Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog anthologie
Articles récents

Honneur et Patrie

28 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

On est en 2012 année de l’oracle ZHOR, le persécuteur de la croix. Le sang a rougie la terre de la vallée, les morts ont enterrés les morts et les vivants pleurent.

La vallée disparaît dans la pénombre. Le seul éclairage qui subsiste est celui de la lune quoique partiellement cachée par les nuages qui s’amoncellent.

Comme à chaque fois cela n’annonce rien de bon, pour les anciens les nuages qui couvrent la lune, est un mauvais présage. Le Grand ZHOR est en colère. Il dit en étendant les bras comme pour envelopper l’univers : « Tu dois conquérir et régner ou perdre et servir »

Il est dit, dans les tablettes retrouvées au fond d’une grotte sur les contres forts de la montagne sacrée, qu’un grand malheur surviendrait …lorsque le Grand ZHOR concentrera en un seul pouvoir les quatre bases d’où toutes choses ont pris vit. C’est la coexistence des contraires qui lui permet d’exister. Et le jour est proche, ZHOR le sait, il a vu l’histoire se dérouler : La peur et la soumission, malheur et douleur

Mais aujourd’hui il est mort…

De la souffrance est née l’espérance

De la médisance est née la bienveillance

Mais il est temps maintenant, les mois et les années ont défilés sans que là bas rien ne change vraiment, de la coopération à la corruption il n’y a eu qu’un pas que certains ont franchis allégrement en tirant sur des hommes désarmés

Il est temps maintenant qu’ils rentrent, trop de sang versé trop de larmes amères. Ils se sont engagés, certes, mais pas forcément pour mourir sur une terre étrangère loin des leurs. Bravoure honneur et devoir était leur crédo

Protéger et servir ne font pas d’eux de la chair à canon…

Il est temps maintenant au nom de la RÉPUBLIQUE une et indivisible qu’ils rentrent mais VIVANT.

Il est temps de fêter dignement leur retour avec tous les égards et éloges qui leur sont dus.

Il est temps de quitter ses terres inhospitalières où ils se font lâchement assassiné.

Plus de sonnerie aux morts mais une MARSEILLAISE retentissante pour marquer leur retour.

Lire la suite

Les épées légendaires

27 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

Bédivère. Le chevalier Bedwyr, devenu saint Bédivère, rend l'épée Excalibur à la dame du lac en la jetant dans l'eau à la mort du roi Arthur.
Bédivère. Le chevalier Bedwyr, devenu saint Bédivère, rend l'épée Excalibur à la dame du lac en la jetant dans l'eau à la mort du roi Arthur.

Les épées légendaires et leur charge symbolique.

S'il est une arme qui symbolise à elle seule la chevalerie, c'est l'épée,. Instrument de mort cruciforme au service des faibles et de l'église, l'épée conférait à son possesseur une autorité certaine. Quelque unes semblaient même dotées d'une personnalité.

La lance et le bouclier. les épées ne sont pas les seuls éléments magiques auxquels fait référence le monde de la guerre au Moyen-Âge. D'autres pièces d'équipement militaire sont convoitées, notamment l'autre arme de prédilection de l'élite militaire, la lance, telle que celle de Lug*, avec laquelle aucune guerre ne pouvait être perdue, et Ron, qui appartenait à Arthur. Gardons à l'esprit les trois boucliers magiques que Viviane, la Dame du lac, fit porter à Lancelot multipliant sa force et sa prouesse.

*

Lug ou Lugh est une divinité majeure de la mythologie celtique. Il apparaît en père de la création, véritable spécialiste de la communication et protecteur des arts. Sa fête était célébrée au jour de la Lugnasad, le 1er août et parfois les jours suivants. Il est aussi présent sous des formes variées et complexes dans la mythologie celtique des îles britanniques.

Issu du couple indo-européen des Dioscures, les Jumeaux divins, une des plus anciennes figures du panthéon indo-européen1,2 Lug Samildanach « aux multiples arts », par son intervention restaure l'ordre et le droit lorsque les autres dieux sont tombés dans l'oppression.

