Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

ile eniger

22 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #anthologie

J'ai oublié comme un grand dadais que je suis de vous parler de cet auteure quoique le mot ainsi ne me plait pas : Ile Eniger. Victor Varjac présente sur son site deux de ses livres que je trouve passionnant vu la description qu'il en fait et pour le peu que j'ai lu je recommande à toutes et à tous de se les procurer. Voilà le premier livre Bleu Miel.
Bonne lecture, merci à vous toutes et tous de me suivre dans cette aventure.
Amicalement
Gentle13



Bleu miel ou « l’étincelle des mots »
lundi 24 septembre 2007.
 
Chemins de Plume, petite et vaillante maison d’édition, toujours à l’affût de talents nouveaux ou confirmés, nous propose Bleu miel, un recueil de textes poétiques d’Ile Eniger.
Ile Eniger : Bleu miel
Ile Eniger : Bleu miel
Editions Chemins de Plume, EAN : 9782849540527, 12 €
Cette auteure n’est pas une inconnue et j’ai eu, à plusieurs reprises, le plaisir de présenter ses ouvrages précédents.

Avec Bleu miel titre qui pourrait sembler énigmatique ou surréaliste, Ile Eniger nous entraine à l’orée d’un bois où nait une clairière. En quittant la forêt de son quotidien, l’auteure nous invite à la découverte de son nouveau visage. Il est naturellement celui de l’écriture, mais il est aussi celui de la vie de l’écriture, où les mots sont du sang, de la salive, des sentiments, et où la souffrance et la joie s’embrassent et se déchirent.

Bleu miel, deux couleurs, deux senteurs, deux univers. Le premier impalpable et souvent froid, neutre dans sa profondeur qui peut devenir égarement, l’autre qui évoque Phébus, l’astre Roi, qui ordonne au monde et commande aux espèces. La couleur qui donne la vie, la réchauffe, la bouscule dans la récréation sempiternelle des saisons.

Ile Eniger vient de sortir de ce bleu, de cette eau originelle pour entrer dans la lumière du feu, dans la passion du jour. L’auteure a pris tout son temps pour assembler les pièces majeures de son puzzle. Son avenir frappe à sa porte. Est-elle prête à franchir la ligne blanche qui partage la vie ?

Je le crois, car son écriture s’est affranchie des pliures du doute. Le chemin, un moment égaré, soulève ses paupières, il respire le vent du large. Il porte la phrase fidèle et magique. Il incarne cette impatience qui dévore les pas où naissent les histoires, celles de l’être qui se cherche sans savoir qu’il vient de se trouver. "Je sais maintenant, me confie Ile Eniger, que j’écrirai toute ma vie...".

Cet aveu, souriant comme une aile que l’on déploie, permet à l’auteure d’habiller son corps de la couleur du miel, miracle du mystère où pousse la graine insolente et fière de la vie !

L’écriture d’Ile Eniger fascine, subjugue et finit par vous retenir au sein de ses phrases courtes, élancées, nerveuses et nues.

Les mots s’agitent, prennent la parole, le texte se métamorphose en paysage, en scène où les objets eux-mêmes vous interpellent, vous prennent à témoin, vous accusent de ne pas entrer, de ne pas entendre, de ne pas participer... Avec Ile Eniger, l’indifférence n’est pas de mise, car l’existence est bien trop courte pour ne pas tenter l’impossible. Chaque texte est un voyage, une aventure où l’on entre sans choisir, où les yeux capturés par les caractères, se retrouvent au beau milieu de la page entre une route maigre, un escalier qui se cherche une destination, un passage qui s’ouvre, un chien qui aboie, une bougie encore fumante et l’arbre qui frappe aux carreaux tandis que les étoiles prudentes demeurent au sommet de la nuit !

Lecteur, tu ne pourras jamais t’asseoir sur le seuil de ce livre, car l’espace, tout l’espace est rempli de ces choses qui font et défont notre marche. Et si tu tends l’oreille et poses ton cœur sur les mots, alors je te promets l’ivresse d’une heure qui ne finira pas...

