Amour et raison

Publié le par gentle13

Elle est là debout au bord de l’eau

Elle est là les pieds dans le sable, perdue dans sa contemplation le regard lointain au delà de l’horizon visible par les yeux

Qu’a-t-elle vu qui accapare à ce point son attention ?

Sur le rivage c’est la solitude, la sienne, qu’elle aperçoit qui arrive à grande enjambée  le souffle court le visage rougi par le vent qui fouette et qui pique ses yeux.

Elle se penche et ramasse un caillou, il lourd remarque -t-elle, comme le poids du temps qui pèse sur mes épaules se dit-elle en aparté, comme si elle ne voulait pas qu’on l’entende alors qu’il n’y a que le vent comme seul présence.

Elle le jette au loin un, deux, trois ricochets et le caillou coule à pique sans émotion sans regret. Puis, soudain, une idée émerge dans sa conscience, un simple caillou lui donne la direction à suivre, jeter sa solitude au loin, traverser la mer et retrouver celui qu’elle à toujours aimé

Quitter la terre de souffrance, terre de l’oublie où les promesses meurent avant d’être faites, terre insalubre où l’amour fuie les hommes.

Traverser l’océan et rejoindre la terre de l’espérance, Anna le sait, c’est la seule option qui lui reste fuir la désolation, la tristesse et l’aridité des sentiments.

Anna le sait, elle le fera, l’ultime sursaut avant de sombrer. La vie l’attend là bas et de toutes ses forces elle obligera sa conscience à tenir bon, debout sur le pont comme un soldat qui veille et monte la garde.

Elle est là debout au bord de l’eau, elle a franchit le Rubicon… « Alea jacta est » se dit-elle après réflexion….

Gentle13

Publié dans texte perso

Commenter cet article