Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

Alphonse de Lamartine

15 Février 2017 , Rédigé par gentle13

Lamartine est né à Mâcon, le 21 octobre1790  d'Alphonse-Marie-Louis de Lamartine. Il est le fils de Pierre de Lamartine et d'Alix des Roys, famille de petite noblesse. Ils vivent à Mâcon jusqu'en 1797, il décède 28 Février 1869 d'une deuxième apoplexie.

« Ô temps, suspends ton vol ! Et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Lamartine disait ceci dans son poème «Le lac » voilà ce que j’aime dans l’univers poétique : laisser parler son imaginaire. Nous laisser guider sans crainte car l’imagination de mal nous ne veut.

Comment le temps peut-il suspendre son vol, vous êtes-vous déjà posé cette question ? Evidemment ce n’est pas possible dans la vie réelle vu que le temps est en perpétuel mouvement et qu’on passe son temps à lui courir après : ne pas avoir le temps combien de fois avons-nous entendu ou dit cette phrase.

Le temps sujet difficile, je laisse donc la parole à ceux, qui, plus qualifié que moi pour en parler

« Saint Augustin disait que tout le monde croit savoir ce qu'est le temps, mais dès que l'on demande de le définir, personne ne sait plus: « Qu'est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais; mais, si on me le demande, et que je veuille l'expliquer, je ne le sais plus ». Blaise Pascal considérait que le temps fait partie de ces notions évidentes, sur lesquelles tout le monde s'entend assez, mais néanmoins indéfinissables. Ce sont les souvenirs, les rêveries et le changement (comme le vieillissement) qui nous donnent l'idée que le temps « a passé ». Il faut néanmoins distinguer, deux conceptions fondamentales du temps en philosophie: le temps physique (mesuré par la montre, le calendrier, la chronologie,...) et le temps vécu en notre conscience. »

« Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : « Sois plus lente » ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.

Ou encore

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

L’univers poétique permet de pouvoir s’exprimer ainsi « temps jaloux » ou bien « le temps m’échappe et fuit » comme un idéal féminin qu’on ne peut avoir mais après lequel toujours on courre. Tout comme l’expression « rattraper le temps perdu » c’est impossible car par définition il est perdu. Il est serait superfétatoire de continuer ainsi, l’éternité n’étant pas de ce monde, je conclurais donc en disant simplement que ce n’est pas le temps qui me manque mais les mots

Lire la suite

Indrek Hargla Tome 1

15 Février 2017 , Rédigé par gentle13

En Estonie, au XVe siècle, la ville de Tallinn est divisée entre les hauteurs, repaire de l'Ordre des chevaliers teutoniques, et la ville basse où évolue, sous le regard des puissants, une population métissée - orfèvres, marchands, chefs de guilde. Mais lorsque l'on découvre, à la porte du monastère, le corps savamment décapité d'un haut responsable de l'Ordre, c'est tout un édifice hiérarchique qui menace de s'effondrer : il est urgent de dissiper l'atmosphère de complot qui trouble soudain la ville basse. Parce qu'il faut agir dans le plus grand secret, le bailli, représentant de l'autorité, fait appel à son ami Melchior, apothicaire réputé pour sa discrétion et son ingéniosité. Cet esprit libre, aidé par sa connaissance des corps et des âmes des habitants deTallinn, s'avère un redoutable enquêteur. Dans un monde que gouvernent les superstitions et la peur, Melchior devra démêler une intrigue où les malédictions côtoient les haines ancestrales. Un polar médiéval noir, envoûtant.

Lire la suite

Divine inspiration

10 Février 2017 , Rédigé par gentle13

Divine inspiration

Je n’ai plus d’inspiration pour écrire, je suis en panne et ça m’attriste un peu même si ce n’est pas bien grave, je le reconnais.

Que dois-je faire, m’acharner ou composer avec d’autres rubriques pour nourrir mon blog et partager mes goûts de lecture et non littéraire car je n’en suis pas un. J’aime les livres et l’écriture tout simplement. Sans passion pas d’élévation dit Georges Blanc, et j’ai cette passion pour le verbe et le mot, j’essaie de construire avec eux quelque chose de cohérent et de beau, est-ce que j’y arrive ça c’est une autre histoire ?