"Vous vêtir ?je dis grège, un état grège, un état naturel. Votre saveur ? fruits rouges. Votre regard ? bleu miel, un métal bien étrange. Vous définir ? un autel sans dimanche, sans messe, loin des foules. Voisine des forêts. J’aime chez vous le poivre, la pointe qui résiste. La rigueur qui nuement s’abandonne. Vous dites que la pierre concentre la vitesse, que seul un amour sauve, que la joie se balance entre un rire d’enfant et le chant d’un moineau. Qu’il ne suffit le rêve mais la poigne à le vivre. Vous parlez de silences, d’arbres patients, de soleil égoutté chaque soir sur la mer, de lumières de route. Les gens comprennent mal ces choses que vous dites. Le roc, le centre, le magma, ce qui respire et vit sans fiche explicative, ces mondes les fatiguent. Dans la maison en flammes, vous sauvez cette chose que personne ne voit. Et moi si loin de vous, je m’étonne toujours à vous sentir si proche."

Lire la suite

Pétrarque : un poète entre l’ascension et la chute...

21 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #anthologie

En partance pour la mythologie vous êtes priez de remonter votre tablette et d'attacher votre ceinture, notre avion va maintenant prendre son envol et direction l'Italie et plus précisemment  Florence
Gentle13

« Le lundi 20 juillet de l’an 1304, au lever de l’aurore, dans un faubourg d’Arezzo appelé l’Horto, je naquis, en exil, de parents honnêtes, Florentins de naissance et d’une fortune qui touchait à la pauvreté.  »
    — Epistola ad Posteros, (Épître à la Postérité) Pétrarque
Statue de Pétrarque
Statue de Pétrarque


Lorsque nous abordons la lecture d’une biographie romanesque, il faut savoir que nous entrons chez l’auteur par le truchement d’un récit. Claude Mossé a voulu rappeler qu’en dehors des thèses universitaires existaient des aventures humaines extraordinaires. L’âme inquiète et curieuse, assoiffée d’infini mais terriblement attachée aux plaisirs charnels de Cavis Francesco Petrarco (de son vrai nom Petracco), méritait ce livre qu’un large public pourra découvrir pour le septième centenaire de sa naissance.
Claude MOSSE : Pétrarque Vagabond amoureux
Claude MOSSE : Pétrarque Vagabond amoureux
Editions du rocher,
Pétrarque est né le 20 juillet 1304 à Arazzo. Son père est banni de Florence avec Dante (1302).

Le notaire Pétracco emmène son fils à Pise, puis en Provence à la suite du Pape Clément V après avoir obtenu un emploi à la Cour Pontificale d’Avignon .

Il commence ses études de droit à Montpellier (1319) puis à Bologne où il découvre la poésie lyrique en langue vulgaire. Orphelin en 1325, il revient en Avignon, ne souhaitant pas poursuivre ses études de droit, ni même aller plus loin dans la carrière ecclésiastique.

A 23 ans, il rencontre, dans l’église Sainte Claire, le 6 avril 1327, celle qu’il aimera et célébrera jusqu’à son dernier souffle et qu’il nomme Laure. L’identité de cette muse est, à ce jour, restée mystérieuse. Certains historiens pensent à Laure de Noves.

Avec son frère Ghérardo, qui fut également son compagnon d’études, il s’étourdit dans les plaisirs de la vie mondaine, mais, à ce rythme, l’héritage fondit comme neige au soleil.

Pour vivre, Pétrarque choisit le secours des Prébendes et reçut les ordres mineurs en 1330. Il devint alors le chapelain du Cardinal Colonna.

Cette charge lui permit de voyager fréquemment notamment en Flandre, en Rhénanie et à Paris.

Cette existence de nomade lui ouvrit les portes des bibliothèques des couvents et des cathédrales, où il découvrit de véritables trésors.

Son voyage à Rome (1336-1337) fut la révélation du monde antique.

