L’ermite

Publié le par gentle13

Il y a longtemps que je n’ai plus écris !

Il y a longtemps que je ne suis plus venu par ici aligner quelques mots, c’est ça le terme que j’avais déjà employé fut un temps, il m’était sortis de la tête, et voilà qu’aujourd’hui il resurgit du passé. On ne s’improvise pas écrivain, on l’est ou pas, on a cette fibre enfoui en nous et un jour pour on ne sait quelle raison elle surgit se fraie un chemin jusqu’à notre conscience et la magie opère alors !!!

Je ne suis pas écrivain ni poète, j’aime juste les mots, le verbe. Je viens griffonner sur une page vierge quelques mots qui me trottent dans la tête qui, pour certains (dont moi) n’ont aucun sens et pour d’autre peut être sont intéressant, en fait je suis un aligneur de mot rien de plus rien de moins

J’en ai pleinement conscience, mais ce n’est pas grave mon plaisir n’en est pas moins grand. Je soliloque comme un vieux fou, sa voix résonne forme un écho qui vient briser le silence et sa solitude.

La solitude on la cherche ou la subit, pour certain c’est un remède pour d’autre une maladie. Moi je navigue entre les deux, d’une eau calme est apaisante à la fureur d’une rivière déchainée par des vents violent qui charrie des déchets de toute sorte. Ce sont mes déchets que je charrie, que je transporte dans un coin de ma tête et, quand là-haut ça bouillonne un peu trop fort quand ça cogne à en m’en faire péter le cerveau je les déposent avec plus ou moins de force sur le papier. Une fois le calme revenu dans ma tête je lis ce que j’ai écrit et là je me désespère ou je ris de ce que je lis.

J’ai parcouru le monde, sauté d’un nuage à un autre sans vraiment savoir où j’allais, j’ai erré de port en port, navigué sur les océans du monde en cherchant l’impossible. De détour en détour je me suis perdu, forcément sans guide ni boussole, on ne peut que s’égarer dans les méandres de la vie. L’existence n’a de sens que si on a un but, soit, mais quel est-il ? Pour certains dont moi c’est d’être simplement heureux et d’être en harmonie avec soi-même d’abord dirais-je, pour d’autres c’est différent.

Mais j’ai malgré tout le sentiment de tourner et retourner dans ma tête toujours les mêmes mots les mêmes phrases sans jamais rien inventé de nouveau qui viendrais me sortir de cette routine du déjà dis.

N’allait pas croire que l’herbe est plus verte ailleurs, n’en croyez rien, ce n’est juste qu’une illusion, une vue de l’esprit qui vous fait perdre votre bon sens. Sortez cette idée de votre tête, vous êtes là où vous devez être à vous de vous s’y accommoder. Le secret du bonheur s’il existe c’est d’abord de s’aimer soi-même, de ne rien désirer et de s’en remettre à la providence. « Aucune paix n'est possible tant que le désir nous assaille continuellement. » « C'est le désir avide donnant lieu aux nouvelles renaissances qui, lié au plaisir et à la convoitise trouve toujours ici ou là de nouveaux délices. »

Du désir né la souffrance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article