Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Bûcher de Montségur: (16 mars 1244)

Publié le par gentle13

Le Bûcher de Montségur: (16 mars 1244)

L'homme est un être double, à deux faces, il est capable du pire comme du meilleurs. Mais, hélas, l'histoire nous a souvent démontré que l'homme peut être un monstre sanguinaire sans aucun scrupules et aucun état d'âme. Quoique nous faisions nous ne pourrons échapper à notre nature nous sommes des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire. Montségur n'est qu'un exemple parmi des milliers d'autres qui nous ne fait pas honneur...Loin de là

En ce temps-là le Languedoc était pour l'Eglise un danger : ses chefs y toléraient la religion cathare. Pour la France du Nord et la monarchie capétienne, cette province riche, jalouse de son indépendance et de sa culture, mais désunie, était une proie convoitée.
Quand le pape Innocent III, en 1209, prêcha la croisade contre l'hérésie cathare, commença une longue guerre de conquête : armées de croisés, puis armées royales déferlèrent sur le Languedoc. Les efforts conjugués de la royauté, de la Papauté et de l'Inquisition eurent raison de la résistance occitane.
Le 16 mars 1244, Montségur, dernier sanctuaire du catharisme, tombait après un siège de dix mois. Dans une Occitanie annexée à la couronne, il n'y eut plus de tentative de révolte religieuse ni nationale.

Publié dans mes livres

Partager cet article

Repost 0

Ego et conscience

Publié le par gentle13

Je n’ai pas vu le danger arrivé écrivit il trop obnubilé par mon ego, mais j’ai vu l’arrivé de la nuée blanche puis grise puis noire et sombre comme les ténèbres du jugement dernier.

Priez et repentez-vous, surtout ne prenez pas ses mots à la légère ils ont plus de force que vous ne croyez !

Quand les dernières lumières s’éteindront, le temps nous sera compté et nos erreurs révélées. Il ne sera plus question d’orgueil ni de vanité.

Pas plus d’argent que de pouvoir rien de tout cela nous servira ce jour-là nous partirons sans bagages vers un ailleurs…

Où dis-tu ?

Vers un ailleurs d’où l’on ne revient pas !

Mais où est-il ? Je suis comme saint Thomas je ne crois que ce que je vois.

C’est bien dommage, il existe de par le monde des choses magnifiques que tu ne verras peut être jamais mais ce n’est pas pour autant qu’elles n’existent pas.

Je sais ce que tu vas me dire : Ce n’est pas comparable ! Je suis d’accord avec toi.

Mais le fait est que tu te trompes : la réalité ne dépend pas de ce que nous voyons mais de ce que nous sommes ici et maintenant.

Je ne comprends rien à ce que tu racontes.

Ce n’est pas bien grave je t’explique :

La réalité est souvent déformée par le prisme de notre conscience et notre raisonnement faussé par le poids de notre héritage culturel.

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

Le Viel ermite

Publié le par gentle13

Il était une fois à l’orée d’un bois.

Vivant là depuis l’aube des temps, un immortel que les Dieux d’antan ont tant aimé. Mais il vivait là ses derniers temps. Son époque étant révolue il devait partir.

Il était vieux, il était sage, le visage ridé par les années, fatigué par la besogne incessante, les allées et venues des pèlerins venus le consulter pour toutes sortes de conseils avait eu raison de sa santé.

Son âge ? Difficile à deviner ! Mais c’est sans importance, tout ce qu’il voulait c’était s’assoupir et ne plus se réveiller, un sommeil éternel et sans rêve.

Seulement chaque matin il se réveillait, apparemment on ne voulait pas lui accorder ce repos bien mérité !

La question est pourquoi ?

Qu’a-t-il fait pour mériter pareil châtiment, les Dieux d’antan ne lui ont rien dit, ils l’ont laissé là abandonné et livré aux hommes pétri de scrupule de méchanceté et d’hypocrisie.

Tel est le monde dans lequel il doit survivre, un monde noir triste et sans espoir c’est du moins comme ça qu’il le voit, avec ses yeux d’un autre temps. Un temps où les hommes était proche de la nature et vivait en bonne harmonie.

