Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

olympia Alberti

11 Décembre 2007 , Rédigé par gentle13 Publié dans #anthologie

Bonjour, aujourd'hui je vous présente une nouvelle d'un auteur, que j'avoue ne pas connaître mais qui là encore mérite d'être connu. Donc je le soumet à votre sagacité et à votre amour du livre. Là encore voyage et rêve au rendez-vous dépaysement assuré pour les sédentaires que la vie, le boulot ect.. contraint à rester là où ils résident. Laissez vous aller au gré des pages, laissez vous imprégniez par les mots et les images.
Bonne lecture
Gentle13

1bis, rue Abou-Nawas ou le soleil des souvenirs
lundi 10 décembre 2007.
 
Les Editions Elyzad nous proposent le dernier livre d’Olympia Alberti 1bis, rue Abou-Nawas, « une véritable merveille ».
Olympia Alberti : 1 bis, rue Abou-Nawas
Olympia Alberti : 1 bis, rue Abou-Nawas
Editions Elyzad, EAN : 9789973580078, 13,90 €
Cet ouvrage nous transporte de l’autre côté de la mer, où les souvenirs, devenus impalpables, se mêlent à la lumière et dont la présence est devenue tellement physique que le lecteur pourrait presque les toucher.

D’où provient ce miracle ? Inutile de chercher bien loin ce qui crève les yeux. En effet, depuis qu’elle tient une plume, Olympia sait dompter les mots, les soumettre à sa volonté d’images, de rythmes et à sa profonde humanité.

Elle a le goût de l’écriture sonore qui évoque et bouleverse, qui vous saisit à bras le coeur. Elle noircit une page comme elle frotterait une lampe magique. Aussitôt « le bon génie » paraît et exauce les vœux de l’auteure qui, comme le vent, cherche à coiffer l’impossible de son bonnet de joie.

Ce livre est un journal d’âme. Il évoque des situations, des lieux avec une telle intensité que l’on sent les odeurs monter de la terre, les arbres danser sous la caresse du jour, mais aussi la poussière du chemin, la respiration de la mer et toute la simplicité de cette vie dont l’écho pénètre le lecteur d’une douce violence, comme les couleurs suaves et chaudes qu’entretiennent les comètes.

Le rêve est là, éveillé, comme sorti de son berceau, il marche, parle, s’agite, il cherche à capturer notre regard, sa présence devient familière comme le sable errant dans la rue Abou-Nawas, comme le jour dessine et rature les formes et les lignes, attachés à la course du soleil. Alors, quand on a vécu sous le feuillage des légendes, au milieu d’un éblouissement qui, sans cesse, entrebaille la porte du quotidien, il est presque impossible de vivre ailleurs, où les maisons se ferment, les rues se métamorphosent en moteurs bruyants aux chaussures de gomme et où les voisins se griment à l’abri de leurs volets mi-clos, cherchant à brouiller les heures en agitant le mirage d’un emploi du temps imaginaire.

L’éternité semble dormir là-bas, où « la grande bleue » incarne la liberté d’être et la joie de vivre avec le pain si chaud, si tendre, si vivant, si drôle. Ici, ce pain n’a plus de goût, il est devenu fade, triste, presque résigné sous sa croûte brune.

Alors, on rouvre la fenêtre, celle qui donne sur l’écriture, sur le voyage, celle qui possède la profondeur de l’infini où l’on puise l’eau pure et fraîche dans la paume d’un monde que l’on ne peut oublier. Il est devenu cette cicatrice qui semble coudre le cœur en son milieu, comme une frontière, et qu’un chagrin trop lourd ne manquerait pas de déchirer.

Peut-on réapprendre à vivre, comme on apprend à marcher ? Ici, le paysage est si différent. Ici, on dirait un décor qui chercherait des comédiens pour l’animer... Ici, on ne devient qu’une existence...

Il ne reste plus, pour se sauver du naufrage, que la création... Qu’elle entre, submerge, emporte tout sur son passage laissant la vie, plus vraie que la parole, surgir de la grisaille avec cette sincérité qui transporte les âmes au-delà de cette petitesse qui écrase les jours entre les doigts poisseux du quotidien.

Ce livre est une beauté qui se visite comme une révélation sous l’œil bienveillant de la lumière.

"J’écris pour les mains calleuses
Qui jamais ne toucheront mes livres
Pour les analphabètes
Et ceux qui ne croiseront jamais
Qu’au large de mes mots
J’écris pour ceux qui ont soif
Qui ont faim du seul pain
Qui leur manque
L’Amour
J’écris parce qu’ils ne le savent pas
Et qu’ils se trompent pour de l’argent,
J’écris pour essuyer le crachat
Des racistes à leur visage
J’écris là pour leur rendre
Un jardin -
Celui qu’ils m’ont pris
Sans le savoir"

"j’ai vécu au bord d’une plage de bleu et de sables lents à s’étirer. Les promenades m’y étaient moins solitude que commu- nion, parfois, avec le monde, ouverture au chant subreptice des êtres. Les claque- ments de vagues me firent souvent élargir le cercle de mes pas ; j’allais, plus loin, jusqu’aux jardins intérieurs, où des airs de flûtes cascadent et font leur fraîcheur. Un jour, je dépassai un mur délité bordant un jardin immobile : il semblait veiller à contenir un parfum, une histoire. Revenant des rosées d’une autre musique, je m’arrêtai. Le mur se craquelait, des plaques de sable séché s’en étaient exco- riées. Cette retenue précaire de terre ocre attirait ma paume : je la posai sur l’om- breuse pierre ameublie. Je n’attendais rien, j’étais."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
:
encore une inconnue pour moi, j'ai trouvé dans la description de cet ouvrage beaucoup de poèsie pour exprimer le ressenti de cette lecture et l'extrait que tu nous mets est très prometteur.Ce matin le soleil est présent avec le ciel bleu dans un ciel bien lavé avec toute la pluie que nous avons eue, Passes une bonne journée, je l'envoie des rayons de bisous.
Répondre