Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les quatre couleurs de la vie

Publié le par gentle13

Il n'y a rien qu'on puisse dire ou faire
Le temps permet l'oublie

Ni regret ni remord
Entre doute et certitude

Au-delà du rivage de l'amour
sur les quais de ta vie
mon cœur à fait naufrage.

Suis-je perdu pour autant ?
Que nenni !
Tes yeux et ton sourire
sont une lumière qui éclaire mon chemin.

Le chemin de la vie
sans embûche ni écueil
j'embarque pour une croisière sans retour
toi capitaine moi matelot

Je hisse bien haut les couleurs de notre amour

Rouge pour la passion
Blanc pour la fidélité
Vert pour l'espoir
Bleu pour la tendresse

Je laisse mon cœur dériver
entre tes bras je m'égare
sur ton sein je me repose
Dieu ! Que l'amour est doux.

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

Songe

Publié le par gentle13

Songe d'une nuit d'été
où une  fine pluie battait le pavé,
la campagne s'émousse
et les fleurs se trémoussent

Par un doux matin d'été la vie s'écoule
tandis qu'un amour perdu s'enfuit au gré des pleurs
comme une cascade sans fin
l'eau jaillit et se brise sur les rochers

Par une nuit d'hiver
la vie renaît au souffle du vent du Nord
qui pousse vers le soleil ses fleurs gelées
afin qu'y naissent ses femmes exquises
que l'amour réchauffe comme mille soleils

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

la légende Napoléonienne

Publié le par gentle13

Napoléon Ier, né le 15 août 1769 à Ajaccio en Corse, dans le royaume de France, et mort le 5 mai 1821 sur l'île Sainte-Hélène, au Royaume-Uni, est le premier empereur des Français, du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars 1815 au 22 juin 1815. Second enfant de Charles Bonaparte et Letitia Ramolino, Napoléon Bonaparte est d'abord un militaire, général dans les armées de la Première République française, née de la Révolution, commandant en chef de l'armée d'Italie puis de l'armée d'Orient. Il parvient au pouvoir en 1799 par le coup d'État du 18 brumaire et est Premier consul jusqu'au 2 août 1802, puis consul à vie jusqu'au 18 mai 1804, date à laquelle il est proclamé empereur par un sénatus-consulte suivi d'un plébiscite. Enfin il est sacré empereur en la cathédrale Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804 par le pape Pie VII.

Voilà un grand homme, ne serait-ce par ce qu'il nous a légué, notre code civil.  A ce titre il y a eut un bicentenaire 1804-2004.

Il réorganise et réforme durablement l'État et la société. Il porte le territoire français à son extension maximale avec 134 départements en 1812

L'association THUCYDIDE :

"200 ans après sa rédaction, le "Code Civil des Français" est toujours en usage en France... Bien que l'on en parle peu dans la presse et encore moins à la télévision, le fait mérite d'être évoqué car ce Code voulu par le premier Consul Bonaparte a été l'un des éléments clés de l'unification juridique de la France." D'ailleur il disait que ce n'était pas ses bataille qui marquerait l'histoire mais son code civil. Il est rédigé et promulgué le 21 Mars 1804.

"Le Code Civil est un recueil de lois qui réglementent la vie civile des français, de la naissance à la mort. Il fonde les bases écrites de notre droit moderne français. Sa force vient du fait qu’il est applicable à l’ensemble des français : il marque la fin des législations particulières pour les régions du nord et du sud, les mêmes lois s’appliquant à tous. Il s’inscrit dans l’idéologie légaliste."

Etienne Portalis, conseiller d’Etat et juriste français qui a participé à l’élaboration du Code Civil, répondait ainsi à la question « qu’est ce que le Code Civil » ? :
« C’est un corps de lois destinées à diriger et à fixer les relations de sociabilité, de famille et d’intérêt qu’ont entre eux des hommes qui appartiennent à la même cité ».

 

(Victor Hugo. Discours à l'Académie Française, le 3 juin 1841).

Au commencement de ce siècle, la France était pour les nations un magnifique spectacle. Un homme la remplissait alors et la faisait si grande qu'elle remplissait l'Europe. Cet homme, sorti de l'ombre, était arrivé en peu d'années à la plus haute royauté qui jamais peut-être ait étonné l'histoire. Une révolution l'avait enfanté, un peuple l'avait choisi, un pape l'avait couronné. Chaque année, il reculait les frontières de son Empire... Il avait effacé les Alpes comme Charlemagne et les Pyrénées comme Louis XIV ; il avait construit son État au centre de l'Europe comme une citadelle, lui donnant pour bastions et pour ouvrages avancés dix monarchies qu'il avait fait entrer à la fois dans son Empire et dans sa famille. Tout dans cet homme était démesuré et splendide. Il était au-dessus de l'Europe comme une vision extraordinaire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Napol%C3%A9on_Ier

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

Société en déclin

Publié le par gentle13

S’en est finit du temps des troubadours et des ménestrels, des chevaliers aux cœurs purs. S’en est finit aussi l’amour courtois ou Fin’ Amor qui régnait à cette époque. C’était une règle de vie qui proposait aux chevaliers de rester au service des gentes dames qu’ils aiment pour mieux pouvoir les conquérir.

S’en est finit de ce temps où les chevaliers avaient un code d’honneurs ; défendre la veuve et l’orphelin, je sais que s’est désuet maintenant et que ça ne veut plus rien dire.

Nous vivons une époque où ces valeurs là on disparues. On vit dans sa bulle obnubilés par ses propres soucis qu’on ne voit plus ou ne veut pas voir la misère de l’autre. On vit une époque de violence ou la seule réponse est la violence, il n’y a plus de dialogue plus de civisme plus de respect ni d’amour propre.

On agresse, on vole on viole on tue pour un rien, pour un téléphone ou une voiture. L’homme en lui-même n’est pas mauvais : ce sont souvent les circonstances  de la vie (chômage qui entraine une perte de repère et d’argent, une perte d’identité) qui ont fait de lui quelqu’un qui a perdu une partie de son humanité.

On voit ça tous les jours, les médias ne s’en privent pas, à croire que c’est leur fonds de commerce : le déferlement de haine et de violence, la vie privé des uns et des autres, qui en fait intéresse je suppose qu’une partie de la population

C’est un lent déclin de la société qui s’effrite couche par couche, un mal qui s’insinue et qui finira par nous perdre.

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0