Aujourd’hui voilà où nous sommes :

Un acte gratuit, la volonté d'aider l'autre, de partager leurs semble totalement étranger et même louche, cela cache une volonté de faire de l'argent, c'est forcé il y a un truc. Même les actes les plus anodins sont source de méfiance, aider une personne âgée à porter ses sacs trop lourds (je dois les rassurer, je ne vais pas m'enfuir avec leurs courses), tenir la porte à une personne pour la laisser entrer... Les gens sont sur la défensives, méfiants... les valeurs que j'ai reçu par mon éducation forte classique n'ont plus court ou elles sont perçues comme une duperie (vais-je abuser de la personne âgée sans défense ?, si je tiens la porte c'est que je veux draguer la fille...). J'avais reçu des valeurs qui n'ont plus courts, aider l'autre était la plus belle récompense, où est passé l'esprit chevaleresque, l'honneur, la dignité ?

Aujourd’hui, la nature tend à disparaître au profit du béton, l’eau jadis claire est pure, est contaminé par les pesticides en tout genre, l’air et la terre n’en parlons pas c’est pire encore. Quant à l’homme c’est un animal de la pire espèce, le plus grand prédateur que notre Mère la terre ait porté.

Un cri d’alarme, un cri de détresse, la terre saigne se desséché un jour elle nous fera payer chèrement nos outrages et notre arrogance, tôt ou tard l’homme devra courber l’échine devant sa puissance dévastatrice.

Voilà le discours du Viel immortel qui malgré tout se dit : à quoi cela sert-il, l’homme est sourd comme un pot, tout ce qui compte pour lui c’est son enrichissement personnel et pour d’autres peu importe les conséquences.

On pourra m’objecter tout ce qu’on veut, je n’en démordrais pas, peut être que sur le long terme les solutions existe ou existeront si tant est que les hommes prennent d’autres décisions où agissent avec plus de conviction et moralité et de ne plus considérer l’argent comme étant la seule valeur de notre société. J’ai fait le tour de la question des quantités fois : le statut social, le paraître voilà les valeurs que certains véhicules et font d’eux même des jouets d’une société qui un jour les rejetteront. Il n’y a rien de matériel qui ne dure « ad vitam aeternam »

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

Le baptême de Clovis

Publié le par gentle13

Le baptême de Clovis

Le roi Clovis, l'information que nous livre grégoire de Tours sur ce personnage est fondamentale mais incertaine tout de même, la ate de son baptême n'est pas sûre Mais que sait on réellement de ce roi là ? :

reine Clotilde à Saint-Martin de Tours.

Le baptême de Clovis

Partager cet article

Repost 0

Réalité

Publié le par gentle13

A trop s’écouter on finit par ne plus écouter les autres, sommes nous autant égocentrique que cela ? Je pense que oui !!!

La solitude est une compagne à laquelle je me suis habitué il y a longtemps déjà. Je me suis aperçu que ce n’était pas un lourd fardeau à porter mais juste un léger voile qui rend la vie plus ou moins facile selon les circonstances. Et vous qu’en est-il ?

« Le temps guérit tout…sauf la vérité ». Le temps est un pansement, c’est un baume apaisant qui calme les douleurs, il cicatrise les blessures et met parfois un voile sur nos souvenirs les plus marquants, ceux qui nous ont fait le plus souffrir et qu’on veut par conséquent oublier. Mais la vérité, elle, ne se cache derrière aucun voile elle est comme l’air qu’elle respire omniprésente.

« Le silence pare les sots d’intelligence l’espace d’une minute » mais d’un autre coté un vieux sage hindoue disait : que le meilleur usage qu’on puisse faire de la parole est de se taire Alors que faire ?

Cependant,

il y a des mots qui cajolent, qui caressent, qui cautérisent :

C’est la liberté qu’ils prennent quand ils sont libertins, ils sont sulfureux quand ils sont passionnés et exigeants quand ils sont autoritaires : les mots ne pas tendre quand ils sont justes, ils ne font jamais plaisir mais l’honnêteté est à ce prix. Les mots tus sont comme des pensées qui s’envolent et qui meurent de n’être point dit.

J’ai rêvé tant de fois d’être quelqu’un d’autre que moi-même. Y suis-je parvenu ?

J’ai rêvé tant de fois que j’écrirais un livre qui resterait dans les mémoires des hommes. Y parviendrais-je ?