A la suite de l’ascension (la première) du Mont Ventoux avec son frère et deux serviteurs, que les curieux pensaient voués à une mort certaine, il se convertit définitivement ce qui, loin d’apaiser cette âme inquiète et souvent instable, ajouta le tourment religieux, à ceux de la gloire naissante et de l’amour sans cesse écartelé entre l’extase et la rupture.

Son installation en Avignon, ne lui procura que des précieuses relations car la vie trépidante lassa peu à peu le poète qui acheta en 1337, la maison de Vaucluse.

Ce lieu privilégié permit à Pétrarque de donner naissance à toutes ses grandes œuvres. Son prestige, avec les années ne cessa de grandir. Il fut invité à démontrer devant le Roi Robert à Naples des talents artistiques qui lui valurent d’être couronné "Grand Poète et Historien" à Rome en 1341.

Sa rupture avec les Colonna (1347) permit au Poète, durant les 3 années qui suivirent, de sillonner le Nord et le centre de l’Italie. Ce qu’espérait Pétrarque, c’était la sécurité financière qui lui permettrait le libre choix de ses activités.

C’est dans cet espoir qu’il accepta la protection des Visconti à Milan, puis celle de la Sérénissime et enfin celle des Carrare à Padoue.

Son voyage à Prague (1356) fit de l’ancien fils de notaire un Comte palatin. N’oublions pas les missions diplomatiques auprès de l’Empereur venu en Italie (1354-1356) et celle auprès du Roi de France à Paris (1361) qui permirent à l’envoyé des Visconti d’être l’insigne orateur de la concorde.

Son existence sinueuse et agitée est la preuve d’une inquiétude véritable qui tiraillait l’homme entre la chair et la foi, la retraite et la vie mondaine.

Le poète constata rapidement son inaptitude à suivre les pentes abruptes du renoncement ascétique. Cette voie qu’emprunta son frère ne serait jamais la sienne, mais il sut peu à peu partager son temps entre un labeur acharné, la prière, la méditation des textes sacrés et la lecture des anciens et la révision de ses propres créations. Pour ce poète humaniste, primaient les œuvres latines.

Il s’efforce alors d’égaler les anciens dans leur langue. Il écrit des lettres comme Cicéron et un poème épique (les Bucoliques) comme Virgile.

Il entretient des relations avec les grands de ce monde, l’empereur, les papes... Le décès de sa muse, Laure, emportée par la grande peste de 1348, rend à l’Italie le poète touché en plein cœur.

Il partage les 25 dernières années de sa vie entre les environs de Milan et ceux de Venise, se consacrant tour à tour à la littérature profane et à la littérature sacrée, à ses "rimes" d’amour et à ses ouvrages .

Il expire, dit la légende, sur un manuscrit d’Homère, à Arqua près de Vicenca à l’âge de 70 ans.

Il laisse une œuvre considérable, en partie inachevée. Les véritables monuments de son labeur sont les poésies latines, les Eglogues (1336), les Epîtres Métriques et l’Africa, inachevé, poème épique consacré à Scipion.

Le titre de gloire de Pétrarque, c’est son œuvre écrite à italien , Le Canzoniere et les Trionfi.

Le Canzoniere, recueil de 336 poésies, intitulées initialement Rerum Vulgarium Fragmenta (les fragments de choses en langue vulgaire) est presque exclusivement consacré à l’amour du Poète pour Laure. Ces Poèmes composés puis repris, pendant plus de quarante ans, occupèrent Pétrarque jusqu’au seuil de sa mort, véritable livre d’heures d’une âme sans cesse en équilibre entre l’ascension et la chute.

Les "Trionfi", est une œuvre dans laquelle Pétrarque vers 1352, essaie de rivaliser avec l’auteur de la Divine Comédie en donnant, dans le cadre d’une vision épico-dramatique, un sens philosophique à sa propre histoire.

Pétrarque partage avec Dante et Boccace, le mérite d’avoir révélé l’Antiquité à l’Europe qui adoptera, pendant près de 3 siècles, ce modèle.

