Des mots des phrases des idées

Publié le par gentle13

Il y a le mot qu’on dit et celui qu’on vit

Ente le mot et la phrase c’est un ballet incessant, les uns viennent les autres partent, une chorégraphie volatile où les mots sont suspendu par des liens invisibles.

Il ya les mots qui s’accordent et ceux qui s’entrechoquent, il y a les mots qu’on susurre plus qu’on ne dit, il y a les mots sales (impropres) qu’on tait mais qu’on pense fortement : les mots ne sont pas tendre quand ils sont juste, ils reflètent ce qu’on est.

Il y a le bon mot, celui qui invite à l’humour à la Tendresse à l’Amour, le mot qu’on glisse furtivement à l’oreille de la personne intéressée. Le mot secret, caché, le mot subtil qu’on devine rien qu’à voir la réaction qu’il suscite et le mauvais mot comme le mauvais goût qu’il laisse quand on l’a dit : le regret aussi amer que le fiel !!

Il y a les mots qu’on « escamotent » derrières les sous entendus par timidité ou manque de courage, les mots qui blessent et ceux qui pardonnent, les mots qu’on crie et ceux qu’on chuchote. Mais cela reste un mot un simple mot mais qui a une portée considérable et souvent inattendu. Un mot est un mot, les mots forment des phrases et les phrases des idées. De l’idée au mot il n’y a qu’un pas que certains franchisse allégrement sans tenir compte de l’effet dévastateur qu’ils peuvent avoir.

Le mot est une arme qui provoque bien des maux mais le mot est aussi douceur c’est un baume qu’on applique et qui apaise, il y a le mot caresse le mot qui effleure, qui incite, qui provoque le désir la passion, le mot qui subjugue parce que enveloppé d’une aura particulière mais qui n’est pas perçus de la même manière par tout un chacun. Il y a le mot couleur : vert comme espoir, rouge comme colère, passion, et les mots durs et tranchants comme le fil d’un rasoir que certains manient avec dextérité.

Il y a des mots et des mots une infinité de mots qu’une vie entière ne suffirait pas pour tous les prononcés

Et pour conclure parce qu’il le faut, il y a le mot de la FIN.

Publié dans texte perso

Commenter cet article