Lire la suite

les chevaliers modèles

26 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

les chevaliers modèles

Beowulf,

Est un personnage de légende. Quand il apprend qu'un monstre cannibale nommé Grendel terrorise chaque nuit les habitants du château de Heorot, la demeure de Hrothgar, roi des des Danois, Beowulf, combattant d'une tribu de la Suède méridionale, s'en va tu Grendel et sa mère. Auréolé de sa victoire, le héros devient roi. Mais lorsque le dragon vient terroriser son peuple cinquante ans plus tard, le vieux combattant doit reprendre son arme. Le personnage de fiction terrasse le reptile, mais il meurt de ses blessures après avoir pu contempler les richesses que gardait le dragon.

L'empereur Charlemagne (784-814)

Charlemagne fut considéré comme un des premiers exemples de chevalier idéal. Guerrier chrétien, il se battit pour propager la foi du Christ : tous les peuples qu'il fit plier acceptèrent le christianisme. Des siècles plus tard, les chansons de geste en firent un héros chevaleresque et un chevalier parfait, sans doute la première incarnation du code de la chevalerie. Il rassembla plusieurs des grands esprits d'Europe à sa cour d'Aix-la- Chapelle, parmi lesquels le moine anglo-saxon Alcuin qui réorganisa l'éducation au sein de ses vastes royaumes.

Godefroy de Bouillon (vers 1058-1100)

Apprécié pour sa dévotion et sa modestie, mais plus encore pour sa prestance, sa bravoure et sa force physique, Godefroy de Bouillon, qui avait pris la tête de l'une des branches de la première croisade, usa de son prestige pour modérer les rivalités et abriter les conflits nés du partage de la conquête. Premier souverain du royaume de Jérusalem au terme de la première croisade, il refusa le titre de roi pour celui, plus humble, d'avoué du Saint-Sépulcre. De sa mort l'année suivante naquit une légende, celle d'un homme brave et valeureux à qui l'Orient latin doit sa naissance.

Bertrand du Guesglin (vers 1320-1380)

Bertrand du Guesglin demeure, avec Jeanne d'Arc, une figure légendaire de la lutte contre l'envahisseur anglais et un symbole du sentiment national naissant. Le Dogue noir de Brocéliande, pourfendeur des Anglais, se fit remarquer dès son enfance par sa force et ses goûts belliqueux avec ses compagnons de jeunesse, des paysans roturiers. Illettrés et bagarreurs, et se sentait la vocation d'un guerriers. "Bien qu'il eût connu des échecs, sa réputation fut rapidement très grande. Rompant avec les règles de la guerre féodal, il pratiqua contre les Anglais une tactique de harcèlement, une sorte de guérilla qui renversa la situation militaire en faveur de la France" souligne Jean Favier, membre de l'Institut, Bertrand doit son statut de héros au fait qu'il a, de son vivant, soigné son image et travaillé à faire, et faire connaître, sa propre réputation, comptant notamment dans son entourage Cuvelier, un trouvère qui composa sur lui une biographie rimée.

Les neuf preux

En 1312, Jacques Longuyon, écrit les vœux du paon. Cette chanson de geste révèle alors les neufs preux à son public : Les trois héros biblique de l'ancien testament que sont David, Judas Maccabée* et Josué* ; les païens Hector, Alexandre le Grand et Jules César ; les souverains chrétiens que son le roi Arthur Charlemagne et Godefroy de Bouillon. Le succès européen de ce roman en vers assura aux neuf héros idéaux une renommée immédiate et immense. des seigneurs aussi important que Philippe le Hardi n'hésitèrent pas à décorer de leur présence les murs de leurs bâtisses. Par la suite, il leur fut adjoint neufs preuses dont les noms varient au gré du temps et des auteurs.

*Judas Maccabée (en hébreu יהודה המכבי ou המקבי Yéhouda HaMakabi) est un dirigeant juif du IIe siècle av. J.-C. qui était à la tête des forces juives pendant la révolte des Maccabées contre la domination syrienne hellénistique des séleucides. Il est le troisième fils du prêtre juif Mattathias auquel il succède en -166 comme chef de la révolte. Il meurt en -160. Judas est considéré comme l’un des grands héros de l’histoire juive.

*

Josué, en hébreu יְהוֹשֻׁעַ (Yĕhōshúaʕ), ou Josué fils de Noun (יהושוע בן נון), est un personnage biblique du Livre de l'Exode et surtout du Livre de Josué.

