Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Division de l'Empire de Charlemagne en 843

Publié le par gentle13

Division de l'Empire de Charlemagne en 843

Voici la carte de la division de l'Empire de Charlemagne entre ces trois petits fils au Traité de Verdun en 843.
On retrouve sur cette carte, l'Empire de Charlemagne décomposé comme suit :

  • En rouge : le Royaume de Charles le Chauve
  • En vert : le Royaume de Lothaire 1er
  • En jaune : le Royaume de Louis-le-Germanique


Traité de Verdun en août 843

À la mort de Louis le Pieux, le 22 juin 840, son fils aîné Lothaire s'arroge sa succession. Ses deux cadets, Louis le Germanique et Charles le Chauve, s'allient et battent leur frère et demi-frère aîné à la bataille de Fontenoy-en-Puisaye en 841. En 842 ils renforcent leur alliance par le Serment de Strasbourg. Lothaire finit par céder et signe avec ses frères le traité de Verdun.

Par le traité de Verdun, conclu en août 843, les trois fils survivants de Louis le Pieux, les petits-fils de Charlemagne, se partagent ses territoires, l'empire carolingien, en trois royaumes. Il est souvent présenté comme le début de la dissolution de l'empire unitaire de Charlemagne, consacrant ainsi sa division, qui s'avèrera en fait définitive. Ce traité est la conséquence de l'application de la coutume franque qui est basée sur le partage de l'héritage entre tous les fils héritiers plutôt que son attribution seulement au fils aîné, en dépit de la règle de primogéniture appliquée chez les Romains.

Division de l'Empire de Charlemagne au traité de Verdun

Partager cet article

Repost 0

Charles VII le Victorieux(1403 - 1461)

Publié le par gentle13

Fils de Charles VI, sa légitimité (contestable selon le traité de Troyes) fut reconnue par les Armagnacs et il bénéficia du soutien de Jeanne d'Arc, dont les victoires sur les Anglais lui ouvrirent le chemin de Reims, où, appelé jusque-là le «roi de Bourges», il se fit sacrer en 1429. L'impulsion donnée par Jeanne se poursuivit après sa mort (1431); ainsi, en 1453, les Anglais ne conservaient plus que Calais. Charles VII fortifia l'autorité royale par la création d'une armée permanente (francs archers, compagnies d'ordonnance) et d'impôts permanents (taille, aides). La pragmatique sanction de Bourges (1438) restreignit le pouvoir du pape sur l'Église de France.

Partager cet article

Repost 0

Armagnacs et Bourguignons

Publié le par gentle13

Armagnacs et Bourguignons

Le conflit entre Armagnacs et Bourguignons, qui revêt d'abord la forme d'une querelle entre les deux princes les plus puissants de la cour de France et dégénère ensuite en une guerre civile, paraît difficilement compréhensible. Ses motifs semblent obscurs. Son déroulement est souvent masqué par les péripéties de la guerre de Cent Ans. En fait, ces événements constituent les signes extérieurs d'une des crises les plus profondes que l'Etat monarchique ait eu à surmonter au Moyen Age. Ce sont deux conceptions de l'Etat qui s'affrontent. Le royaume de France tout entier se partage en deux camps. Le personnage même de Jeanne d'Arc ne peut être évoqué en dehors de ce contexte de guerre civile dans lequel notre " héroïne nationale " a grandi et s'est forgé ses propres convictions. Bertrand Schnerb montre de manière saisissante ce qu'est une guerre à la fin du Moyen Age. L'ensemble constitue un tableau très éloquent de la France au début du XV e siècle. Bertrand Schnerb, professeur à l'université de Lille III, a notamment publié L'Etat bourguignon (1363-1477).

Partager cet article

Repost 0

Charles VI le Fol(1368 - 1422)

Publié le par gentle13

Charles VI dit le Bien Aimé puis Charles le Fol est le fils de Charles V. A la mort de son père, il est sous la tutelle de ses quatre oncles, qui usent et abusent des ressources du royaume. Charles VI les chasse et rappelle les "Marmousets" de son père. En 1392, dans la forêt du Mans il commença à éprouver des crises de folie furieuse. Il est probable qu'il souffrît d'un trouble bipolaire (autrefois psychose maniaco-dépressive). Sa folie provoque la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons qui se disputent le royaume. L'Angleterre reprend les hostilités, et est victorieuse à Azincourt (1415). En 1420, Charles fut forcé de signer le traité de Troyes, qui reconnut Henri V d'Angleterre comme successeur en lieu du fils de Charles, Charles VII.

Partager cet article

Repost 0

Charles V le Sage(1338 - 1380)

Publié le par gentle13

Troisième roi de la branche dite de Valois, Charles V est le fils de Jean II le Bon. Il est le premier héritier à utiliser le titre dauphin, après que son père acquit la province du Dauphiné. Charles doit assurer très tôt la Régence du royaume après la capture de son père à Poitiers. En 1358, le prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel se révolte contre Charles, et il force le roi à fuir Paris, il reviendra après sa mort. L'armée française commandée par Bertrand Du Guesclin bat le roi de Navarre Charles le Mauvais et ses alliés anglais à Cocherel en 1364. Il engage plusieurs travaux pour consolider la capitale. Charles est un patron des arts, et il reconstruit le Louvre en 1367. Il crée aussi la première bibliothèque royale de France.

