Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie
Articles récents

Mary Dorsan

14 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

"Rencontrer un meurtrier,

un homme de la même matière humaine que soi, le côtoyer du lundi au vendredi, constater sa dangerosité, être sidérée, avoir peur, croiser réalités et fictions, penser aux ouvrages de Stephen King, relire L'Etranger d'Albert Camus, se souvenir de L'Adversaire d'Emmanuel Carrère, lu quelques années plus tôt. Ici cependant, l'assassin n'est pas en prison, derrière des barreaux. Lire. Prendre le parti de la littérature. Ecrire soi-même pour tenter de comprendre".

Lire la suite

Pascal Pic

14 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

L'humanité est-elle prête à vivre avec d'autres intelligences ? Dans ce livre, Pascal Picq analyse la coévolution de l'espèce humaine et de ses proches ― les australopithèques d'hier comme les chimpanzés d'aujourd'hui ― avec les innovations techniques et culturelles actuelles. Retraçant les fondements des intelligences animales, humaines et artificielles dans une approche évolutionniste, il nous explique comment elles ont émergé, en quoi elles diffèrent fondamentalement et pourquoi certaines d'entre elles sont plus performantes que d'autres.

Une nouvelle phase de l'évolution se dessine en ce moment, dont il est urgent de prendre la mesure : il nous faut apprendre, et vite, à vivre en bonne intelligence avec toutes ces intelligences. En attendant les promesses du transhumanisme, une décennie de tous les possibles s'ouvre à nous. Les technologies ne suffiront pas si l'humanité ne s'inscrit pas dans une véritable vision évolutionniste qui associe les intelligences humaines, animales et artificielles.

Lire la suite

Boris Cyrulnik

14 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

Dans la série Grande Librairie" du 10/04/2019

« Je sais maintenant, grâce aux récits intimes de mon for intérieur, et aux histoires des enfances fracassées, qu’il est toujours possible d’écrire des soleils.

Combien, parmi les écrivains, d’enfants orphelins, d’enfants négligés, rejetés, qui, tous, ont combattu la perte avec des mots écrits ?

Pour eux, le simple fait d’écrire changea le goût du monde.


Le manque invite à la créativité. La perte invite à l’art, l’orphelinage invite au roman. Une vie sans actions, sans rencontres et sans chagrins ne serait qu’une existence sans plaisirs et sans rêves, un gouffre de glace.

Crier son désespoir n’est pas une écriture, il faut chercher les mots qui donnent forme à la détresse pour mieux la voir, hors de soi. Il faut mettre en scène l’expression de son malheur.

L’écriture comble le gouffre de la perte, mais il ne suffit pas d’écrire pour retrouver le bonheur.

En écrivant, en raturant, en gribouillant des flèches dans tous les sens, l’écrivain raccommode son moi déchiré. Les mots écrits métamorphosent la souffrance. »B. C.  

Un livre bouleversant, de témoignage et d’émotion, où Boris Cyrulnik convoque les déchirures d’écrivains célèbres, les conjugue à l’aune de ses propres souffrances pour mieux convaincre chacun de nous des bienfaits de l’imaginaire, de la puissance du rêve, des pouvoirs de guérison que recèle l’écriture.

Lire la suite

Edouard Bureau

6 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

Le Lion sans crinière est ce tout jeune planteur idéaliste, qui lance une révolte par humanisme. Le Lion sans crinière est ce chef de guerre qui apprend à commander dans le fracas des batailles. Le Lion sans crinière est ce vainqueur qui ne voit pas sa jeunesse s'évanouir et dont le coeur se flétrira au contact du pouvoir...

Le Lion sans crinière est une folle cavalcade humaniste, le roman d'une passion amoureuse que la guerre déchire. C'est aussi le récit d'une amitié écartelée. C'est enfin un cri d'amour - un rugissement - à la nature et à la poésie...