Josué est le successeur de Moïse dans la conduite du peuple hébreu vers la Terre promise. Il mène la conquête du pays de Canaan puis installe les tribus d'Israël.

Dans l'univers fabuleux des chevaliers, Mythologie

Lire la suite

Attentas : Prières pour nos disparus

25 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

Nous vivons des jours sombres ou plutôt rouge, rouge comme le sang versés des innocents fauchés en pleine jeunesse. Je pensais que nous avions évolué depuis le moyen âge, en fait, il s’avère que NON. Il reste malheureusement une poignée irréductible qui s’acharne à vouloir détruire la vie humaine. On est plus Parisien, ni Malien ni Tunisien, on est simplement humain, des frères en humanité. Nous sommes tous des migrants venus d’un continent et nous avons essaimé dans toutes les directions pour aller peupler les terres inconnues.

Lire la suite

Chevaliers mythiques.

22 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

Chevaliers mythiques.

De l'honneur à l'horreur.

Les noms de quelques chevaliers, parfois imaginaires, sont gravés dans la mémoires collectives; Ils nous invitent à nous dépasser, comme Gaston Phébus, dont j'ai déjà parler, ou tel gilles de Rais, sont des avertissements à ceux qui seraient tentés de s'éloigner des valeurs chevaleresques.

"Les romans, chansons de geste et autres poésies couvre les chevaliers de louanges et les places à la droites de Dieu.

Le meilleur chevalier du monde.

Guillaume le Maréchal (ca 1145-1219) William Marshal en anglais, premier comte de Pembroke, fut surnommé "le meilleur chevalier du monde" tant pis pour ses pairs que par ses adversaires français. La vie de ce seigneur anglo-normand, narrée par l'histoire de Guillaume le Maréchal, biographie en 19214 vers commandée par son fils après sa mort, fut effectivement une succession de combats et de prouesses. Il avait capturé 500 chevaliers en tournoi durant sa carrière de joueur. en 1219, il remporta de plus la victoire de Lincoln* et sur Thomas du Perche* : il avait soixante dix ans. Son talent était tel que, né dans une famille de petite noblesse et chevalier errant, il devient l'un des seigneurs les plus riches d’Angleterre et fut nommé régent du royaume en 1216

Aimeric Vacher

*

Thomas du Perche

Thomas, né vers 1195, tué à Lincoln le 20 mai 1217, fut comte du Perche de 1202 à 1217. Il était fils de Geoffroy III, comte du Perche, et de Mathilde de Saxe et de Bavière.

Il n'avait que sept ans à la mort de son père, et la régence fut assurée par sa mère, qui se remaria en 1204 à Enguerrand III, seigneur de Coucy. Il combattit en 1214 à Bouvines. En 1216, les barons anglais se révoltèrent contre leur roi Jean sans Terre et offrirent la couronne au fils de Philippe Auguste, le futur Louis VIII le Lion. Une expédition partit en Angleterre, et dans laquelle s'engagea Thomas. La mort de Jean sans Terre mit fin à cet arrangement, et les barons préférèrent accepter comme roi le fils, encore mineur, de Jean, et s'unirent contre les Français. Ceux-ci assiégèrent Lincoln, mais échouèrent à prendre la ville, et le prince Louis renonça au trône d'Angleterre, mais Thomas avait été tué pendant le siège par le « meilleur tounoyeur du monde », Guillaume Le Maréchal, pourtant âgé1.

Il avait épousé Hélisende de Rethel, fille Hugues II, comte de Rethel, et de Félicité de Broyes, mais n'avait pas eu d'enfants. Sa veuve se remaria avec Garnier de Trainel, sire de Marigny, et son oncle Guillaume, évêque de Châlons-en-Champagne depuis 1215, lui succéda dans le Perche.

*

La seconde bataille de Lincoln a lieu au château de Lincoln le 20 mai 1217, dans le cadre de la Première Guerre des barons, entre les forces de Louis de France – le futur Louis VIII – et celles du roi Henri III d'Angleterre.