Pétrarque est le précurseur indiscutable de la Grande Poésie lyrique du XIX ème siècle et c’est, à nos yeux, là que réside son extrême originalité. Il a su se dégager de toutes les influences provençales, bolonaises, florentines, pour nous parler quatre siècles avant Léopardi, de l’amour, de la Patrie, de la mort, de la nature et de Dieu, employant une langue poétique souple et musicale qui font de ce poète un voyant que ni l’espace ni le temps ne pourra atteindre.

"Les cheveux d’or naguère étaient à Laure épars,
qui les entrelaçait en mille tendres nœuds,
Et la belle clarté brûlait outre mesure
Des beaux yeux qui en sont maintenant si avares

Et il me paraissait (était-ce vrai ou faux ?)
Que la pitié avait coloré son visage
Moi qui gardait au cœur la mèche de l’amour

Faut-il s’émerveiller que soudain j’aie brûlé ?
Et sa démarche était non de chose mortelle,
Mais d’une créature angélique, et sa voix
Résonnait autrement que la parole humaine.

C’est un esprit céleste et un vivant soleil
Qu’alors je vis ; si maintenant elle a changé,
La plaie ne guérit pas quand l’arc est détendu."

Canzoniere (le chansonnier)

Lire la suite

Etre et paraître

21 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

Il est tard mais je suis éveillé, le sommeil me fuit malgré la fatigue.

 

Aurais-je l’inspiration du poète ? Celle qui vous surprend quand vous ne l’attendait plus ! Petite cachotière aussi fantasque que la chance.

Aurais-je tendance à dire capricieuse comme un enfant gâté à qui on refuse ce qu’il croit lui être dû….

 

Non ?

 

Si ! Bien entendu car de l’autre côté du versant c’est la détresse de l’écrivain et du poète : La page blanche, le vide, le néant pas une once d’idée, pas un mot qui se bouscule au portillon de la conscience. Vous restez là suspendu sur le fil du dérisoire, le stylo à la main ou les mains devant le clavier vous avez beau fixer votre feuille ou votre écran vous avez beau vous creuser les méninges ou prier Dieu sait qui mais rien n’y fait c’est la panne sèche.

 

Non ?

 

Mais si ! C’est le désarroi.

Alors l’incertitude vous guette, vous épie il vous traque dans les moindres recoins de votre être, en tendant l’oreille vous l’entendez même se gausser doucement. Vous entendez ce petit ricanement qui vous crispe tant :

 

Incapable

Incapable

 

Alors là tu ne peux tolérer ce genre d’insulte, tu t’insurges tu t’inscris en faux. Tu montreras à ta conscience qu’elle se trompe.

 

De l’autre côté du versant la nuit tombe, le silence se fait et les bruits se taisent. A défaut d’inspiration c’est le sommeil qui vous gagne, vous partez pour le grand voyage qui vous conduit aux portes des rêves.

 

Rêve, imagine ce que tu veux mais la réalité est tout autre…

Je ne le sais que trop ! Que crois-tu ?

Je ne crois rien, je constate que tu t’enfermes dans tes rêves, dans tes lubies.

 

Alors tu décides de faire taire cette voix intérieure qui te mine :

Car tu es ce que tu pense et tu deviens ce que tu es !

Ne compte sur personne pour être

Ou tu passeras ton temps à paraître.

 

Gentle13

Lire la suite

le poète au coeur triste

20 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

La poésie aiguise les sens de l’homme

L’homme poète s’enivrera de vers car un jour viendra où…

La poésie s’effilochera

Sous la voûte céleste.

 

Les rimes s’élèveront et résonneront comme un écho,

comme le son porté par l’air qui,

se répand de vallée en vallée,

et se disloquera comme fracassées par une main invisible.

 

Puis un jour,

éveillé par les bruits de lointain de la guerre,

une guerre différente où les mots sont pires que les armes,

où les mots causent plus de souffrance que la mort.