D’un autre côté j’écris aussi pour moi, pour me faire plaisir et partager ce plaisir avec d’autre bien évidemment.

Le temps passe et je vois ce rêve s’éloigner chaque jour qui passe. Et c’est l’histoire de ma vie ! J’aimerais sublimer les mots pour toucher votre âme et vous donner envie de me lire et relire afin que vous appréciiez chaque mot, chaque idée que j’essaie de développer mais hélas c’est compliquer.

Je ne suis pas écrivain

Je ne suis pas poète

Je suis un aligneur de mots, un griffonneur ou un scribouillard qui est conscient de ce qu’il est. Le livre sauve de tout, j’y crois profondément, et je me plonge dedans pour sauver ma propre vie de l’ennuie et de la noirceur du monde qui m’entoure. Chaque jour qui passe j’implore les génies des lettres de me donner un coup de pouce, de m’imprégner de cette force créative qu’on les Hugo les Zola et bien d’autres que j’admire par la puissance de leur œuvres. Et enfin de faire naître en moi cette inspiration « quasi divine » qu’on ces grands écrivains tels que Balzac, Proust.

 

Dans les contemporains, j’ai mes préférences.

J’ai lu « cent ans de solitude » de Gabriel Garcia Marquez écris en 1967, ce livre est tout simplement magnifique, il reçoit le prix Nobel de littérature en 1982.

J’ai lu aussi Jostein Gaarder « le monde de Sophie », là encore j’ai été subjugué par ce livre, une quête philosophique que je vous conseille si ce n’est pas déjà fait de lire, vous  ne serez pas déçu(es).

Sans oublier un grand homme qui se nomme Thomas Mann, lauréat du prix Nobel de littérature en 1929. J’ai lu de lui le docteur Faustus, mort à Venise, la montagne magique. Il y a aussi Stefan Zweig dont j’ai lu de lui « le monde d’hier » et « la confusion des sentiments » Je ne vais énumérer toutes mes lectures, le but n’est pas là et je n’aurais pas cette prétention. J’essaie de mélanger les genres, thriller histoire philosophie et psychologie.

 

Mais lire est différent d’écrire, moi ce que je souhaite c’est écrire envers et contre tout, la réalité n’est jamais conforme à nos rêves, je l’ai appris à mes dépend, je reste suspendu au bord de l’abîme, le doigt sur le clavier et le cerveau en ébullition, la nuit s’installe, le bruit du dehors s’estompe, je me prépare à une nuit sans sommeil, ruminant le syndrome de la page blanche. La divine inspiration me fuit, j’essaie de la retenir par tous les moyens mais rien y fait, elle prend son envol et me laisse désespéré assis sur mon fauteuil comme un idiot qui attend un miracle. J’y croyais pourtant, hélas je me suis trompé ils n’existent pas.

Le doute n’est plus permis, pas la peine d’incriminer l’inspiration ou qui que soit d’autre, il faut que je me rende à l’évidence je n’ai simplement le don pour ça.

Lire la suite

Steve Berry

9 Février 2017 , Rédigé par gentle13

 

L’énigme d’Alexandrie

Avec ce thriller vif et saisissant. Berry porte la guerre à sa perfection.

Après L’Héritage des Templiers.

Le retour de Cotton Malone, cette fois sur les traces des secrets de la bibliothèque disparue d’Alexandre.

50 avant J.C : La bibliothèque d’Alexandrie, qui renferme plus de 700000 volumes, est de loin la plus grande collection de manuscrits religieux, philosophiques et scientifiques de son époque. Elle va soudainement disparaître sans laisser de traces, dans des circonstances qui demeurent, aujourd’hui encore, mystérieuses.

2007 Cotton Malone, ex-agent du département de la justice américaine, a repris à Copenhague ses activités d’expert en manuscrits lorsque son fils est kidnappé par une mystérieuse organisation. Cotton a soixante-douze heures pour retrouver Haddad, un spécialiste de l’Ancien Testament, qui semble en savoir beaucoup sur la disparition des manuscrits de la bibliothèque d’Alexandrie.

