Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie

De la Russie à la chine : La poésie voyage

12 Mars 2007 , Rédigé par gentle Publié dans #anthologie

La poèsie comme je l'ai toujours dis et bien d'autres avant moi l'ont déjà dis, elle n'est  pas la figure de proue que d'un seul pays, bien au contraire la poésie se conjugue à toutes les langues aussi bien au féminin qu'au masculin, je vous laisse en compagnie de cette grande poétesse russe. Je m'excuse par avance de la longueur de l'article mais cela m'a parût nécessaire pour faire connaître le personnage, je vous souhaite à toutes et à tous une excellente journée
Gentle13


présentation du travail d’Olga Sedakova et lectures par :
Olga Sedakova, Marie-Noëlle Pane, Brigitte Rax, Michel Parfenov

 



Olga Sedakova est née en 1949 à Moscou.
Poète, elle est aussi philologue et enseigne la littérature à l’université de Moscou (MGU). Dans les années soixante-dix, l’école structuraliste de Tartu que dirigeait Iouri Lotman a joué pour elle un rôle déterminant, ainsi que les travaux du philologue Sergueï Averintsev.
Se rattachant à ce qu’on appelait alors la « seconde culture », ses poèmes ont d’abord circulé sous forme de samizdat. Olga Sedakova est à présent traduite dans de nombreuses langues et de nombreux pays.
Olga Sedakova a reçu de nombreux prix de poésie : à Paris en 1990, en Italie en 1995, ainsi que le prix de la Société Soloviev en juillet 1998 et le prix Soljénitsyne à Moscou en 2003. Le titre de Docteur honoris causa lui a récemment été décerné par l’Université de théologie de Minsk.


QUELQUES MOTS SUR LA POÉSIE. SUR SA FIN, SON COMMENCEMET, ET SA CONTINUATION
(extrait d'un texte publié dans La fête de la pensée / Hommage à François Fédier, Paris, Lettrage distribution, 2001. Traduit du russe par Marie-Noëlle Pane)

Poètes de loin amènent la parole.
Poètes sont menés loin par la parole.

Marina Tsvétaéva

« L’on peut commencer un entretien sur la poésie – ou bien plutôt sur le drame de la poésie dans la société contemporaine (d’aucuns diraient volontiers sur la fin de la poésie dans notre civilisation, sur sa mort, sur l’heure post-poétique qui a sonné à nos montres) de n’importe quel endroit. Le caractère arbitraire de ce point de départ est la première leçon que nous donne la poésie : leçon de transformation de l’espace. L’espace touché par la poésie, de réalité chosifiée qu’il était, local rempli d’objets (entre lesquels existent des distances plus ou moins grandes, franchissables ou infranchissables) devient quelque chose d’autre. Il se dématérialise, de même que les cordes effleurées par les doigts, l’archet ou le plectre cessent d’être des objets et se muent en pure vibration sonore. Ainsi, en poésie (j’entends ici la poésie indépendamment de l’activité versificatrice proprement dite), ce qui est proche peut s’avérer plus éloigné qu’une galaxie, tandis que le plus lointain résonne non pas de près, mais de l’intérieur – et tout peut répondre à tout, sans tenir compte de son emplacement « prosaïque », de ses propriétés lexicales, sémantiques, logiques, historiques. »


LA PLUIE
(traduit du russe par Philippe Arjakovsky)

– Il pleut,
et paraîtrait qu’il n’y a pas de Dieu ! –
aimait dire une vieille de nos lieux,
la petite mère Varia.

Ceux qui disaient qu’il n’y a pas de Dieu
brûlent des cierges aujourd’hui,
donnent une messe trois fois l’an,
et se méfient des mécréants.

Petite mère Varia gît au cimetière,
et il pleut,
pluie géante, abondante, pluie à perte de vue
tombe, tombe la pluie
mais au carreau de personne elle ne frappe plus.



Le voyage en Chine et autres poèmes ou l’amour de la création
mardi 1er novembre 2005.
 
Olga Sedakova est sans doute, actuellement, une des figures de la poésie russe la plus remarquable et les Editions Caractères font paraître en français, un florilège de son oeuvre.
Olga Sedakova : Le Voyage en chine Et autres poèmes
Olga Sedakova : Le Voyage en chine Et autres poèmes
Editions Caractères,
Cette poétesse, que la critique qualifie le plus souvent de « classique » parce qu’elle a longtemps écrit en rimes héritées de la tradition, est née à Moscou en 1949.

Elle passe une partie de son enfance en Chine, où son père, travaillait comme coopérant. Elle fit ses études à l’Université d’État de Moscou avant de soutenir, en 1973, à l’Institut d’Etudes Slaves et Balkaniques de l’Académie des Sciences d’URSS, une thèse sur les rites funéraires archaïques des Slaves du Sud et de l’Est.