L'armée du prince français qui s'était proclamé roi d'Angleterre est attaquée par une partie de l'armée anglaise, commandée par Guillaume le Maréchal régent d'Angleterre. Le comte du Perche, Thomas du Perche, est tué dans la bataille, qui est la dernière victoire du Maréchal.

Guillaume le Maréchal, qui aurait pu faire prisonnier Louis de France, le raccompagne sur la côte du sud de l’Angleterre.

Les batailles navales de Sandwich et de Douvres, la même année, suivront.

Bertrand du Guesclin(1320-80) Le connétable de France( chef des armée du roi) seprésente cevant Charles V(1338-80)

Bertrand du Guesclin(1320-80) Le connétable de France( chef des armée du roi) seprésente cevant Charles V(1338-80)

Lire la suite

Gaston Phébus

19 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

Gaston Phébus

Au XIV° siècle, le Château de Mézerville appartient au Comté de Foix où règne Gaston Phébus (1331 – 1391), « Gaston par la grâce de Dieu, Comte de Foix, Seigneur de Béarn, Vicomte de Nébouzan, Lautrec et d’Albigeois ». Une carte, conservée au Musée de l'Hôtel d'Ardouin et du Vieux Mazères, montre l’étendue de son domaine. Cette carte est une curiosité car elle est bizarrement inversée (le sud est en haut) et elle date du 18° siècle. Elle est due à Roussel et La Blottière qui orientaient leurs cartes dans le sens « utile ».

Personnage puissant, flamboyant, surnommé « Phébus », Gaston est un habile négociateur, homme de guerre et poète à ses heures. « Tout mon temps me suis délecté spécialement de trois choses : les armes, l’amour et la chasse. »
Il rédige en 1387 son très célèbre « Livre de chasse », ouvrage remarquable par ses descriptions et son imagerie.

Il ne fait pas de doute que Phébus séjournant très souvent dans son château de Mazères ne soit venu à Mézerville se réchauffer au pied de la grande cheminée du premier étage lors de ses parties de chasse.

Phébus est en conflit financier violent avec son beau-père, le roi de Navarre. Sa femme, Agnès de Navarre, se sépare de lui et rejoint sa famille en Espagne. Il semble que Phébus éprouve quelques regrets après cette séparation : il rédige alors la célèbre « canso » : « Se canto » où un oiseau sous sa fenêtre chante pour sa mie qui est loin de lui et où ces fières montagnes si hautes l’empêchent de voir son amour.

Aujourd’hui, dans tout le sud-ouest de la France, cette chanson peut être considérée comme un « hymne » national. On ne termine pas une fête familiale ou une réunion d’amis sans entonner « Se canto, que canto ».

Laurent Frontère vient de publier aux éditons Bretzel une petite biographie « tendancieuse et désinvolte, mais clairement indispensable » en 48 pages et pour 8 €.
http://www.editionsbretzel.net/accueilFebus.html

Gaston Phébus
Lire la suite

La vie de château

19 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

La vie de château

Au moyen âge, les châteaux constituaient les demeures fortifiées des rois, des nobles et des seigneurs féodaux. Ils occupaient des positions stratégiques, le plus souvent sur une hauteur afin de contrôler les voies de communications et mieux se défendre en cas d'attaque. Lors des sièges, les paysans trouvaient refuge derrière leurs solides murailles.

Lire la suite

La légende arthurienne

16 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

La légende arthurienne

Un succès rapide auprès de la chevalerie. Au début du VIe siècle, le roi Arthur s'éteint à la bataille de Camlann, trahie par la reine Guenièvre et tué par Mordred*, seigneur historique de Bretagne ou figure imaginaire, les deux peut être, il entre tôt dans la légende, tandis que la sienne ne cessera de s’étoffer.En quelques décennies, des manuscrits inondent l'Europe de la légende arthurienne.

Yvain ou le Chevalier au lion

Roman de Chrétien de Troyes

Yvain, le Chevalier au lion est un roman de chevalerie de Chrétien de Troyes. « Le Chevalier au lion » est l'autre nom de messire Yvain dans les romans courtois, ayant trait aux chevaliers de la Table Ronde. Wikipédia

Auteur : Chrétien de Troyes

Chrétien de Troyes, ce Champenois (ca 1135-ca 1181-1191) fut sans conteste un auteur majeur du cycle arthurien, tant il œuvra pour enrichir le mythe en fusionnant des éléments des traditions celtes (comme les fées et l'existence d'un Autre-Monde) et anglo -normandes(telles la féodalités et la courtoisie).

