Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sommes nous prêts?

Publié le par gentle13

Et les heures qui défilent, ces longues et interminables heures comme une journée sans fin, qui ressemble à s’y méprendre à l’éternité tellement le temps semble se figer.
Et alors ?
Alors rien !
Pourquoi le dire ?
Et pourquoi ne le dirais-je pas, vit-on sa vie où l’apparence de sa vie, sommes-nous des moutons de panurge EN SUIVANT le berger sans mot dire, sommes-nous des loups affamés en suivant la meute sans se soucier de savoir où elle va, sous prétexte que nous ne sommes pas capables de vivre notre vie seuls que nous ayons toujours besoin des autres pour exister ?
Comment le saurais-je ?
En cherchant justement à comprendre le pourquoi du comment de toutes choses.
Toi qui parle ainsi, le fais tu ?
J’essaie, y parvenais-je, ça c’est une autre histoire. Toute tentative n’est elle pas une semi victoire sur soi, n’est-ce pas le premier pas qui importe et n’est-ce pas lui qui entraîne le prochain et le suivant…
Et où veux-tu en venir avec ce discours ?
 A te faire réfléchir sur les autres options qui s’offrent à chacun de nous, si toutefois la réflexion n’est pas seulement QUE le reflet de ton visage que renvoie ton miroir.
Me prends-tu pour un imbécile ?
 Non ! Pas le moins du monde, c’est toi qui le dis PAS MOI. Mais si tu le penses peut être l’es-tu.
Et maintenant, que faisons-nous de ce constat ?
Tu en fais ce que bon te sembles, ce n’est pas à moi à te dire ce que tu dois ou ne dois pas faire, à moins que tu sollicites l’aide de ceux qui savent !
Es-tu prêt à emprunter le chemin et suivre la voie ? Car le temps du futile est révolu et il est grand d’inverser la tendance car nous avons encore un peu de temps devant nous employons le aux choses essentielles.
L’Amour et l’Espoir sont là comme des guides lumineux qui éclairent notre route. Il suffit d’y penser, il suffit d’y croire car rien n’est irrémédiable quand on est de bonne volonté, c’est dans l’affirmation de soi que l’être se réalise.
Alors mon frère
est-tu prêt

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

Un au revoir déguisé

Publié le par gentle13

Ce n'est pas un adieu mais un au revoir déguisé Je ne suis pas de ce temps, mon corps peut être mon esprit non ! Je suis d’un temps ou le verbe était courtois où la prose était galante.

Je suis d’un temps où la pensée était noble, les aspirations souveraines, les désirs voilés d’une candeur puérile, presque enfantine où une promesse, un baiser volé tenait lieu de gage d’amour et de fidélité.

Je suis d'un temps où la femme était un cœur à conquérir, à séduire, pas un "objet de convoitise qu'il faut avoir à tout prix.

J’essaie chaque jour qui passe de me résonner et de me dire qu’il faudrait qu’enfin je vive avec mon temps, que ces idées sont révolues, obsolètes, d’une époque qui n’existe plus et qui n’existera plus jamais

Je ne suis rien qu’un simple rêveur, un utopiste qui crois aux princesses et au conte de fée. Je suis naïf dites-vous ? Je le reconnais volontiers mais cette naïveté me tient à l’abri. je ne suis que l’ordinaire dans un monde extraordinaire qui a perdu toute commune mesure.

Aux premières lueurs de l’aube
Quand la nuit cesse, quand le rêve s’estompe
Laissant la place à la triste réalité
Je m’enferme alors !

Ma tour d’ivoire se ferme
La porte de mes pensées est close
Réfractaire au monde ambiant
Je me réfugie dans, où, je ne sais pas…Je ne sais plus

Pas là où je dois mais là où je peux !
Le monde est une arène mais je ne suis pas gladiateur
Je ne suis qu’un enfant fragile
Qui ne comprend plus ce monde là

Je pensais pouvoir vivre avec mais je m'aperçois que je ne peux vivre sans, une étoile filante est passé dans ma vie et a saupoudré mon cœur d'un bonheur ineffable.

Il est temps pour moi de tiré ma révérence afin d'en garder un souvenir impérissable.

Le rêveur impénitent

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

Les mots pour le dire

Publié le par gentle13

Des mots, des phrases, des idées.

 

Etre le mot ou celui qui dicte le mot ?

 Entre le mot et la phrase toute une conjugaison se décline

Féminin ou masculin

Singulier ou pluriel

 

 Lire et écrire

C’est aimer le verbe

C’et aimer la femme qui le cite

C’est lire en elle la passion qui l’anime

 

 Les mots les phrases tout un programme

On se délecte, on se déchire on s’aime

Les mots à couvert, les mots découverts

Les mots d’amours les mots de haines

 

 Il y a longtemps déjà,

Que j’ai découvert ce rythme de vie

Cette étincelle qui anime mes nuits sans sommeil

Du livre à l’écriture c’est la page qu’on tourne

 

 Page blanche ou griffonnée

Belle ou moche

Ardente et passionnée

Femme je vous aime

 

 Sensuel ou pudique

Les mots se dévoilent distance

Cachés dans la phrase ils arborent un fier sourire

Ubiquité, ambiguïté un mot peut en cacher un autre

 

 Cherché le mot et vous créez la phrase !

Cherché l’homme et vous trouverez la femme !

Aragon le disait…

 

Le mot est à la phrase ce que la femme est à l’homme

 L’un sans l’autre ça n’a pas de sens

La femme est l’avenir de l’homme

Il suffit de le dire ?

 

Non ! Il suffit de croire

Croire et vouloir

Foi et volonté

Le verbe contre le mot

 

Le verbe et le mot

 Masculin féminin

Singulier pluriel

C’est dans la femme qu’on trouve l’ivresse de la vie


Un mot, une phrase qui meure

C’est la vie qui s’éteint

Une femme qui meure c’est la vie qui ne naît pas

Paradoxe ou évidence ?

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0