 

Enveloppés de rimes malsaines et malfaisantes,

comme jetés au gré des chemins ils pourrissent,

comme la poésie abandonnée par des poètes sans vergogne,

qui confondent les vers avec un libertinage de mots mielleux.

 

Que reste-t-il de nos trouvères et troubadours d’antan.

 

Qui allaient au hasard des chemins parfumant la campagne de strophes,

parfait élixir d’amour qui trouble les demoiselles en quête de prince charmant,

qui remplisse d’émoi les dames d’expériences,

où les corps se tendent vers l’inexorable amour de leur vie.

 

Que reste-t-il de cet amour courtois

 

Où la langue été légère,

où les mots s’envolaient gracieux comme des colombes,

le brasier ardent de l’amour été entretenu par la magie du verbe,

empreint d’une indicible volupté à conquérir les cœurs.

 

Mais le charme s’évanouit à chaque siècle qui passe.

 

L’homme s’affaire à de juteuse besogne,

brisant le cercle de la culture,

se noyant dans le vice mer immonde,

où l’intelligence se brise au creux d’une vague.

 

Conscience sans âmes pour ceux et celles qui vivent dans le mépris des règles et des lois

 

Siècle sombre où la lumière s’éteint peu à peu,

siècle de ténèbre où la guerre envahit le monde,

où la peur se lit sur les visages,

où les vagues déferlantes de la mort se rue à l’assaut des villes et des villages.

 

Enfant sans âges pardonnent à tes aînés,

enfances brisées n’oublie jamais,

que l’homme est un animal féroce qui tue souvent par plaisir,

que tout cela enfant de demain aiguise tes réflexions.

 

Affine tes jugements.

Afin que l’irréparable ne soit plus jamais commis.

 

Le passé a laissé des traces,

que ta mémoire ne les effacent pas,

contemple le à travers une vitre aux verres armées,

pour qu’il ne ressurgisse et ne vienne hanté tes rêves futurs.

 

Regard vide où l’amour s’est noyé dans des larmes amères,

petits cœurs endurcis à force de souffrances et de privations,

tu as été conçu dans l’amour,

tu es né dans l’horreur.

 

Edifiant paradoxe

Futile vanité

 

L’homme engendre la vie pour la détruire.

 

Gentle13

Lire la suite

Souvenir d'un temps

20 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso


Souvenir d’un temps…

 

Au-delà des brumes apparaît la magie

La magie d’un matin

D’un matin sans nom, sans personne pour crier ton nom

 

Au-delà des brumes apparaît la magie

La magie d’un soir

Eternelle comme le temps qui nous enveloppe

Eternelle comme la vie qui nous enivre

 

Eternelle comme une ode qu’il nous faut déchiffrer

Mais à force d’amour la vérité se dévoile

Alors, nous apparaît la magie éclatante d’un jour dans son éclatante beauté

La volonté d’éclairer le monde de son savoir

 

Car l’absolu est volonté

 

Par delà la signification des mots empreints d’un ordre

Emanant d’une source aux mille figures

Rhétorique d’un temps où présent et passé se mélange

Pour donner naissance à notre langage

 

Idiome complexe aux mille interférences de la pensée

Font que les mots s’entrechoquent et s’accordent

Pour que naisse enfin …

Les prémisses d’une vie sans maux

Lire la suite

Angoisse

18 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

Homme tranquille au coin du feu
sais-tu ce qui t'attend !
dans la froide vallée où le vent s'engouffre
surgit la peur et l'angoisse

Toi qui croyais tes souvenirs enfouis à tout jamais
au fond de ta mémoire s'éveillent à nouveau
comment lutter contre l'inexorable
comment lutter contre l'invisible force d'un passé

Qui es tu aujourd'hui !....

Seul parmi tes réminiscences fantomatiques
tu n'es plus aussi fier
la nuit s'écoule, la peur au ventre tu t'en dors,
comme d'autres sont morts la peur dans les yeux

N'oublie jamais !....