Lire la suite

Camille de peretti

6 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

«  Depuis le début de la cérémonie, la tête légèrement penchée en avant, elle avait gardé les paupières baissées comme l’aurait fait une fiancée soumise, mais son corps criait la roideur et l’orgueil. Malgré son jeune âge, il n’y avait en elle aucune douceur, aucune fragilité, aucune enfance. La parfaite beauté de la jeune fille, sa peau d’une pâleur extrême, ses petites mains jointes en prière, la finesse pointue de ses articulations que l’on devinait sous le lourd manteau vert doublé de fourrure, tout cela était tranchant comme la lame d’une épée.  »


Au cœur du Moyen Âge, le destin de deux sœurs en quête d’émancipation à une époque vouant les femmes au silence. Un magnifique voyage dans le temps, qui dépoussière le genre du roman historique.
 
Camille de Peretti est née en 1980 à Paris. Elle est l’auteur de six romans dont Thornytorinx (prix du Premier roman de Chambéry), et Blonde à forte poitrine (Kero, 2016).

Lire la suite

Isabelle Mayault

6 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

A la mort de sa cousine sur la route du Pacifique, au Mexique, un homme hérite d'une valise. Il découvre qu'elle contient des milliers de négatifs des photos de la guerre d'Espagne prises par Capa, Taro et Chim.

Et se retrouve dans l'embarras. Faut-il par loyauté se taire et s'en faire le nouveau gardien ? Ou en dévoiler l'existence ? Pour en décider, il remonte la piste des propriétaires successifs de la valise et reconstitue, près de soixante-dix ans après, la longue nuit pendant laquelle l'héroïsme, la discrétion, l'audace de quelques hommes et femmes ont sauvé ces précieux clichés. A lui, désormais, d'en imprimer le nouveau destin.

Lire la suite

Jean Christophe Rufin

6 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

"Sept fois ils se sont dit oui. Dans des consulats obscurs, des mairies de quartier, des grandes cathédrales ou des chapelles du bout du monde. Tantôt pieds nus, tantôt en grand équipage. Il leur est même arrivé d'oublier les alliances. Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l'éloignement, la séparation, le divorce... Edgar et Ludmilla...

Le mariage sans fin d'un aventurier charmeur, un brin escroc, et d'une exilée un peu "perchée", devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'était en somme : "ni avec toi, ni sans toi". A cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s'aimer. Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivis partout, de Russie jusqu'en Amérique, du Maroc à l'Afrique du Sud. J'ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l'après-guerre jusqu'aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux. Parfois, je me demande même s'ils existeraient sans moi", Jean-Christophe Rufin.

Lire la suite

La maison vide

6 Avril 2019 , Rédigé par gentle13

De temps à autres je publierais des textes perso, qui traversent mon esprits, que je m'empresse de noter avant de les oublier.

J'ai monté les marches de l’escalier de ma vie, mais hélas, j'ai trébuché sur la dernière et j'ai chuté dans l'abîme noir et glacé, cet insondable vide qui m'habite. Une maison mal éclairée et froide. Il y a des ombres, presque des fantômes, qui hante le lieu. Je me cache, je me réfugie dans la lumière du grenier mais rien n'y fait elles me poursuivent...Pourquoi ? Quelle question, comment le saurais-je !

Qu'ai-je fais ou dis ou alors je n'ai rien fais ni rien dis, mais alors pourquoi me poursuivent elles, je ne sais pas ça reste un mystère que je ne sais pas expliquer ni maintenant ni jamais.

Ce grenier-là est poussiéreux, il est encombré de choses inutiles aux couleurs bigarrées. Mais encombré ne veut pas dire désordonné, il n’y a pas de chaos mais un certain ordre qui se dessine dans la lumière tamisée par la seule ampoule qui pend du plafond. Ce grenier-là est perché tout là-haut presque inaccessible voire même interdit au non habitant des lieux, aux voyeurs au curieux qui viennent contempler la tristesse et la misère qui y règne. Ce grenier-là n’est plus très bien isolé, le vent s’y engouffre en un long sifflement, un souffle rogue terrifiant et lugubre.

