Il eniger (2)

Publié le par gentle13

Et voilà pour le deuxième, veuillez m'excuser si j'insiste sur cet auteur mais je pense que cela vaut son pesant d'or vu la qualité d'écriture
Gentle13


Le bleu des ronces ou le pacte secret de la lumière

jeudi 1er mars 2007.
 
Fidèle aux Editions Chemins de Plume, Ile Eniger nous propose aujourd’hui un somptueux recueil de textes poétiques :Le bleu des ronces.
Ile Eniger : Le Bleu des ronces
Ile Eniger : Le Bleu des ronces
Editions Chemins de Plume, EAN : 97828495-40398, 12 €
Dans cet ouvrage, je découvre avec joie le regard intérieur de cette artiste à la transparence profonde, sans cesse en équilibre sur le tranchant de la vague.

Cette écriture est un acte d’amour et de foi, et telle une flamme debout, Ile Eniger traverse le quotidien en louve solitaire et sauvage.

Ne nous y trompons pas, l’artiste suit le fil des jours, des gestes habituels, et comme une fée, elle ramasse chaque miette de lumière que l’homme aveugle écrase avec insouciance, prisonnier de son Avoir. Les chemins symbolisent les rencontres, sous l’oeil amusé du carrefour des « hasards » que le temps, avec malice, sème devant chacun de nos pas.

Le poète, conscient de la puissance inébranlable de la vie qui coule dans ses veines, accepte au nom de ce pacte secret, de traverser les buissons de ronces noires. Jamais notre artiste ne reculera face aux dangers. C’est avec son sang que le poète finance sa traversée du monde, car les épines déchirent la peau des heures de celui qui cherche et traque au-delà de l’illusion du visible, le moindre signe magique, le plus petit frémissement divin. Rien ne se donne ici-bas, tout ce conquiert, de haute lutte.

Ile Eniger sait que la poésie habite notre quotidien et qu’il suffit de soulever les paupières du coeur pour découvrir un tout autre paysage ! Mais le poète n’est pas naïf, il n’est pas soumis à une foi car il incarne la recherche permanente de l’amour et de la beauté. En un mot, comme en mille, l’artiste incarne la voix mystérieuse et admirable de la Création. Dépouillées de leurs artifices, de leurs colifichets et de leurs compromissions, les heures nues, comme au premier jour, se donnent au poète qui, en échange, offre l’harmonie de sa parole. Ce recueil est bien un voyage au pays des hommes aux gestes ordinaires où l’artiste cueille, avec une patience inouïe, le nectar de la rose du coeur.

Au milieu des ronces aux mâchoires terribles, juste au sommet de cette jungle infranchissable, se tient un rayon de soleil, et de son regard naît une petite flamme bleue, mais ne serait-ce pas, dans le reflet du jour, les ailes du poète qui traversent nos plaintes familières ?

"T’en souvient-il ce qui des mains aux lèvres, comme un matin tardif dans la chambre d’avril, faisait l’envie de nous plus forte que raison ? T’en souvient-il l’arbre du lit, témoin de frondaisons si hautes, et les veines du large qui nous gardaient du vent ? Et ce bitume gris de lanterne avortée qui passait, repassait aux carreaux des fenêtres. Envieuse, la rue faisait claquer ses pas dans les bruits de la pluie. Nous marchions sur un fil du côté de l’urgence. Dans les draps mélangés, une respiration faisait chose commune. Le temps qui s’enfuyait comme du vin de grappe et ce goût sur la langue précipité d’ivresse, t’en souvient-il ? Une absolue beauté regardait ses enfants incendier la neige."

Publié dans anthologie

Commenter cet article

orchis-moauve 22/02/2008 18:27

Comment trouves-tu de si bons poètes. Celui-ci m'enchanteMerci

Ile 22/02/2008 12:08

Pourquoi dites-vous : "j'hésite sur cet auteur" ?... En tout cas, merci de tout coeur pour la présentation de mes recueils sur votre site très intéressant, j'en suis très touchée.Amicalement,Ile