Il n'existe aucun moyen d'échapper à son destin

Gentle13

Lire la suite

Songe

18 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

Songe d'une nuit d'été
où une  fine pluie battait le pavé,
la campagne s'émousse
et les fleurs se trémoussent

Par un doux matin d'été la vie s'écoule
tandis qu'un amour perdu s'enfuit au gré des pleurs
comme une cascade sans fin
l'eau jaillit et se brise sur les rochers

Par une nuit d'hiver
la vie renaît au souffle du vent du Nord
qui pousse vers le soleil ses fleurs gelées
afin qu'y naissent ses femmes exquises
que l'amour réchauffe comme mille soleils
Lire la suite

Olympia Alberti

15 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #anthologie

Passionpoesie est tombée sous le charme de ce livre, Olympia nous transporte dans son univers au coeur de la rue Abou Nawas, laissez-vous imprégner par la vie qui palpite et qui vient à votre rencontre. Le plus grand fléau c'est l'ignorance, c'est la peur de l'inconnu, de l'autre qu'on rejette sans connaître. Le sang qui coule dans nos veines est le même sang qui coule dans leurs veines. Dans chaque pays émerge un jour ou l'autre une lumière, un être à part, qui à travers ses écrits et ses poèmes vous sort de votre grisaille quotidienne.  Au gré des flots d'une rime sans tâche les mots sont commes des notes de musique limpides et cristallines, le temps s'arrête l'instant d'un livre, d'un mot, d'une phrase...
Gentle13



Cet ouvrage nous transporte de l’autre côté de la mer, où les souvenirs, devenus impalpables, se mêlent à la
Olympia Alberti : 1 bis, rue Abou-Nawas
Olympia Alberti : 1 bis, rue Abou-Nawas
Editions Elyzad
lumière et dont la présence est devenue tellement physique que le lecteur pourrait presque les toucher.

D’où provient ce miracle ? Inutile de chercher bien loin ce qui crève les yeux. En effet, depuis qu’elle tient une plume, Olympia sait dompter les mots, les soumettre à sa volonté d’images, de rythmes et à sa profonde humanité.

Elle a le goût de l’écriture sonore qui évoque et bouleverse, qui vous saisit à bras le coeur. Elle noircit une page comme elle frotterait une lampe magique. Aussitôt « le bon génie » paraît et exauce les vœux de l’auteure qui, comme le vent, cherche à coiffer l’impossible de son bonnet de joie.

Ce livre est un journal d’âme. Il évoque des situations, des lieux avec une telle intensité que l’on sent les odeurs monter de la terre, les arbres danser sous la caresse du jour, mais aussi la poussière du chemin, la respiration de la mer et toute la simplicité de cette vie dont l’écho pénètre le lecteur d’une douce violence, comme les couleurs suaves et chaudes qu’entretiennent les comètes.

Le rêve est là, éveillé, comme sorti de son berceau, il marche, parle, s’agite, il cherche à capturer notre regard, sa présence devient familière comme le sable errant dans la rue Abou-Nawas, comme le jour dessine et rature les formes et les lignes, attachés à la course du soleil. Alors, quand on a vécu sous le feuillage des légendes, au milieu d’un éblouissement qui, sans cesse, entrebaille la porte du quotidien, il est presque impossible de vivre ailleurs, où les maisons se ferment, les rues se métamorphosent en moteurs bruyants aux chaussures de gomme et où les voisins se griment à l’abri de leurs volets mi-clos, cherchant à brouiller les heures en agitant le mirage d’un emploi du temps imaginaire.

L’éternité semble dormir là-bas, où « la grande bleue » incarne la liberté d’être et la joie de vivre avec le pain si chaud, si tendre, si vivant, si drôle. Ici, ce pain n’a plus de goût, il est devenu fade, triste, presque résigné sous sa croûte brune.

