Le Vistaluga

Publié le par gentle13

1912

13h00

Je me suis promené sur le port j’ai vu les ombres et les visages

13h30

 Les visages ont disparu, restent les ombres !!

14h00

Le temps s’assombrit, les ombres sont toujours là : Inquiétantes ? Plutôt oui… Faut il en avoir quelques craintes, la question est posée devant l’assemblée du petit canton, un petit homme se lève et d’une voix grave empreinte d’autorité naturelle dit haut et fort : Oui c’est même recommandé. Les ombres se faufilent et se diluent sans que rien ne les arrêtent, ni couleur ni odeur même pas de forme tout juste un contour vaguement gris qu’on pourrait les confondre avec la brume matinale.

14h30

Un bruit de cor à nous rendre sourd se fait entendre dans la baie, une couleur vive balaie le port d’un rayonnement intense, bruit et couleur se mélangent pendant un temps indéterminé…

20h30

 Plus rien de bouge, la lumière et le bruit ont disparues, la vie reprend son cours normal sans qu’on sache ce qui s’est vraiment passé ; alors qu’il s’est réellement passé quelque chose qui n’est pas anodin mais plutôt effrayant Le petit homme à la voix grave le visage baigné de sueur conclut la séance d’un geste solennel :, Mesdames, Messieurs je vous remercie d’avoir assisté à cette séance il est 15h45 dit il ! Alors dans un brouhaha de voix et de bruit de chaise, l’assemblée se lève et s’apprête à sortir, quand soudain quelqu’un referme la porte tout affolé et interpelle le petit homme d’une voix forte : Quelle heure as-tu dis qu’il était ? Le petit homme regarde sa montre et lui répondit : 15h47 pourquoi ? Et l’autre de répondre aussi sec : explique moi alors ceci et dans un geste théâtral il ouvre grand les portes et là… le silence se fait. On voit naître sur les visages de chacun l’inquiétude et l’incompréhension. Dehors, il fait nuit, on ne distingue presque rien du ciel, qui en général est étoilé à cette époque de l’année, hormis cette brume qui n’a pas lieu d’être. Oh ! Stupeur, que s’est-il donc passé, 6 heures se sont envolées !!!

 Dans ce petit canton perdu dans les brumes ou peut être les ombres d’un passé mystérieux plus rien ne sera comme avant…Comme avant quoi d’ailleurs puisque personne n’a jamais entendu ni vu sur aucune carte le nom de ce petit canton : Vistalugua.

13H30

Je me promenais sur le port, il n’y avait ni ombre ni visage. Avais-je rêvé, avais-je eu une hallucination ? Apparemment non, mais sait on jamais ce qui se cache derrière les apparences et ce qui se trame derrière le voile de l’illusion !!! Quoiqu’il en soit le paysage reprit tout d’un coup son aspect habituel. Sauf que je me tenais debout sur une chaise à parler à voix haute dans une langue que je ne connaissais pas et que d’ailleurs, vu la tête que faisaient les passants, eux non plus ne la connaissaient pas. Hébété, j’avais du mal à réaliser ce qui se passait, les gens me parlaient mais je ne comprenais rien à ce qu’ils me disaient. Puis soudain tout redevint clair dans mon esprit, je perçus les rires et les quolibets, je descendis de la chaise et m’enfuis sans demander mon reste.

Le lendemain, dans la presse quotidienne je lus avec stupéfaction un article où il était question d’un navire qui avait sombré au large des côtes Islandaises avec tous ses passagers. Le pire était à venir les mains tremblantes j’avalais péniblement ma salive et continuais ma lecture : D’après le journaliste la capitainerie du port a perdu leur signal aux environs de 13h30, il tenta désespérément de contacter le commandant du « vistaluga » mais en vain...Silence radio qui sonne le glas.

.../...

Publié dans texte perso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article