Le vistalugua

Publié le par gentle13

13h00

Je me suis promené sur le port j’ai vu les ombres et les visages

13h30

 Les visages ont disparus, restent les ombres !!

14h00

Le temps s’assombrit, les ombres sont toujours là : Inquiétantes ? Plutôt oui… Faut il en avoir quelques craintes, la question est posée devant l’assemblée du petit canton, un petit homme se lève et d’une voix grave empreinte d’autorité naturelle dit haut et fort : Oui c’est même recommandé. Les ombres se faufilent et se diluent sans que rien ne les arrêtent, ni couleur ni odeur même pas de forme tout juste un contour vaguement gris qu’on pourrait les confondre avec la brume matinale.

14h30

Un bruit de cor à nous rendre sourd se fait entendre dans la baie, une couleur vive balaie le port d’un rayonnement intense, bruit et couleur se mélangent pendant un temps indéterminé…

20h30

 Plus rien de bouge, la lumière et le bruit ont disparu, la vie reprend son cours normal sans qu’on sache ce qui s’est vraiment passé ; Alors qu’il s’est réellement passé quelque chose qui n’est pas anodin mais plutôt effrayant Le petit homme à la voix grave le visage baigné de sueur conclut la séance d’un geste solennel : Messieurs Mesdames, je vous remercie d’avoir assisté à cette séance il est 15h45 dit il ! Alors dans un brouhaha de voix et de bruit de chaise, l’assemblée se lève et s’apprête à sortir, quand soudain quelqu’un referma la porte tout affolé et interpella le petit homme d’une voix forte : Quelle heure as-tu dis qu’il était, alors le petit homme regarda sa montre et lui répondit : 15h47 pourquoi ? Et l’autre de répondre aussi sec : explique moi alors ceci et dans un geste théâtral il ouvrit grand les portes et là… le silence se fit. On vit naître sur les visages de chacun l’inquiétude et l’incompréhension. Dehors, il faisait nuit on ne distinguait presque rien du ciel, qui en général était étoilé à cette époque de l’année, hormis cette brume qui n’avait pas lieu d’être. Oh ! Stupeur, que s’est-il donc passé 6 heures se sont envolées !!!

 Dans ce petit canton perdu dans les brumes ou peut être les ombres d’un passé mystérieux plus rien ne sera comme avant…Comme avant quoi d’ailleurs puisque personne n’a jamais entendu ni vu sur aucune carte le nom de ce petit canton : Vistalugua.

13H30

Je me promenais sur le port, il n’y avait ni ombres ni visages. Avais-je rêvé, avais-je eu une hallucination ? Apparemment non, mais sait on jamais ce qui se cache derrière les apparences et ce qui se trame derrière le voile de l’illusion !!! Quoiqu’il en soit le paysage reprit tout d’un coup son aspect habituel. Sauf que je me tenais debout sur une chaise à parler à voix haute dans une langue que je ne connaissais pas et que d’ailleurs vu la tête que faisait les passants eux nous plus ne connaissait pas. Hébété, j’avais du mal à réaliser ce qui se passait, les gens me parlait mais je ne comprenais rien à ce qu’il me disait, puis soudain tout redevient clair dans mon esprit, je perçus les rires et les quolibets je descendis de la chaise et m’enfuis sans demander mon reste.

Le lendemain dans la presse quotidien je lus avec stupéfaction un article où il était question d’un navire qui avait sombré au large des côtes Islandaises avec tous ces passagers, le pire était à venir les mains tremblantes j’avalais péniblement ma salive et continuais ma lecture : D’après le journaliste la capitainerie du port perdu leur signal au environ de 13h30, il tentât désespérément de contacter le commandant du « vistaluga » mais en vain...Silence radio qui sonne le glas

Publié dans texte perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liza Peninon 11/05/2009 05:19

Merci de tout mon coeur Paul, je pleure en relisant ton commentaire . Je suis broyée par le chagrin . J'ai eu 49 ans aujourd'hui ... enfin hier ... sans ma mère ... j'ai perdu trop d'êtres chers très récemment ... et ne pas pouvoir prier pour mon ami Didier est un calvaire de plus ... j'ai craqué devant lui, enfin ... au téléphone, puisque 900 kms nous séparent, j'ai tant vu souffrir mon père ... je vais m'effondrer ... si Dieu m'aide grâce à tes prières - merci de tout mon coeur et de toute mon âme - et si tout se passe bien alors je ferai une dépression pire que celle où je me noie, mais au moins, peutêtre que j'aurai droit à un peu de répit . Seule la vie de ceux que j'aime compte, pas la mienne . Gros bisous et pardon si je suis incohérente, c'est à en perdre la raison, tant d'épreuves ... ma Maman il y a 1 mois ... mon médecin et ami sans lequel je suis en danger ... je suis en perte de repères ... désolée pour tant de détails . De toute mon âme, je te remercie de prier pour mon ami Didier qui a tant souffert dans sa vie . Gros bisous Paul .Liza

Liza Peninon 10/05/2009 05:59

Ca me fait peur, Paul . C'est tellement bien écrit qu'on le vit, étrangement ...Aide-moi, je t'en prie, je ne peux plus prier, ça fait 1 mois que j'ai perdu ma Maman et mon ami Didier va subir un triple pontage coronarien dans quelques jours ... je ne peux plus me battre, je n'en ai plus ni la force, ni le courage ... Trop d'épreuves les unes après les autres, sans répit . Gros bisous .Liza

:0091:+lili+Flore+:0010: 06/05/2009 17:29

Mais ton texte m'a ait froid dans les os. L'apparence est ce que nous acceptons de voir et ce n'est pas toujours la réalité des autres. Très bonne journée; bigs bisous, merci de ton passage pendant cette demie pause

juliette+b 02/05/2009 16:25

Cher Paul, ainsi tu aurais un don... ce;a ne ;'étonne pas tellement.Maintenant essaie de retrouver le navire, au moins les marins