Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

Olympia Albert

22 Février 2008 , Rédigé par gentle13 Publié dans #anthologie

Un fois de plus je reviens vers Olympia Alberti parce que là encore le jeu en vaut la chandelle, je vous laisse en sa compagnie afin de vous delecter des extraits que j'ai mis en ligne.Je ne sais pas pour vous mais moi ça me donne envie d'acheter ses livres pour en savoir plus sur elle et sur ses oeuvres.
Gentle13




L'auteur  

“Olympia Alberti n’est pas un pseudonyme.
De même mes livres n’empruntent à la fiction que les silences de la pudeur : l’écriture c’est ma vie.
célébrant par excès de gravité, je suis à la fois passionnée et détachée, ayant égal bonheur à exprimer qu’à suggérer, pour faire naître en l’autre l’instant de la beauté.”
Une vingtaine de livres publiés (romans, poèmes, essais, nouvelles, livres d’art).
Traductions en chinois, en grec, en espagnol.

Bibliographie

Romans

Un jasmin ivre, Prix des Créateurs, (Albin Michel, 1982)
Une mémoire de santal, (Albin Michel, 1983)
La Dévorade, Prix George Sand, (Albin Michel, 1985)
Rive de bronze, rive de perle, (Actes Sud, 1989)
La Sarabande, (Le Rocher, 1991)
13, rue Saltalamacchia, collectif, (Le Ricochet, 1997)
Les enfants reviendront après l’Épiphanie, (Le Verger éditeur, 2002)

Nouvelles

Le Noyau de safou, (Albin Michel, 1987)
Promenade des Anglais, (Melis, 2001)

Poèmes

L’Amour palimpseste, suivi de La Dernière lettre, (Albin Michel, 1982)
Cœur rhapsodie, cœur absolu, suivi de Requiem, (Albin Michel, 1985)
Croire vivre
Olympia Alberti

 cliquez ici pour voir en grand

 

Propos du livre  

“Croire vivre” est né d’un instant de dialogue avec une fervente amie, Denise Gaillard – amie à qui ces pages sont d’évidence dédiées. Je disais ma conviction que l’amour ne finit pas avec la limite des expériences que nous en connaissons, qu’il s’infinit à travers notre conscience, et l’ouverture que nous voulons bien lui accorder. En ce sens, il y a la Parole, et les mots. Je ne sais pas encore pourquoi je pense, et pas seulement avec ma tête, que la source n’est pas la même pour les deux instances, pas plus que la tessiture : c’est une affaire de densité, d’intensité, de profondeur. D’où l’écoute silencieuse du vent, des forêts, et de la lente et irrépressible montée des sèves. L’amie me dit alors d’écrire ce silence intérieur qui vit à demeure comme un chant.


Extrait

On n’en finit pas avec l’amour.
Où en finit-on avec les racines, la vérité et l’infini ? Le jour où l’on en finit avec l’amour, on est plus mort qu’un mort, qui peut-être est parti dans la douceur et l’acceptation. Rayé de la carte des vivants, on retourne dans l’inaccompli.
Croire vivre, et ne plus faire qu’exister.
Bois sec.

L’Autre côté du monde
Olympia Alberti

 cliquez ici pour voir en grand

 

Propos du livre  

L’amour s’adresse en elle à cette grâce, ardente, qui fait réponse, de la flamme à la nuit. Histoire d’une rencontre, d’une passion et de ses sublimes tourmentes… “ L’or s’embellit constamment des blessures que lui inflige l’Orfèvre ”. Oui, l’amour est ici porté par une parole entière, nue et comblée de sa soif.
Ce texte, dans sa brièveté, avec sa justesse de ton, propose une réflexion très percutante sur le désir et ses variations. Érotisme, émotion, sensibilité et densité des images sont ici au service
d’une mise en perspective spirituelle de la passion amoureuse

Ma vie n’est faite que d’amour.
De tout le reste elle est “ défaite ”. C’est d’une matière qu’il s’agit, d’une manière aussi – de respirer –, d’un tissage d’air, de feu et d’eau ; mais pour se dénouer, et vivre la défaite, 1’accepter dans son enseignement et son annonciation, il faut aimer beaucoup. Il faut aimer encore, et accéder à cette réserve que Dieu nous garde pour les jours obscurs. Qu’on appelle cet espace, entre le cœur et 1’âme, tendresse, grâce ou pardon, il se donne au même paysage intime – mais c’est le contraire de 1’oubli, de 1’indifférence et de l’orgueil. C’est de 1’amour, comme d’une matière, comme d’une manière d’être. Au monde et aux autres.
D’être à 1’écoute de ce qu’aimer peut faire ou devenir, j’ai gardé en moi une place pour “ ça ”, immense et sans nom, et peut-être cet espace s’est-il maintenu, île ouverte, de se prendre aux caresses des instants secrets. Ce regard d’âme sur le monde, peut-être ne m’a-t-il jamais quittée, je n’ai pas réussi à m’en défaire, pas plus qu’à me distraire du cœur battant de vivre, et j’ai là habité à demeure d’indicible – c’est avouer le combat pour oser, chaque fois que j’ai pu y accéder, cette profération de 1’intime, la proclamer unique reconnaissance, et seule vérité.
Ma vie n’est faite que d’amour. Pour le reste, elle est une défaite. Et ils en reviennent toujours là, mes jours, à ce point d’ardue, d’ardente lumière où les choses sont justes, sues comme un chant exact, et s’inscrivent dans l’éternité.


 


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Bonjour ! un ptit coucou !
Répondre
T
Bonne soirée.
Répondre
C
 Bisous du dimanche ! chrisel
Répondre