La maison vide, la maison hors du temps ou d'un temps que nous ne connaissons pas, d'un temps lointain et incertain, faisant partit d'un mythe ou d'une légende façonnée par on ne sait qui et surtout dans quel but. Le plus surprenant dans cette maison, c'est qu'il n'y a que le grenier qui semble meublé, bien que sommairement... Effectivement on n'y a trouvé une vieille chaise à bascule, un lit, un meuble bas sur lequel est posé une lampe tempête et des photos jaunies par le temps, un couple âgés, ridés par les ans et les souffrances, il y aussi par ci par là des tableaux qui trainent sur des tréteaux bancals qui tiennent encore debout par on ne sait quel miracle. Le vent qui s'engouffre dans le grenier ne les effleurent même pas, comme si un paravent le tenait à distance.

C'est cela la réalité de la maison vide, un cauchemar, la maison de l'oubli, l'effrayante histoire qui s'est déroulé ici il y a fort longtemps, un drame sans pareil qui a engendré la peur l'angoisse. La terrible nécessite de fuir l'endroit et de l'ensevelir; de l'effacer à tout jamais de la mémoire des hommes. La maison vide ou la maison de l'oubli comme l'on surnommé certains. La maison vide c'est comme cette horloge sans mécanisme mais qui bat la mesure du temps. Une bizarrerie inconcevable que personne n'a pu élucidée.

Lire la suite

Huges Capet

31 Mars 2019 , Rédigé par gentle13 Publié dans #Histoire

J'aime l'histoire depuis quelques années maintenant, je suis tombé dans le chaudron du moyen-âge, et depuis je ne cesse de m'y intéresse. Aujourd'hui mon histoire commence en Mai  897, Louis V meurt des suites d'un accident de chasse. Six semaines plus tard, l'accession au trône du duc des Francs, Hugues Capet, l'avènement d'une dynastie qui régnera huit siècles sur la France. Le succès du "coup d’État" qui fait de Hugues Capet un roi n'est pas purement fortuit. Il tient aux bouleversements politiques et sociaux d'un X siècle volontiers décrit comme la période la plus sombre du moyen-âge.  Hugues Capet est un roi robertien et le fondateur de la dynastie capétienne. Il est né vers 939-941, probablement à Dourdan, et mort le , probablement au lieu-dit non habité « Les Juifs », près de Prasville

Hugues Capet accède au trône le 3 Juillet 987

je vous laisse découvrir la suite en, si vous le voulez bien, lire le livre de Yves Sassier.  Hugues Capet.

Lire la suite

Delphine Horvilleur

30 Mars 2019 , Rédigé par gentle13

Sartre avait montré dans Réflexions sur la question juive comment le juif est défini en creux par le regard de l’antisémite. Delphine Horvilleur choisit ici de retourner la focale en explorant l’antisémitisme tel qu’il est perçu par les textes sacrés, la tradition rabbinique et les légendes juives.


Dans tout ce corpus dont elle fait l’exégèse, elle analyse la conscience particulière qu’ont les juifs de ce qui habite la psyché antisémite à travers le temps, et de ce dont elle « charge » le juif, l’accusant tour à tour d’empêcher le monde de faire « tout »  ; de confisquer quelque chose au groupe, à la nation ou à l’individu (procès de l’« élection ») ; d’incarner la faille identitaire ; de manquer de virilité et d’incarner le féminin, le manque, le « trou », la béance qui menace l’intégrité de la communauté.
Cette littérature rabbinique que l’auteur décortique ici est d’autant plus pertinente dans notre période de repli identitaire que les motifs récurrents de l’antisémitisme sont revitalisés dans les discours de l’extrême droite et de l’extrême gauche (notamment l’argument de l’« exception juive » et l’obsession du complot juif).
Mais elle offre aussi et surtout des outils de résilience pour échapper à la tentation victimaire : la tradition rabbinique ne se soucie pas tant de venir à bout de la haine des juifs (peine perdue…) que de donner des armes pour s’en prémunir.
Elle apporte ainsi, à qui sait la lire, une voie de sortie à la compétition victimaire qui caractérise nos temps de haine et de rejet.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>