Robert MERLE

Publié le par gentle13

Je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus quoi écrire. Le doute s'installe.....Je ressens un grand vide comme un abandon qui me laisse orphelin en quelque sorte. J'essai de garder confiance, de garder le moral, ce n'est pas facile de créer quelque chose à chaque fois qui retient l'attention... Mais je persiste en vous présentant un livre d'un auteur que je vous ai déjà présenter

280px-Week-end_a_Zuydcoote.jpg

Ce livre est un roman historique qui narre la vie d'un groupe de soldats français pris au piège dans la poche de Dunkerque, durant deux jours, après la défaite franco-britannique. Ce groupe est composé de Julien Maillat, sergent et personnage principal du livre, de Pierson, curé de profession, d'Alexandre, ingénieur en céramique et cuisinier du groupe, et pour finir, Dhéry, le combinard du groupe. Par la suite, un certain « Pinot » les rejoindra brièvement, avec son fusil mitrailleur MAC 24/29 grâce auquel il tire sur les avions allemands.

Le personnage principal, Maillat, fera plusieurs rencontres tout au long du récit, certaines insolites, dont un homme au tout début du livre, qui transporte une morte jusqu'à la mairie… Maillat se retrouvera aussi dans des situations difficiles, certaines très fortes (il sauvera une jeune fille de deux violeurs) et d'autres cocasses (la rencontre avec le transporteur de mort).

Maillat est un personnage complexe, héros sans en être un, désabusé et perplexe par rapport à la situation dans laquelle il se trouve. Il s'interrogera tout au long du roman, sur pas mal de choses. Il s'interroge vraiment sur la mort et la nécessité de cette « foutue » guerre. Mais on a l'impression qu'il est à la recherche de quelque chose en lui même. Il trouvera cette chose qu'il cherchait, cette sorte de plénitude mais n'aura pas le temps d'en profiter.

Publié dans mes livres

Commenter cet article

O. 08/02/2010 21:50


Tu as rausibn continue.
Je crois qu'il y a une sorte de désamour actuellement dans ler blogs
Peut-être un essouflement de l'indspiration après 4 ou 5 ans d'existence... je le ressens aussi
Bises

J'ai lu autrefois Robert Merle