Lettres aux amoureux

Publié le par gentle

Nous vivons à demi notre vie si nous la vivons seul(e), être deux c'est aussi supporter les complications, les disputes, le mauvais caractère de l'autre. Je me suis rendu compte qu'à force de vouloir à deux une certaine tranquillité d'esprit je me suis enfermé dans une bulle. J'ai fini par lasser l'autre, vouloir que les bons côtés de la vie c'est vivre sa vie à moitié, c'est laisser sa compagne sur le bas côté de son existence. Des fois c'est un mal pour un bien, des fois non !

Entre le cœur et la raison  il y a souvent conflit et on cherche des motifs plus ou moins sensés
Parfois ils sont justifiés pour quitter la personne avec qui on vit, des fois ils ne sont pas très clairement définis et c'est là que cela pose problème car on ne sait pas soi-même les raisons. On créait des situations qu'on sait pertinemment dangereuse et qui vont amener à prendre des décisions regrettables qui par la même va entraîner une rupture qui normalement n’aurait pas du avoir lieu en tant normal. C’est comme si tout était fait exprès. Imaginez alors la réaction de l'autre qui se trouve confronté à ça ? Comment peut-elle réagir sans se sentir non plus responsable, alors qu'elle n'a fait que subir. Comme j’ai dis on n’a chacun son caractère et on doit composer avec l’autre ; c’est ce qu’on appelle la tolérance !
 
Dans un couple les torts sont toujours partagé, c'est la vie commune qui veut ça, qui n'a jamais vécu ce genre de désagrément dans son couple, combien sont ceux qui sont restés pour affronter ces situations de crise en posant sur la table tous les problèmes rencontrés et par le dialogue essayer de les résoudre ?

Dans beaucoup de situation cela n'est pas justifié, c'est simplement un mouvement de retrait face aux problèmes que l'on rencontre dans son couple, alors au lieu de les affronter on préfère baisser les bras et dans ce cas là la seule solution qu'on trouve juste à ses yeux c'est la fuite. L'abandon de l'être qu'on continue à aimer malgré tout. Tous les moyens sont bons. Ensuite on est peut être trop fier pour faire machine arrière, on s'arrête aux qu'en dira t on, aux quolibets des uns et des autres, on n'a pas envie de passer pour un idiot qui ne sait pas ce qu'il veut. Ce ne sont que des motifs stupides alors que la seule raison c’est qu'on ne veut pas faire l'effort de changer et de comprendre l'autre sans forcément vouloir  se mettre à sa place, tout simplement parce qu'on ne le peut pas. 

 

Alors qu’un rien peut embellir notre vie, faite de chaque jour qui passe un jour nouveau, la vie de couple c’est un combat permanent où il ne doit jamais y avoir de perdant. C’est se battre sans cesse pour surprendre l’autre pour éviter de sombrer dans une routine désastreuse, d’éviter de glisser dans le piège infernal de l’habitude, des manies, des reproches etc etc…

 

Comme souvent on réalise bien trop tard qu’on n'a fait le mauvais choix.

 

Mais la vie ce n'est pas ça.

 

Je me permets donc d’écrire cette lettre à tous les amoureux, les mariés de fraîches dates, les vieux couples qu’il existe bel et bien un antidote et c’est le seul qui guéri bien des maux : C’est l’amour, la confiance, le dialogue, le respect, la reconnaissance de l’autre en tant qu’individu à part entière et non plus en tant que chose acquise ou comme un meuble qui est posé là et qu’on a l’habitude voir sans plus y faire attention. Il n’y pas pire danger que celui qui ne veut pas voir et pas entendre.

Armando

Publié dans texte perso

Commenter cet article