Alors, on rouvre la fenêtre, celle qui donne sur l’écriture, sur le voyage, celle qui possède la profondeur de l’infini où l’on puise l’eau pure et fraîche dans la paume d’un monde que l’on ne peut oublier. Il est devenu cette cicatrice qui semble coudre le cœur en son milieu, comme une frontière, et qu’un chagrin trop lourd ne manquerait pas de déchirer.

Peut-on réapprendre à vivre, comme on apprend à marcher ? Ici, le paysage est si différent. Ici, on dirait un décor qui chercherait des comédiens pour l’animer... Ici, on ne devient qu’une existence...

Il ne reste plus, pour se sauver du naufrage, que la création... Qu’elle entre, submerge, emporte tout sur son passage laissant la vie, plus vraie que la parole, surgir de la grisaille avec cette sincérité qui transporte les âmes au-delà de cette petitesse qui écrase les jours entre les doigts poisseux du quotidien.

Ce livre est une beauté qui se visite comme une révélation sous l’œil bienveillant de la lumière.

"J’écris pour les mains calleuses
Qui jamais ne toucheront mes livres
Pour les analphabètes
Et ceux qui ne croiseront jamais
Qu’au large de mes mots
J’écris pour ceux qui ont soif
Qui ont faim du seul pain
Qui leur manque
L’Amour
J’écris parce qu’ils ne le savent pas
Et qu’ils se trompent pour de l’argent,
J’écris pour essuyer le crachat
Des racistes à leur visage
J’écris là pour leur rendre
Un jardin -
Celui qu’ils m’ont pris
Sans le savoir"

"j’ai vécu au bord d’une plage de bleu et de sables lents à s’étirer. Les promenades m’y étaient moins solitude que communion, parfois, avec le monde, ouverture au chant subreptice des êtres. Les claquements de vagues me firent souvent élargir le cercle de mes pas ; j’allais, plus loin, jusqu’aux jardins intérieurs, où des airs de flûtes cascadent et font leur fraîcheur. Un jour, je dépassai un mur délité bordant un jardin immobile : il semblait veiller à contenir un parfum, une histoire. Revenant des rosées d’une autre musique, je m’arrêtai. Le mur se craquelait, des plaques de sable séché s’en étaient exco- riées. Cette retenue précaire de terre ocre attirait ma paume : je la posai sur l’om- breuse pierre ameublie. Je n’attendais rien, j’étais."

Lire la suite

Vivre

13 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

anti_bug_fc

 

Aujourd’hui je pars, reviendrais-je ?

Je ne sais pas,

pourquoi le ferais-je !

 

Libéré de son souvenir

Je suis sur le chemin du renouveau

Libre dans mon cœur et ma tête

Je suis …

 

Ivre de vie et d’amour

je ne puis la concevoir sans,

même si l’amour laisse des traces,

Je préfère cette empreinte là.

 

La solitude n’est pas un fardeau,

c’est une amie à laquelle je me confie,

quand le poids de la vie se fait sentir

Mais allégé IL EST par ta présence !

 

Ton sourire est un bienfait

Ton rire est ma thérapie

Ton regard me tiens captif

Tes bras mon havre de paix

 

Ecrire sans rime ni raison, écrire pour le plaisir

Ecrire pour te dire « je t’aime »

Ecrire pour te confier les secrets de mon âme

Ecrire parce qu’en moi nait le désir.

 

Tu es ce plaisir auquel je dis je t’aime

Tu es ce désir qui m’émoustille

Tu es la vie que j’attendais

Tu es l’espoir qui renait.

