Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

Botticelli

9 Décembre 2006 , Rédigé par gentle Publié dans #anthologie

Nouveauté sur le panaorama du livre un site exemplaire pour les littéraires et les poètes. N'hésitez pas à vous s'y rendre vous ne serez pas déçus du voyage.
Armando
 
Le Basilic et la Turquoise : Botticelli, vivre Ou l’alchimie de la passion
mardi 5 décembre 2006.
 
Biographie ? Roman historique ? Visage poétique ? Le dernier ouvrage d’Olympia Alberti est une merveille inclassable qui nous parle de la vie, la vie dans ce qu’elle possède de plus noble et de plus élevé.
Olympia Alberti : Le Basilic et la turquoise Botticelli, vivre
Olympia Alberti : Le Basilic et la turquoise Botticelli, vivre
Les Petites Vagues Editions, EAN : 9782915146295, 18 €
Botticelli vous connaissez ? Sans doute, mais jamais le parcours d’un artiste ne fut accompagné par une plume si légère et si admirable.

Je pourrais presque dire que l’auteur revient peu à peu à la source même de la poésie. Ses mots dénudent nos clichés, bouleversent nos habitudes. Olympia Alberti ouvre nos yeux. Nous entrons dans la vie, la véritable, celle dont le chant s’accomplit dans le cœur, tel un émerveillement sans cesse recommencé. Oui, la beauté existe sur cette planète, elle est en chacun de nous, impatiente, pressée de nous prendre par la main, car nous cherchons de l’autre côté du monde ce qui anime nos destins et qui palpite si près de nos lèvres !

Le coup de génie d’Olympia est de nous avoir transportés au XVème siècle, dans une famille modeste pour assister à la naissance de Sandro di Mariano Filipapi Botticelli (dit Sandro) et de nous permettre de suivre au-delà des chemins battus, la vie intérieure de cet artiste qui fut à la fois peintre, dessinateur et graveur.

C’est alors que l’auteur nous révèle toute sa palette. Son écriture nous élève jusqu’au sommet des jours où l’écorce du monde caresse la lumière.

Nous apprenons que le père de Sandro est tanneur. Ce métier rude et ingrat subjugue notre futur artiste. Des mains de ce père qu’il admire, jaillissent l’immortalité. Ces peaux vouées à la pourriture, à la disparition sordide se transforment, presque par magie, en gardiens des mots superbes et merveilleux qui peuvent se moquer de la cruauté du temps.

Les gestes de l’ouvrier se métamorphosent en une danse mystérieuse où le tanneur devient alchimiste, qui grave l’éternel sur les pages des hommes. Pour Sandro, c’est un ravissement qui entre dans sa chair et qui l’accompagnera toute son existence, comme une odeur qui joue dans la forêt des rêves.

Nous suivons alors Sandro qui s’ouvre peu à peu à la vie et à ce monde qui l’entoure. On devine déjà les lignes de force qui, bien qu’au seuil de l’adolescence, esquissent déjà le paysage et le sentier de l’artiste futur.

Olympia nous parle de ce qui bat au plus profond de cet être exceptionnel : la Création. Nourrie du passé, elle sculpte le présent sans perdre de vue l’avenir. Elle est à la fois l’innocence et le tourment, la confiance et le piège, l’écho de nos cris et le souffle pur de l’âme.

Cet ouvrage représente l’alphabet de la passion où l’on devine, au-delà des insomnies, le chant, à peine voilé, de l’aurore d’une œuvre qui prend, peu à peu, la mesure de son créateur. Le silence demeure dans l’ombre de nos voix, mais il contient le germe du Verbe, toujours à naître. Au-delà d’un simple biographie, Olympia Alberti pose clairement la question qui hante tous les artistes : La création est-elle un tourment ? une lumière ? les deux à la fois ? Mais qui parle de l’acte créateur, ne peut éviter le divin. A-t-on le droit, le pouvoir de négliger les dons reçus à la naissance et qui se révèlent pas à pas au cours de premières années ? Doit-on accepter le doute et son cortège d’ailes noires ? Faut-il offrir au monde sa nudité intérieure pour que sa vision porte le visage de la lumière ? La peinture devient alors chair, mouvement, écho de cette respiration qu’impose le don de soi. Pour ce livre sensible et profond, Olympia a trempé sa plume dans l’artère du Verbe.

Ces mots sont de véritables êtres vivants, qui nous parlent et nous entraînent bien au-delà d’une littérature banale. Nous sommes en présence d’un « Maître-Livre » où tous les sentiments touchent le lecteur jusqu’au fond de l’âme, car chaque phrase frôle et parfois bouscule... nous sommes face à la Création, car le talent de l’écrivain est de pousser celui qui tourne les pages, sur le devant de la scène et de lui dire, mot après mot ce qui traverse l’artiste pour atteindre la vision de l’œuvre que lui murmure l’ange et que ses mains tentent, en vain, de reproduire !

Ajoutons que cet ouvrage est magistralement illustré par des calligraphies et aquarelles de Colette Ottmann. Cette collaboration prolonge notre plaisir tout en nous maintenant sous le charme de l’écriture et de la couleur. Avec cet ouvrage, vous allez découvrir les mots secrets de la vie, mots qui tressent l’amour en échelle d’âme pour atteindre le coeur ! A offrir et à découvrir, absolument !

"Il prend conscience que pour faire signe, il faut voir, recevoir et donner, consentir à l’empreinte du pas résilié d’or. L’âme ne travaille t-elle pas l’être, comme un levain, jusqu’au visage ? Ne devient-on pas ce que l’on éprouve ? Il voudrait tellement mériter la vision, enfin, le frôlement dense et chuchotant, près de sa joue, il voudrait encore et encore ce froissement si proche de son oreille qu’il éprouve alors la sensation que cela nait à l’intérieur de lui-même. Va-t-il bientôt traduire en triomphe pour le regard cette suffocation de tourterelle, près de son cœur ? Il veut rendre la beauté, en la gardant - et il ne faut rien garder : il sait que là est la souffrance. Lâcher prise, lâcher, la donner toute. Ainsi ne serait-elle pas un peu à lui ? S’il pouvait devenir le geste pur de ce qu’il pressent, transmuer cette énergie d’amour en harmonie, faire lever des aurores dans des vies en prison, il ferait là œuvre de ... poète. Il faudrait des siècles pour le lire, il serait inépuisable, comme un livre d’aube..."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Salut Paul, voila une belle idée, je souhaite que tes lecteurs soient au RDV. Tu le mérites.Mon projet a prit de l'ampleur, demain matin à 8H00 je suis l'invité de "Bonjour Marseille" sur LCM. Regarde cela t'amusera.Plein de bonnes choses pour toi.AmitiésJF
Répondre
S
Bnojour arandoLa je commande ce livre pour NoelGros bisousSylvie
Répondre