Je rêve, c’est tout ce dont je suis capable… Mais enfin que dis-je là ! Je suis ce que je pense, mais qui suis-je alors ?

« La routine est la gouvernante de l’inspiration » je glane par ci par là quelques mots, phrases et idées, oh rien d’extraordinaire quoique par moment oui et je trouve dans ce que je lis des phrases auxquelles j’ai déjà pensée mais que je n’aurais pas formulé de la même manière par exemple dans le « jeu de l’ange » je vous livre la troisième phrase : « c’est par les traces d’encres laissées derrière lui, que l’individu que l’on croit voir n’est qu’un personnage vide et que la vérité se cache toujours derrière la fiction » je dois avouer en toute modestie que ce genre d’idée me ressemble quelque peu.

Je m’arrêterais là, pourtant il y a tant à dire et redire que j’en finirais plus d’écrire : Ce que je vois me sidère, ce que j’entends m’exaspère. La fiction à ce mérite là, nous faire rêver, nous faire sortir de ce quotidien qui nous colle à peau.

Par soucis d’honnêteté envers ceux qui me lisent, les phrases entre guillemets ne sont pas de moiRalité

Partager cet article

Repost 0

Honneur et Patrie

Publié le par gentle13

On est en 2012 année de l’oracle ZHOR, le persécuteur de la croix. Le sang a rougie la terre de la vallée, les morts ont enterrés les morts et les vivants pleurent.

La vallée disparaît dans la pénombre. Le seul éclairage qui subsiste est celui de la lune quoique partiellement cachée par les nuages qui s’amoncellent.

Comme à chaque fois cela n’annonce rien de bon, pour les anciens les nuages qui couvrent la lune, est un mauvais présage. Le Grand ZHOR est en colère. Il dit en étendant les bras comme pour envelopper l’univers : « Tu dois conquérir et régner ou perdre et servir »

Il est dit, dans les tablettes retrouvées au fond d’une grotte sur les contres forts de la montagne sacrée, qu’un grand malheur surviendrait ….Lorsque le Grand ZHOR concentrera en un seul pouvoir les quatre bases d’où toutes choses ont pris vit. C’est la coexistence des contraires qui lui permet d’exister. Et le jour est proche, ZHOR le sait, il a vu l’histoire se dérouler : La peur et la soumission, malheur et douleur

Mais aujourd’hui il est mort…

De la souffrance est née l’espérance

De la médisance est née la bienveillance

Mais il est temps maintenant, les mois et les années ont défilés sans que là bas rien ne change vraiment, de la coopération à la corruption il n’y a eu qu’un pas que certains ont franchis allégrement en tirant sur des hommes désarmés

Il est temps maintenant qu’ils rentrent, trop de sang versé trop de larmes amères. Ils se sont engagés, certes, mais pas forcément pour mourir sur une terre étrangère loin des leurs. Bravoure honneur et devoir était leur crédo

Protéger et servir ne font pas d’eux de la chair à canon…

Il est temps maintenant au nom de la REPUBLIQUE une et indivisible qu’ils rentrent mais VIVANT.

Il est temps de fêter dignement leur retour avec tous les égards et éloges qui leur sont dus.

Il est temps de quitter ses terres inhospitalières où ils se font lâchement assassiné.

Plus de sonnerie aux morts mais une MARSEILLAISE retentissante pour marquer leur retour.

Partager cet article

Repost 0

Rumeurs et chuchotements

Publié le par gentle13

Que puis-je dire, que puis-je faire ? Il a rouvert la blessure fermée il y déjà bien longtemps !

Il y a longtemps que je ne suis plus venu que je n’en reconnais plus les lieux, et pourtant…

SOUVENIR

Des gouttes de sueurs perlent sur son front, la peur se lit sur son visage, les ombres menaçantes pèsent désormais sur sa vie. Plus d’échappatoire il est tant d’agir le temps presse et joue contre lui. Le souvenir d’un passé lointain resurgi dans sa mémoire, des gestes qu’il croyait avoir oublié reviennent par automatisme

REVE

Un cri perce la nuit, un cri qui vous déchire les tympans et vous fait froid dans le dos. Celui qui se croit à l’abri se trompe lourdement car nulle part vous l’êtes et nulle part vous le saurez.