Gentle13

Lire la suite

Laetitia Marcucci

13 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #anthologie

Bonjour un petit recueil de tout beauté découvert à l'instant sur panorama du livre, Victor Varjac écrivain et poète nous présente "A tire-d'heures" là encore je trouve l'extrait du poème très beau. Lire et écrire encore et toujours cette passion qui m'anime c'est un feu qui couve, une braise éternelle qui réchauffe mon âme et mon esprit. La poésie c'est le chemin qui mène vers la liberté de l'esprit c'est de voyager au dessus des vicissitudes de la vie et au delà des horizons étroits du matérialisme

Gentle13



Comme chaque année à cette époque, les Editions Mélis éditent un Prix de Poésie offert par la Ville de Nice à un auteur pour un manuscrit inédit. Ce Prix correspond au vœu d’un des plus grands poètes du XXème : Alain Lefeuvre qui souhaitait donner sa chance à une œuvre de très haute qualité.
Laetitia Marcucci : A tire d’heures
Laetitia Marcucci : A tire d’heures
Editions Mélis,
Laetitia Marcucci est la lauréate 2006 et son recueil « A tire d’heures » nous fait découvrir une poésie remarquable, enfantée dans les bras du silence retrouvé après le tumulte d’un long voyage.

Nous retrouvons dans cet accouchement une sorte de joie où se mêle l’urgence de vivre, la beauté de s’épanouir dans la fleur du jour et de s’enivrer de ses parfums changeants. Ne pas, ne plus attendre que demain s’empare de cet espace à la fois immense et minuscule dans lequel nous devons employer notre existence, permet à l’auteur de poursuivre sans encourager les ombres. Le tic tac de la pendule, cette aiguille qui tourne et vrille nos poitrines, rappelle à chaque page que nous devons cueillir et partager tout ce qui pousse sur notre chemin.

Mais attention, méfions nous de ce qui se trouve à portée de main et qu’aucun obstacle, qu’aucun rempart ne protège ! La facilité cache toujours en son sein les mâchoires d’un piège bien plus dangereux que les crocs de l’abîme !

Le paysage que nous offre le poète, ressemble à un vitrail de cathédrale. Notre regard ne parvient pas à saisir toutes les images. Le lecteur a l’impression d’être dans un kaléidoscope qui éclate, éparpille mais il n’en n’est rien, bien au contraire. Ne nous laissons pas abuser par cet itinéraire, il incarne justement l’impasse où les hommes se ruent croyant reconnaître un raccourci !

Une étonnante unité se fait jour lorsque l’on approche l’oreille de son cœur. Nous retrouvons alors le sentier d’ombre et de mystère où les fleurs surgissent ici ou là pour mieux nous tenter ou nous perdre. Malgré sa jeunesse, Laetitia Marcucci a fait un pacte avec le Verbe et les mots lui semblent soumis. Les Glycines, par exemple, sont chargées du poids de la fatalité et nous retrouvons, à peine effacés, les pas de cette Grèce Antique, qui poursuit dans nos songes, son voyage intérieur.

Cette poésie est de la chair vivante. Elle semble appartenir à ce lointain passé que nos mains cherchent parfois dans les livres. En magicienne, l’auteur tutoie les mots faisant apparaître l’histoire même de nos songes. L’écriture devient l’intermédiaire entre le paysage de notre présent et les élans de notre âme. Cet espace où le temps sème des planètes, boit le frémissement de nos visages tandis que le sable se mélange à nos paroles.

Laetitia nous rappelle que l’errance ne fera pas fléchir le grand sablier.

La vie ressemble à une proposition multiple, sans cesse renouvelée mais le galop de l’âge ralentit peu à peu la marche de nos êtres. Ces pages flamboyantes sont les témoins d’une quête mystique où le poète combat des interdits et la fatalité :

"Mon estomac se serre
et je sens le poids des heures
me flageller de doutes
gifles de fleurs
inutiles pleurs
il faut prier
mais que serait une prière sans fleurs..."

Laissons-nous emporter par ce verbe d’une richesse visible. Ne craignons pas de pénétrer dans la chair du voyage car se perdre n’est-ce pas justement se retrouver ?

"J’en appelle aux frontières et aux lagunes je cherche le Verbe la cadence et le timbre qui nous ancreront dans le temps présent de la résurrection des rêves..."

Le cru « Alain Lefeuvre » 2006 est exceptionnel, nous ne pouvons que le recommander chaleureusement à tous les lecteurs. Il sera un compagnon de vacances et un ami de tous les jours.

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>