Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

Eloge à la nuit

21 Février 2010 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

 

Que vais-je faire,je ne sais plus vraiment ! Le temps manque, l'inspiration s'enfuie à tire d'aile. D'ailleurs elle ne me demande pas mon avis, à mon grand désespoir dirais-je ! Qui puis-je, rien Hélas ! On ne peut lutter contre son destin, c'est lui qui décide de nos existences.

C'est la nuit, quand tout est calme, quand le monde s'assoupit quand les consciences s'éteignent enfin, alors je suis en paix. Les images vont et viennent, les mots se pressent à la porte de mon imagination.

La nuit, le mouvement se fige, plus rien ne bouge le temps est suspendu au dessus de l’abîme noir. Rien n’est plus pareil, les ombres et les lumières jouent à cache cache sans qu’il n’y ai un véritable gagnant au bout du compte. Mais ce n’est pas vraiment important, l’essentiel c’est d’écrire le roman de toute une vie, c’est finir en apothéose, c’est connaître un moment de gloire même fugace.

La nuit fait place à l’utopie, au rêve, à l’instant magique où je ferme les yeux et laisse faire mon imaginaire. Là tout est possible, tout est facile les mots se bousculent et s’alignent d’une manière différente sans que j’intervienne d’aucune façon. Qu’importe j’aime ce moment, je me sens libre, parce que je suis libre, allégé de la lourdeur de la journée, empêtré dans les vicissitudes routinières qui me font penser à autre chose de plus concret, de plus matériel parce qu’il faut vivre chaque jour qui passe.

Voilà pourquoi j’aime ce moment, quand on est seul, quand plus personne vient dicter nos faits et gestes, quand on est débarrassé de l’œil indiscret, inquisitoire de ceux qui nous entourent, qui ne nous laissent guère de répit, qui aurais-je tendance à dire, nous vampirisent parce qu’ils sont incapables de penser et d’agir par eux même. Alors vous subissez ces instants tant bien que mal en languissant que cette fichue journée se termine afin de regagner votre havre de paix.

Là je suis tranquille, quand je rentre chez-moi et que je ferme ma porte en laissant dehors le bruit et les cris. Là devant mon écran, la télé en sourdine qui me tient compagnie, un livre sur le bord du bureau rien ne me manque vraiment, je trouve mon équilibre et sans être tout à fait égoïste je suis bien, je suis en paix. La fatigue me gagne, l’esprit en repos je me couche, mes  yeux se ferment, ma conscience sombre dans un sommeille profond où j’oublie ce monde et ses  tracas, ses ennuis quotidiens, ses malheureux journaliers. J’ignore où je vais et ce que je fais, j’ignore qui je rencontre et qui je deviens dans ces moments là.

Le matin survient, l’espoir renaît, la vie est là belle, intransigeante, répétitive où le hasard se mélange à la certitude. Car rien n’est définitif, tout peut subvenir à n’importe quel moment, et comme nul ne peut dire de ce que demain sera ne préjugeons de rien, vivons simplement avec ce que la vie nous apporte. Pour conclure je dirais qu’il ne faut jamais désespérer car on ne sait jamais de quoi demain sera fait !

Le rêveur impénitent

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

:0010: Lili Flore :0091: 21/02/2010 21:24


Bonsoir Paul, et oui l'inspiration est nomade mais le plus important c'est de trouver un équilibre et d'attendre son retour dans la quiétude d'une bonne lecture.

En ce moment je fais une grande pause du blog car je suis des cours de peinture et cela m'occupe énormément avec la réalisation des dessins et mise en peinture,
Je te dépose des big bissous en te souhaitant une bonne samaine.