce qui déclenche la guerre de Cent Ans entre la France et l'Angleterre.

Je vous recommande vivement ce livre passionnant que vient de finir de lire.

Le destin de Mahaut, comtesse d'Artois et de Bourgogne, immortalisé par les écrits de Maurice Druon et par deux fois porté à l'écran, est remarquable. Petite-nièce de Saint Louis, cousine, marraine et belle-mère de roi, Mahaut d'Artois est en effet l'un des plus puissants personnages du royaume de France dans la première partie du XIV e siècle. Éduquée à la cour, elle accède en 1302 à la tête du comté d'Artois, un apanage sur lequel elle impose son autorité à l'aide d'un entourage fidèle et compétent. Elle doit cependant faire face à plusieurs contestations et, surtout, aux ambitions de son neveu Robert d'Artois qui menacent sa légitimité. Le scandale de la tour de Nesle, la révolte nobiliaire, l'accusation d'empoisonnement dont elle fait l'objet, la mort de son fils, héritier du comté, sont autant d'épreuves qu'elle surmonte pour conserver sa place sur l'échiquier politique. L'ampleur de son mécénat et de ses œuvres de piété contribue également à faire de Mahaut d'Artois, contemporaine des " rois maudits ", une personnalité d'exception. Christelle Balouzat-Loubet lui rend ici toute sa lumière, délaissant le fantasme pour nous donner à comprendre la réalité d'une femme de pouvoir au Moyen Âge.

Commenter cet article