Partager cet article

Repost 0

Jean II le Bon(1319 - 1364)

Publié le par gentle13

Jean II est le fils de Philippe VI, et le second roi de la dynastie des Valois directs. En 1355, la guerre reprend contre les Anglais menés par Édouard, le Prince Noir et, en 1356, Jean II est battu à Poitiers. Fait prisonnier, il est emmené à Londres. Bien qu'au terme du traité de Brétigny en 1360 la liberté lui soit rendue contre une rançon de 3 000 000 de livres, il revient se constituer prisonnier en 1364 lorsqu'il apprend la fuite de son fils, Louis d'Anjou, otage de l'Angleterre. Irréfléchi et prodigue, mal conseillé, manquant de sens politique, il fut cependant courageux. Le roi Jean II le bon est également à l'origine du franc à cheval.

Partager cet article

Repost 0

Philippe VI de Valois(1293 - 1350)

Publié le par gentle13

Philippe de Valois est le premier roi de la branche dite de Valois. Il était le fils de Charles de Valois, frère cadet de Philippe le Bel. À la mort de son cousin germain Charles IV dit Charles le Bel, en 1328, et en l'absence d'héritier mâle survivant, il fut reconnu roi de France. Cette succession, contestée par le roi d'Angleterre Edouard III, lui-même petit-fils de Philippe IV le Bel par sa mère, fut la cause de la Guerre de Cent Ans. Dès son accession contestée au trône, Philippe s'empresse d'aller écraser les flamands à Cassel (1328). Essayant de mettre main basse sur la Guyenne, il déclenche la guerre avec Edouard III. Celui-ci débarque en France et humilie l'armée royale à Crécy (1346). Le règne de Philippe est également marqué par la Grande Peste. Son fils Jean II le Bon lui

Partager cet article

Repost 0

La guerre de cent ans : Les trois prétendants

Publié le par gentle13

A la mort de Charles IV le Bel, dernier des Capétiens directs, trois prétendants ont des droits équivalents à la couronne :

  • Philippe, comte de Valois : Fils de Charles de Valois, frère cadet de Philippe le Bel. Philippe constitue l'un des chef de file de la féodalité française. Son père aura été très influent au cours des règnes de ses neveux. A la mort de Charles IV, il devient le Régent du royaume, ce qui lui donne un sérieux avantage pour la suite.
  • Edouard III d'Angleterre : Fils d'Edouard II et d'Isabelle de France, Edouard III est donc le petit-fils de Philippe le Bel par sa mère. Mais il est difficile de mettre un noble anglais sur le trône de France, et pourtant à cette époque, la cour anglaise parle le français, héritage de la conquête normande de Guillaume le Conquérant.
  • Philippe d'Evreux : Petit-fils de Philippe III, il a épousé sa cousine Jeanne de Navarre (fille de Louis X). Il est donc devenu roi de Navarre, et revendique la couronne selon les droits de sa femme. Philippe d'Evreux est le père de Charles le Mauvais.

Partager cet article

Repost 0

La guerre de cent ans

Publié le par gentle13

Voilà une page de notre histoire qui est très importante, je ne peux pas passer à côté.

La guerre de Cent Ans est l'un des plus célèbres conflits du Moyen Âge. Elle oppose les rois de France de la dynastie des Valois aux rois d'Angleterre pour la possession du royaume de France. Le conflit peut se diviser en deux périodes au cours desquelles le trône de France est sur le point de basculer sous la tutelle anglaise, avant d'observer une reconquête quasi-totale. A chacune de ces périodes, une figure emblématique, un héros, incarne le sursaut français :

La première période du conflit voit l'Angleterre victorieuse à Crécy et à Poitiers où le roi de France est capturé. Le sursaut français s'effectue grâce au connétable Bertrand du Guesclin et à son roi Charles V.

La seconde période du conflit voit naître une guerre civile : les Armagnacs contre les Bourguignons. Cette lutte favorise l'Angleterre, victorieuse à Azincourt. Le trône est alors promis au roi d'Angleterre. C'est Jeanne d'Arc qui déclenchera le réveil des forces françaises et leur course vers la victoire.

L'origine de la Guerre

Un siècle de lutte entre Français et Anglais

La longue période de lutte entre la France et l'Angleterre, qui est connue sous le nom de guerre de Cent Ans, ne fut pas exactement une guerre, et dura bien plus de cent ans (116 ans : de 1337 à 1453). Cinq rois de France et autant de souverains anglais se trouvèrent successivement engagés dans ce duel. Trois générations entières vécurent dans un perpétuel climat de troubles et de combats. La guerre de Cent Ans se décompose en une série de batailles, séparés par des périodes de paix relative, ou de trêves. Et quand cessaient les combats, les pillages, la famine ou la peste achevaient de ruiner villes et campagnes. Si l'Angleterre ne fut pas épargnée par cette guerre, la France, sur le sol de laquelle se déroulèrent les batailles, fut plus atteinte que sa rivale. Elle finit cependant par avoir le dessus. Mais les deux belligérants sortirent profondément changés de ce conflit séculaire.

Le prochain article sera sur les trois prétendants à la couronne

Partager cet article

Repost 0

La sainte et le pêcheur

Publié le par gentle13

Le voilà ivre de vin trop bu

Le regard troublé et la démarche vacillante

Mains tremblantes et mémoire altérée

Le voilà hagard tombant dans le ru

Il est resté là où il est tombé

Sa mie est là au regard courroucé

Mais avec tendresse l’aide à se relever

En le sermonnant chemin faisant

Honte et dépit

Colère et chagrin

Solitude et désespoir

Leur monde est ainsi fait

Dans la tourmente de leur quotidien misérable

Une parole donnée n’est point reprise

Les voies du seigneur ne sont-elles pas impénétrable

Car celui qui aime choisit.

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>