Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

Lire encore et toujours

12 Avril 2007 , Rédigé par gentle Publié dans #anthologie

Aujourd'hui une série d'ouvrage que je découvre sur le panorama du livre le site littéraire dont je me sers pour dénicher tous les poèmes et romans qui alimentent ce blog depuis quelque temps déjà et dont vous me faites le plaisir de me suivre pour commencer un petit chef d'oeuvre que victor VARJAC nous fait découvrir. Sur les neuf titres présentés j'en ai choisis trois en espérant que mes choix correspondront aux vôtres. Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne journée et d'agréable lecture
Armando

Perla
lundi 9 avril 2007.
 
Pensées lancées sur le long chemin du deuil d’une mère...
Frédéric Brun : Perla
Frédéric Brun : Perla
Editions Stock,
Voilà un ouvrage à part.

à part car inclassable : il ne s’agit ni d’un essai, ni d’un journa, ni d’un roman ; à part aussi car d’une fulgurante beauté.

Les premiers mots, la toute première phrase ancrent le texte dans le documentaire et l’émotionnel en percutant le lecteur.

Une mère est morte - une mère au passé douloureux et dont l’histoire rejoint celle du XXème siècle - un homme - qui sera à jamais son petit enfant - écrit pour comprendre et apprivoiser l’absence ; mais guérit-on jamais de la perte de sa maman ?

Bouleversant et lumineux à découvrir absolument.



La théorie des cordes
lundi 2 avril 2007.
 
Un roman décapant et bluffant sur les énigmes de la physique...
José Carlos Somoza : La théorie des cordes
José Carlos Somoza : La théorie des cordes
Editions Actes Sud,
José Carlos Somoza est de retour !

On avait aimé La caverne des idées, on a été intrigué par Clara et la pénombre et littéralement soufflé par la dame N°13 et c’est donc avec des frissons d’anticipation qu’on a découvert cette nouvelle perle du plus intrusif des romancier... Et on a pas été déçu !

Imaginez que des physiciens se rassemblent afin de travailler sur une théorie selon laquelle on pourrait ’ouvrir’ le temps et ainsi se retrouver face à des images du passé... Voila bien une extraordinaire découverte, porteuse d’espoir mais aussi - comme dans toute expérience - de sa part d’ombre... Et quelle ombre !

Bluffant et mené tambour battant, M.Somoza nous entraine à sa suite dans cette histoire au coeur des sciences et s’impose à nouveau comme l’un des meilleurs auteurs étrangers du début du XXIème siècle !

A découvrir absolument !

Mal de pierres
jeudi 1er mars 2007.
 
"...sait-on jamais tout de quelqu’un, aussi proche soit-il..."
Milena Agus : Mal de pierres
Milena Agus : Mal de pierres
Editions Liana Levi,

Voilà un texte qui ne peut être lu en demi-teintes ; on aime ou on déteste et ce, dès les premières lignes tant le style - désarmant de fausse simplicité - et le ton - tour à tour cru et poétique déroutent le lecteur.

La narratrice - petite-fille de l’héroïne( ?) de ce court récit - nous présente sa grand-mère ; Une femme sarde comme il en existait beaucoup à la fin de la deuxième guerre, à cela près que son côté fantasque en faisait un être à part dans une société archaïque où le rôle des femmes se réduisaient à mettre au mondes des enfants et à les élever à l’abri des murs de pierre.

Un texte profondement grave et humain à découvrir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
bonsoir Armando <br /> je viens te lire <br /> merci pour le lien<br /> Amitiés<br /> Bernard  
Répondre
F
Encore une fois ici je ne peux partir sans laisser ma trace ... Je n'aime pas le jugement j'ai appris un jour qu'il faut parfois attendre d'une personne autre chose que la première impression ... En effet parfois nous traversons des circonstances de la vie tellement compliquées que nous ne sommes pas toujours à la hauteur de sourire ... J'ai donc par principe que lorsque je vois une personne pour la première fois de ne pas la juger car finalement qui sait dans quelle saison elle se trouve ce jour là ? Cela peut être l'été dans son coeur mais aussi l'hiver et le grand froid ....  Bien à toi cher Armando
Répondre