La légende lui doit, lui qui fut aussi traducteur d'Ovide, les romans en vers que se soit Erec et Enide (composé dans les années 1160), cligès ou la Fausse Morte *(ca 1160), Yvain ou le Chevalier au lion (composé dans les années 1170), Lancelot ou le Chevalier à la charrette*(ca1176-81 commandé par Marie de Champagne), et Perceval le Gallois ou le conte du Graal (composé dans les années 1180)

Merlin l’enchanteur tel que représenté dans l'édition originale des chroniques de Nuremberg.

*Mordred, le fils blessa mortellement son père, le roi Arthur, lors de la bataille finale de Salesbière pour le trône d'Albion. Celui-ci parviendra lui aussi à porter un coup fatal à son fils qui mourut après avoir dit se "adieux" à sa mère.

*Lancelot ou le Chevalier de la charrette est un roman en vers de Chrétien de Troyes, écrit entre 1176 et 1181 à la demande de Marie de Champagne. Ce roman rédigé en vers octosyllabiques nous est connu par trois manuscrits différents. Wikipédia*

* Cligès ou la Fausse Morte est le deuxième roman courtois de Chrétien de Troyes, écrit après Érec et Énide vers 1176. Cette œuvre rédigée en vers octosyllabiques nous est connue par sept manuscrits différents et des fragments. Wikipédia

Auteur : Chrétien de Troyes

Texte de Aimeric Vacher dans Mythologie n°8

Merlin conseillant Arthur

Merlin conseillant Arthur

Chrétien de Troyes,

Chrétien de Troyes,

Lire la suite

Chevaliers entre réel et imaginaire

15 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

Chevaliers entre réel et imaginaire

Aujourd'hui nous allons changer de sujet afin de rêver un peu, de s'échapper de la triste réalité à laquelle nous sommes, malheureusement, obliger de vivre avec. Sans revenir sur les récents événements qui se sont déroulé ce weekend end chacun d'entre nous a eut son quota d'horreurs avec ses images abominables de jeunes gens dans la fleur de l'âge tombés sous les armes de barbares qui n'ont aucune valeur ni respect de la vie humaine.

Je veux parler des légendes et des mythes.

Chevaliers entre réel et imaginaire de Aimeric Vacher docteur en histoire médiévales ainsi qu'en linguistique anglaise ect...

L'univers des chevaliers est à la frontière du réel et de l'imaginaire. C'est un monde où se côtoient le fantastique et le rationnel sans que quiconque ne pense à douter du premier ou à accepter d'emblée le second C'est un monde dans lequel s’opposent l'idéal chevaleresque des textes et la réalité de la vie.

Par Jean Dumas

Page, écuyer, adoubé. La figure du chevalier, née avec l’empereur Charlemagne, ne s'est véritablement imposée que deux siècles plus tard. Magnifié par la chanson de geste et un code d'honneur, le chevalier est devenu le modèle pour les jeunes nobles qui, devenus pages puis écuyers, rêvaient de l'adoubement pour entrer dans le cercle de l'élite guerrière.

Guerrier ou chevalier?

Les historiens modernes affirment que les soldats qui combattaient au IX-X siècles doivent être vus comme des guerriers à cheval plutôt que comme de vrais chevaliers. Ils étaient liés à leur seigneur au cœur d'un système féodal en construction et échangeaient leur service militaire contre un droit foncier.

page, écuyer, adoubé...Chevalier il devient.

page, écuyer, adoubé...Chevalier il devient.

Lire la suite

Famille de Lusignan

15 Novembre 2015 , Rédigé par gentle13

Voilà un bref aperçu de la famille de Lusignan, bien entendu il y a encore bien des choses à écrire sur cette famille, mais je ne vais pas vous assommer avec cette saga. Je vous conseille vivement de vous procurer si cela vous intéresse bien évidement le fameux livre de Charles Farcinet sur cette famille de Lusignan : recherche sur le moyen âge en Poitou. Je vous remercie de m'avoir suivis.

Lire la suite