Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

Rêverie d’un pseudo écrivain

20 Décembre 2010 , Rédigé par gentle13 Publié dans #texte perso

 Il y a longtemps que je n’ai plus écrit

Je ne sais pas pourquoi

Mais je sais pour qui

Pour toi qui n’est plus qu’une ombre dans ma vie

 

Douce fleur tu embaumais ma vie

Tu lui donnais de l’éclat

J’adorais ton rire et ton sourire

Ton parfum vient encore troubler mon esprit

 

Mais je sais une chose à laquelle je me rattache, comme une bouée de sauvetage

Ballotté par les flots du regret

L’amour n’est pas mort

Veux-tu encore de moi ?

 

Rien ne pourra effacer ton visage de mon cœur

Je suis coupable du mal que je t’ai fais

 

Je suis descendu au plus profond de mon être

Privé de l’essence même de la vie

J’erre à travers la brume

Je suis face au silence

 

Je n’ai rien compris, je n’ai rien vu

Drapé dans mon égoïsme je n’ai fait que briser les chaînes qui nous unissaient

Et aujourd’hui encore trop fier

Je campe tel un imbécile sur mes positions

 

Il n’y a pas de retour possible

Pas de rédemption

J’ai pêché par orgueil

Et dans la solitude je noie mon chagrin

 

Je ne suis pas malheureux

Mais suis-je heureux ?

Je ne suis pas triste

Mais suis-je content pour autant ?

 

Je vis !

Du moins je le crois

 

On fait tous des choix et on pense que sur le moment se sont les bons mais dès fois on se trompe.

C’est ce qu’Antoine n’arrêtait pas de se répéter en relisant la lettre qu’il avait écrit à sa femme Laurence. Il l’avait laissé en évidence sur le guéridon de l’entrée pour être sûr qu’elle l’a trouverait en rentrant du travail. Il savait son geste empreint de lâcheté, il avait honte de lui. Le mépris est une lourde chaîne à porter, le remord un lourd boulet à traîner tel était le prix à payer et il le savait. Comme Sisyphe qui remonte son rocher et qui retombe une fois arriver en haut il est voué à faire la même chose sa vie durant.

 

 

Mais lui l’auteur sait qu’il a de la chance, il ne commettra pas la même erreur qu’Antoine car le passé sert d’avertissement et l’avenir est le garant des leçons à retenir. Il est conscient, lui le repus le bien heureux d’être aimé, que rien n’est acquis en ce bas monde et que le mérite en revient à ce qui ose dire et faire les mots et les gestes sans avoir honte de s’être livré, de s’être déshabillé le cœur et l’âme.

Mais ça Antoine ne sait pas le faire, n’a pas su le dire. Il sait qu’il sera juger à l’aune des ses fautes. A quoi bon le repentir il suffit de ne pas fauter… Mais hélas la chair est forte mais l’esprit est faible

 

Extrait de  « Antoine où Rêverie d’un pseudo écrivain »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

juliette b 25/12/2010 08:25



J'ai désiré et crait que ce texte soit de toi.


Craint por ta douleur, désiré pour la sincérité et l'aisance de l'écriture


Bises et joyeux Noël



Michèle 23/12/2010 16:24






il y a bien longtemps que je ne suis pas venue écrire quelques mots ici


merci  de ton commentaire sur mon blog qui fait que je viens de lire cette note qui n'est pas légère , profondeur des mots qui font réfléchir...


l'année 2010 va se terminer , bon noël et mes meilleurs voeux pour l'an nouveau 2011 déjà  


bises de bonne année .