Ces longues études et ses recherches ont permis à Olga de découvrir tout d’abord la poésie russe classique, puis la poésie européenne. Elles abordent ainsi, dans l’original, les oeuvres de Dante, Goethe, Hölderling, Baudelaire, Claudel etc....

Cette poétesse écrit ses premiers vers à l’âge de 11 ans. La poésie représente la concrétisation la plus naturelle de sa pensée.

Olga n’est pas un auteur officiel, et ses poèmes seront ignorés jusqu’à la Perestroïka. Cependant, son oeuvre est largement diffusée par les réseaux parallèles du « Samizdat ». Au moyen de lectures et réunions clandestines, la poésie fut et demeure pour tous les peuples opprimés de la terre, l’expression et le symbole de la résistance et de la liberté. C’est sans doute pour cela que dans certains pays occidentaux elle est, de nos jours, sous haute surveillance.

Vorota, Okna, Arki (fenêtres, portes, arcades) fut le premier recueil de notre poétesse. Notons qu’il parut à Paris en 1986, aux éditions Y. M. C. A Press. L’oeuvre d’Olga est aujourd’hui traduite dans plus de quinze langues, ce qui permet de dire que cette poétesse est devenue à la fois internationale et incontournable.

Mais lorsqu’elle fut publiée dans les années 60, c’était dans des journaux et revues contrôlés par le parti. 1967 marque le début du silence. Plus aucun poème ne parut et cette « disparition poétique » dura jusqu’en 1991.

1967 n’est pas une date innocente, elle est à la frontière de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie qui marquera la fin du rêve socialiste et de la liberté des peuples. Année sombre et glaciale où Olga a fait de la résistance spirituelle, non pas contre le régime, mais contre « l’étant », le donné, la vie sans vie que le pays doit subir. L’arme essentielle de cette résistance pacifique est le désir de forme dans un monde devenu justement uniforme.

Olga fait partie d’un cercle d’artistes, poètes, écrivains, philosophes, qui ont pour point commun le refus de toute compromission avec le pouvoir. Aujourd’hui, sa poésie circule dans le monde entier. Elle incarna l’attitude du héros lyrique inflexible devant les tentations et les pièges de l’histoire, mais aussi cette profonde humilité face aux forces divines.

Contrairement aux États-Unis et à l’Europe, la Russie n’a accepté l’emploi du verbe dit libre, qu’à partir de la dernière décennie du 20e siècle. Olga se démarque par la synthèse qu’elle opère entre la tradition et l’avant-garde. Ces maîtres en poésie sont Mandelskam et khlebnikov. Ce dernier, qui est sans doute le plus génial des poètes d’avant garde russe est peut-être aussi un des plus grands du 20e siècle, se retrouve dans certains poèmes d’Olga. Elle lui rend également hommage en lui consacrant plusieurs études critiques.

Le voyage en Chine et autres poèmes regroupe des extraits de plusieurs recueils dont Stèles et Inscriptions, chansons anciennes, sans oublier naturellement le Voyage en Chine.

L’humilité (smirénie), la compassion, la douceur, le partage en une communion profonde, sont les acteurs de ses poèmes où le courage, l’indépendance et l’acte de foi en la vie offrent au lecteur la vision d’un autre futur. Souhaitons que ce recueil, en français, sera suivi de beaucoup d’autres (en version bilingue cette fois) permettant ainsi au public de découvrir et d’apprécier une voix majeure de notre époque.

"Elégie se transformant en Requiem (extraits)
Je ne veux pas savoir de quelle angoisse
s’agite cette mer inouïe.
« En bas » - ici cela veut dire : « devant nous ».
Je hais l’approche du malheur !

Oh ! prendre tout, et par tout, et sur tout,
ou bien avec un pin trempé dans le Vésuve,
sur les cieux, comme quelqu’un a dit,
écrire, écrire à ces seuls mots
écrire en sanglotant les mots « VIENS A NOTRE AIDE ! »
en lettres énormes, pour que les voient les anges
pour que les lisent les martyrs
assassinés avec notre accord
pour que le seigneur le croie : rien
ne reste dans le coeur détesté,
dans l’esprit vide, sur la terre ruinée
nous ne pouvons plus rien. Viens à notre aide ! »"

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
je suis passée par ici , je repasserai par là! re-bisous, christel
Répondre
C
je passe tard en ce moment , mes journées sont loooooooooooooooongues! bisous et bonne soirée , christel
Répondre
L
Je découvre ton site au hasard d'une promenade .....c'est passionnant j'y reviendrai le parcourir plus longuement..bonne journée à toi
Répondre
C
bisous tardifs du lundi ! bonne soirée , christel
Répondre
:
2ème lecture et de nouveau les frissons, c'est bizarre comme l'assiociation de simple mot joue sur le cerveau et déclenche les émotions.
 de lundi sous le soleil revenu, très plaisant de laisser les fenêtres ouvertes, bisous
Répondre