Cotton devra activer tous ses réseaux et décrypter bon nombre d’énigme historiques et religieux pour percer le mystère de la bibliothèque disparue, mais aussi pour retrouver son fils sain et sauf.

Plus de deux million d’amateurs de thrillers et de passionnés d’histoire ont déjà plébiscité à travers le monde ce roman haletant, aux rebondissements incessant.

Steve Berry (né en 1955) est un avocat et un auteur américain de romans policiers

 

Lire la suite

Jean-Christophe Rufin

9 Février 2017 , Rédigé par gentle13

Jean-Christophe Rufin, né le

 

Lire la suite

Malcolm Lowry

7 Février 2017 , Rédigé par gentle13

Au cours de mon existence, j'ai découvert des auteurs fantastiques qui mon permis de m'évader.

Au-dessous du volcan est l'un deux, je me doute que beaucoup d'entre vous, le connaisse et l'ont lu. Personnellement j'ai adoré ce livre. Ce livre a été traduit de l'anglais par Stephen Spriel avec la collaboration de Clarisse Francillon et de l'auteur. Il ne faut pas les oublier, car sans eux on aurait pas eu la chance de les lire dans notre langue

Un petit résumé pour vous aider ou vous convaincre

Aussi quand tu partis, Yvonne, j'allais à Oaxaca.. Pas de plus triste mot. Te dirais-je, Yvonne, le terrible voyage à travers le désert, dans le chemin de fer à voie étroite, sur le chevalet de torture d’une banquette de troisième classe, l’enfant dont nous avons sauvé la vie, sa mère et moi, en lui frottant le ventre de la tequila de ma bouteille, ou comment, m’en allant dans ma chambre en l’hôtel où nous fûmes heureux, le bruit d’égorgement en bas dans la cuisine me chassa dans l’éblouissement de la rue, et plus tard, cette nuit-là, le vautour accroupi dans la cuvette du lavabo ? Horreur à la mesure de nerfs de géant.

« Un véritable chef-d’œuvre comme il n’y en a pas dix par siècle » (Paul Morelle, le Monde)

« Une œuvre prodigieuse… On n’épuise pas cet ouvrage bouleversant. Il faut le lire et le relire, afin d’en mieux pénétrer la signification et d’en mieux savourer les beautés » (Maurice Nadeau)

Je vous souhaite de bonne lecture.

Lire la suite

Humanité en danger

7 Février 2017 , Rédigé par gentle13

 

Je n'ai plus le temps, nous n'avons plus le temps, il nous est compté et rien de ce que nous ferons ne changeras les choses. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle humanité qui nous mènera au désastre si nous n’anéantissons pas la bête qui nous menace, Ensemble nous devons lutter, nous unir contre l'obscurantisme, la barbarie, nous sommes à la frontière d'une inhumanité qui est programmée. Vivre va devenir difficile voire impossible dans ces conditions, que serons-nous prêt à sacrifier pour conserver notre liberté et notre mode de vie ?
J'en appelle à l'humanité d'un tout un chacun (e) pour ne pas baisser les bras face à l'ogre qui nous menace. La démocratie que nous sommes doit vaincre et à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Le courage face à lâcheté. N'oublions jamais, nous sommes la LUMIÈRE dans laquelle DIEU brille.
Bonne journée à vous toutes et tous

Lire la suite

L’utopie ou un rêve éveillé

7 Février 2017 , Rédigé par gentle13

 

Il est difficile d’écrire, je l’ai déjà dit mais je persiste sans savoir vraiment pourquoi. Par contre je sais que je dois le faire.

A l’ombre de cet olivier je me reposais lorsque j’ai entendu un bruissement que je reconnu pas. Je ne ressenti à ce moment aucune crainte, là encore, je ne sais pas pourquoi. J’avais une certaine confiance dans ce bruissement, ce qui peut paraître bizarre j’en conviens, mais le fait est là, présent et lourd de sens, même pour moi.

