Les quatre saisons de la vie

Publié le par gentle13

Il y a longtemps qu’on ne l’a plus vu

Il a disparu un matin au mois de mai et depuis c’est le silence

Silence assourdissant, absence qui dérange.

 

Sur ses épaules pèsent le poids de la solitude

Car celui qui perd espoir doit se sentir bien seul

L’espérance est une compagne bien agréable 

 

Quand on est à l’automne de sa vie

On voit défiler les printemps

On ne peut les attraper, comme du sable, ils nous filent entres les doigts.

 

A l’hiver de sa vie le temps est plus gris

Son ciel est parsemé d’un rayon de soleil

La jeunesse intrusif… mais tolérée,

 

Comme un rappel, un souvenir fugace que l’on fut soi-même un jour au printemps de son existence.

Mais il est un temps pour tout

Publié dans texte perso

Commenter cet article