REALITE

La nuit j’écris, je lis, je veille

La nuit je m’oublie je laisse la part d’ombre qui est en moi faire son chemin

La nuit je vis quand le monde s’endort, la conscience en éveille, je vois et j’entends ce que le commun ne perçoit pas. Un esprit libre qui plane au dessus du monde, un monde triste, sombre, emprisonné par les mauvaise pensées et actions commises.

RUMEUR

La nuit est inspiratrice, instigatrice, les bruits les sons sont étouffés, on entend un faible bavardage un chuchotement presque comme pour ne pas réveiller le dormeur, la nuit ce n’est pas ce qu’on dit qui compte mais ce qu’on pense derrière ses persiennes. Car la nuit vous change, vous transforme en quelque chose d’autre qui ne vous ressemble pas la journée : Plus d’inhibition, on transgresse plus aisément les lois et les libertés sous le couvert de l’anonymat : la nuit vous n’êtes plus le bon et gentil garçon obéissant aux lois et contraintes d’une vie professionnelle mais un prédateur qui part à la chasse aux proies trop naïves et imprudentes qui se laisse happées par les lumières artificielles et l’alcool qui grise…

Mais attention ce ne sont que des rumeurs, des on-dit tout juste des racontars de la part de gens mal attentionnés et malveillant. Faut pas non plus écouter tout ce qu’on dit, vous savez comme ça se passe les gens parlent pour souvent se rendre intéressant pour combler un manque où je ne sais quoi !

Partager cet article

Repost 0

Alphonse de Poitier

Publié le par gentle13

Alphonse de Poitier

Un personnage dont on parle peu mais qui à marqué son époque, j'ai lu le livre il est excellent et bien documenté. Un personnage important du moyen âge que les livres d'histoire ne parle jamais ou alors très peu et pour cause...

Résumé Biographie historique de ce chevalier et chef militaire, frère de saint Louis. Il se montre brillant lors de la reconquête du Poitou qu'il rend florissant, et lors de la croisade d'Egypte. Il devient l'un des plus grands seigneurs de France avec un territoire englobant le Poitou, une partie de l'Auvergne et le comté de Toulouse. Le comte Alphonse de Poitiers a eu bien du mal à se faire une place dans l'Histoire entre son frère aîné le roi Louis IX, regardé de son vivant comme un saint, son frère cadet, Charles d'Anjou, roi de Sicile, dévoré d'ambition et sa mère Blanche de Castille à l'étouffante personnalité. Les historiens du règne de Saint Louis l'ont ou à peu près ignoré, ou au mieux, présenté comme un administrateur tatillon et grippe-sous, parce que nous avons, par hasard, conservé l'essentiel de ses livres de compte et de son énorme correspondance administrative. Il mérite mieux que cette image peu sympathique. Il fut un chevalier émérite et un chef militaire compétent et courageux comme il le montra lors de la reconquête de son comté de Poitou et plus tard, lors de la croisade d'Égypte, mais aussi un jeune homme amateur de chasse et de belles fêtes et un protecteur éclairé des lettrés de son temps. Devenu le seigneur le plus richement possessionné de France grâce à son apanage comprenant le Poitou et une partie de l'Auvergne, et à son mariage avec l'héritière du comté de Toulouse, il resta néanmoins inébranlablement fidèle aux intérêts de son frère, le roi Louis.

Partager cet article

Repost 0

Les rois maudits

Publié le par gentle13

Les quatre derniers rois capétiens Philippe IV le Bel, Louis X le Hutin, Philippe V le Long, et Charles IV le Bel, laissèrent dans l’histoire une image très négative.

Philippe IV le bel perdu ses trois fils en une douzaine d’année : Louis X mourut en 1316, Philippe V en 1322, et Charles IV en 1328, et comme aucun des trois n’eut de descendance mâle, la lignée capétienne s’éteignit avec le décès de Charles IV, ainsi naquît la légende des rois maudits

Dès le XIVe siècle, le destin tragique de Jacques de Molay inspire des auteurs. Boccace parle de lui dans son De casibus virorum illustrium (Des cas d'hommes illustres) comme parfait exemple d'homme modeste que la Fortune a porté au sommet et dont la chute fut d'autant plus spectaculaire. Cependant, c'est souvent la fin des Templiers et de l'ordre qui marque la littérature et en particulier le bûcher spectaculaire du 11 mai 1310 durant lequel 54 templiers sont brûlés[].