J’eus malgré tout la présence d’esprit de me retourner pour voir à quoi j’avais à faire mais à ma grande surprise je ne vis rien et pourtant j’avais bien entendu quelque chose. Est-ce mon imagination ou se bruissement était-il bien réel ?

Comme je suis dans le questionnement permanent, je pose donc la question, qu’est-ce encore?

Mais je ne sais toujours pas ce qu’est ce bruissement, je décide donc de ne pas m’en occuper, je continue à rêvasser et je suis tranquille. De toute façon ce n’est pas bien grave je finirais par savoir ce qu’il est et d’où il vient, il est tôt il fait beau et bon, donc j’ai le temps. Pour l’instant j’écoute et je regarde au troisième je me lève et j’irais voir ce qu’il en est.

Les réponses tardent toujours à venir et dès fois elles surgissent dans mon esprit comme une ampoule qu’on éclaire et où l’on voit scintiller le filament qui rougeoies dans la nuit. 

Voilà les propos un peu confus de celui qui s’est perdu dans sa rêverie, qui s’est égaré dans les couloirs de l’utopie, qui voit le monde à sa manière peut être un peu débridé, sans cohérence. Mais il assume malgré tout sa différence. Il continuera dans sa lancé, têtu comme il est, pour changer il n’écoutera que sa conscience et pas les propos des uns et des autres. Pourquoi ? Parce que tout simplement ça lui fait du bien, à lui déjà, une thérapie à long terme. Il n’y aura pas de guérison, il le sait parfaitement il en est conscient, mais il ne changera pas d’avis pour autant, peu importe ce qu’on lui dira, il suit son chemin,  son idée fixe. Mais il a tout de même une crainte : que ça ne devienne pas une obsession ou une chimère qui ne le conduira nulle part.

Pour lui le choix est compliqué : vivre sans écrire ou écrire pour vivre…

Lire la suite

Jean-Claude Izzo

6 Février 2017 , Rédigé par gentle13

Voilà un écrivain que je ne connaissais pas, né à Marseille le 20 Juin 1945 décédé dans la même ville 26 janvier 2000 est un écrivain mais aussi été libraire, bibliothécaire, journaliste. La trilogie Fabio Montale a marqué d'une pierre blanche l'histoire du roman policier.

Voici Fabio Montale. Il en sait tellement sur Marseille qu'il sent presque battre en lui les pulsations de la ville. Flic déclassé, fils d'immigré aimant les poètes, le jazz, la pêche et les femmes, il est, à l'image de cette ville tant aimé, un homme sensible dont le passé parfois douloureux resurgit au fil des enquêtes.

Lire la suite

Les grandes découvertes d'Alexandre à Magela

5 Février 2017 , Rédigé par gentle13

Bon nous allons changer de trajectoire, je vais vous parler d'un grand historien Jean Favier qui  est un médiéviste français, né à Paris le 2 avril 1932 et mort le 12 août 2014 à son domicile parisien.

Vous qui me suivez et dont je remercie, je vous conseille de vous procurer ces ouvrages vous ne serez jamais déçu(es)

Aujourd'hui les grandes découvertes, c'est traditionnellement l'épopée des navigateurs européens accomplissant à l'aube des Temps Moderne le périple du globe. c'est l'exploitation conquérante des continents lointains qui allait imposer l'image du "monde fini". Mais c'est aussi l'histoire d'une construction intellectuelle plus que millénaire qui, dès l'Antiquité, allait simultanément emprunter les voies de l'esprit scientifique et de l'imagination.

Le rythme de ce livre restitue à cette aventure ses dimensions véritable. De la colonisation grecque au tour du monde de Magellan, il fait revivre l'esprit des plus grands pionniers et fait l'inventaire des connaissances qui ont permis leurs exploits. Il retrace l'histoire d'un des plus vieux rêves qui ait gouverné la raison.

Donc :

Jean Favier a consacré de nombreux ouvrages au Moyen Age. Son Philippe le Bel est un classique. Professeur à la Sorbonne et directeur général des Archives de France, il est membre de l'institut.

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>