Le pèlerin de l’amour

Publié le par gentle13

Je suis un pèlerin, je suis un ermite à l’amour contrarié. J’erre dans cette vie comme un fantôme qui se refuse à quitter ce monde parce qu’il a laissé l’amour de sa vie. Il est tourmenté…

Je suis comme ce fantôme, je ris je pleure mais je ne vis pas, je suis là sans y être, ma tête et mon corps sont d’une autre époque, celle-ci révolue …hélas. Mais je m’accroche, je me bats chaque jour pour trouver une raison valable d’en finir et de quitter ce monde. Mais heureusement ce n’est rien d’autre qu’un cauchemar qui me réveille souvent la nuit. Mais il y a une chose de vrai dans tout ça je suis un pèlerin, presque un vagabond qui parcours le monde à la recherche de la vérité ou d’un idéal philosophique qui me rapprochera de ce but tant rechercher : Pourquoi suis-là, que suis-je venu faire ici-bas et dans quel but ? Ce sont des questions existentielles, que comme d’autres, je suppose, se posent. Pour moi elles sont obsédantes, cela fait des décennies qu’elles me triturent l’âme. Et je sais que je n’aurais jamais de réponse, peut-être seulement à ma mort le saurais-je enfin… Et encore, y –a-t-il une vie après la mort ? Je me plais à le croire autrement à quoi cela sert ?

Pour l’instant et pour demain, je me dois de vivre le moment présent, comme tout un chacun et je ne fais pas exception à la règle. Je lis j’écris j’existe, oui, mais cela m’apaise-t-il ? Non pas du tout.

On dit que la vérité nous libérera, je ne crois guère à cet adage, le poids de nos fautes nous hantera toujours et rien de ce que nous pourrons dire ou faire parviendra en nous en libérer. Car ce qui est fait et fait… en mal comme en bien on ne peut pas revenir en arrière ni défaire ce qui a été fait. La réflexion est une précaution, une mise en garde contre les erreurs à ne pas ou plus commettre. On ne rattrape pas le temps perdu, mais on peut arrêter de perdre du temps.

Je ne crois pas à la réalité d’aujourd’hui seulement aux légendes et mythes du passé, car dans chaque légende il y a un fond de de vérité.

Commenter cet article