La légende la plus connue et la plus ancienne autour de Jacques de Molay concerne la malédiction qu'il est censé avoir lancée contre Philippe le Bel et les Capétiens. Selon l'historienne Colette Beaune, cette légende est née après un épilogue stupéfiant pour les contemporains de Philippe le Bel : comment le roi le plus puissant de la chrétienté, doté de trois fils, a-t-il pu voir s'achever sa dynastie et plonger son royaume dans la guerre de Cent Ans ? Dans les mentalités médiévales, comment expliquer la chute de cheval, l'adultère de ses brus, la mort précoce de ses trois fils si ce n'est par une raison surnaturelle ? La malédiction est cependant plus souvent attribuée à Boniface VIII, pape dont la mort est imputable à Philippe. C'est au XIVe siècle que la malédiction est clairement formulée. Paolo Emilio rédige par la suite une histoire de France pour le compte du roi François Ier où il met en scène la mort d'un Jacques de Molay maudissant le roi et le pape et les convoquant devant le tribunal de Dieu. Les historiens des siècles suivants reprennent son récit[].

Cette légende s'est maintenue jusqu'à la suite romanesque historique Les Rois maudits, rédigée par Maurice Druon entre 1955 et 1977. Cette suite et ses adaptations télévisées contribuent à populariser encore davantage Jacques de Molay et sa malédiction :

« Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races ! »

Partager cet article

Repost 0

L’histoire de France

Publié le par gentle13

L’histoire de France, notre histoire qu’on en dise. Une vieille histoire qui commence il y a fort longtemps.

Un passé tumultueux, orageux. Une ombre oppressante qui pèse de tout son poids sur notre présent et notre avenir. Un souvenir qui nous hante et nous poursuit depuis la nuit des temps. Nous sommes les artisans de ce monde-là, dans le bien comme dans le mal. Nous en portons encore les stigmates, généalogie et hérédité se mélangent étroitement et nous avons en nous les gènes de nos ancêtres tout comme leurs qualités et leurs défauts. Nous ne pouvons y échapper.

L’histoire est une leçon dont on n’a tiré aucun enseignement, avec le temps on aurait dû apprendre ou tout du moins…comprendre.

Même pas ! Pensez-vous sut été trop bien.

C’est l’histoire des hommes, de l’arrogance et de la bêtise de certains qui ont confondu orgueil et préjugés avec sagesse et prévoyance. Mais je ne veux pas brosser de notre histoire un tableau trop noir. Il y a eu des avancées significatives dans de nombreux domaine.

Interlude

J’ai suivis la voie du milieu je suis arrivé nulle part, je n’étais peut être pas prêt pour ça.

J’ai rebroussé chemin je suis revenu de nulle part, quel est le sens de la vie, quelle est la raison pour laquelle nous sommes nés, pourquoi naître s’il faut mourir ?

Que de questions existentiels mon ami !

Ne peux-tu pas te contenter de vivre tout simplement sans te torturer le cerveau inutilement !

Ben non, que veux-tu je suis ainsi né !

J’en reviens à notre histoire, celle de l’homme à travers le temps, l’histoire de ces grands hommes, roi comme président, qui se sont succédé du moyen âge jusqu’à nos jours et qui ont laissé des traces, visibles encore de nos jours. Mais je constate une chose, l’homme n’a guère évolué dans sa mentalité. Son état d’esprit s’est acclimaté aux conditions qui leur ont été imposés par le progrès scientifique industriel et médical. Fallait survivre et s’adapter à un monde de plus en plus technique qui fait de l’homme un produit plus qu’un être humain fait de chair et de sang. C’est l’ère du robot qui a supplanté l’homme dans beaucoup de domaine. Il n’a aucune contrainte d’ordre physique contrairement à nous. Ni faim ni froid ni soif ni fatigue, pas d’émotion rien qu’une machine programmé pour effectuer une tâche donnée.

Hélas…. Jusqu’au jour où un bing crush (un bing bang à l’envers) viendra tout remettre en question…

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>