Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec mes lectures

Saint Louis

Publié le par gentle13

Saint Louis
Le 25 août 1270, Louis IX meurt devant Carthage. Le lent et solennel convoi funèbre qui ramène jusqu'à Saint-Denis les ossements du saint Roi semble présager, avec ses étapes tragiques, l'assombrissement qui va suivre. Et curieusement le déclin des mentalités précède les grandes catastrophes dont sera victime, au cours du XIVe siècle, le royaume de France. S'il est un temps en effet pour lequel on peut employer sans crainte d'exagération les termes trop souvent galvaudés de mutation, d'évolution, de tournant de l'Histoire, c'est bien celui qui suit immédiatement le règne de Saint Louis. À une époque lumineuse, celle que peuvent symboliser pour nous les vitraux de la Sainte-Chapelle, succède un long et angoissant crépuscule.
Ce déclin touche le régime même de la féodalité et les usages régissant alors les relations des hommes entre eux et avec la terre qui les fait vivre; il frappe aussi les fondements de la pensée ou de l'expression artistique. Des changements profonds s'amorcent qui transformeront le visage de l'Occident.

Peut-être un sommet avait-il été atteint, après lequel le déclin était inévitable ? C'est en tout cas l'occasion de constater à quel point sont impliqués et indissolublement liés dans l'Histoire l'homme et l'événement.

Peut-on parvenir au saint Louis vraisemblable ? Telle est la question que se pose Le Goff. Dans cette optique, les témoignages, ceux de Joinville entre autres, font l'objet d'une étude attentive. On découvre alors non un saint roi au destin tout tracé mais un homme en proie à des incertitudes et à des contradictions. La très grande familiarité - l'intimité pourrait-on dire - de l'auteur avec son objet d'étude, lui donnent épaisseur et vie. Le Goff pourtant nous dit être parti d'un problème plus que d'un homme : pourquoi et comment écrire une biographie historique ? De nombreuses réflexions sur le travail de l'historien, sur l'intérêt de la biographie traversent ainsi l'oeuvre.

Tout en redonnant ses lettres de noblesse à ce genre historique, Le Goff réussit à dépasser l'image, forgée par la tradition, d'un roi figé dans sa sainteté. --Gaëtane Guillo

Qui fut Saint Louis ? Peut-on le connaître et, Joinville aidant, entrer dans son intimité ? Peut-on le saisir à travers toutes les couches et les formations de mémoires attachées à construire sa statue et son modèle ? Problème d’autant plus difficile que, la légende rejoignant pour une fois la réalité, l’enfant roi de douze ans semble avoir été dès le départ programmé, si l’on ose dire, pour être ce roi idéal et unique que l’histoire en a fait.

Cette étude approfondie ne se veut – c’est ce qui fait sa puissante originalité – ni la France de Saint Louis ni Saint Louis dans son temps, mais bien la recherche, modeste et ambitieuse, tenace et constamment recommencée, de l’homme, de l’individu, de son moi, dans son mystère et sa complexité. Ce faisant, c’est le pari de fondre dans la même unité savante et passionnée le récit de la vie du roi et l’interrogation qui, pour l’historien, le double, l’habite et l’autorise : comment raconter cette vie, comment parler de Saint Louis, à ce point absorbé par son image qu’affleure la question provocatrice Saint Louis a-t-il existé ?.

Publié dans mes lectures

Partager cet article

Repost 0

Hugues Capet

Publié le par gentle13

Hugues Capet

Hugues Capet est élu roi par ses pairs en 987 suite à la mort accidentelle lors d'une partie de chasse de Louis V, dernier représentant de la dynastie des Carolingiens. Après son élection lors d'une assemblée de ducs et de comtes à Senlis et sur proposition de l'archevêque Adalbéron, il est sacré roi à Noyon et fonde ainsi la dynastie des Capétiens.

Par extension, "capétien" désignera le nom de cette dynastie royale, qui régnera en direct de 987 à 1328, puis par branches collatérales de 1328 à 1848 (sauf interruptions de la Révolution et de l'Empire de 1792 à 1714).

Publié dans mes lectures

Partager cet article

Repost 0