Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le portugal à l'honneur avec Pessoa

Publié le par gentle13

Bonjour aujourd'hui nous partons pour le Portugal à la rencontre de cet homme là dont on m'a suggère le nom il y a quelque temps et j'avoue que la personne n'avait pas tort je rencontre là un géant, un grand poète dont la notoriété à franchi les frontières de son pays, comme beaucoup il était presque inconnu de son vivant car il utilisait des pseudonymes mais qui était en fin de compte été beaucoup plus que ça. Cela correpondait à de véritables personnalités les trois principales sont :  Alberto Caeiro, Ricardo Reis,  avec "les poèmes païens", ouvrage que je vais me procurer sans tarder, est Alvaro de Campos. Chacun des ses personnages qu'il faisait naître  possédait un caractère, une biographie, une date de naissance, des opinions politiques et religieuses. Pessoa en dehors de son travail poétique mena une vie modeste, effacée et sédentaire, et créa quelques revues éphémères. Il mourut en 1935, laissant derrière lui une malle contenant son oeuvre, et qui depuis n'a cessé d'être inventoriée afin de libérer tous les poèmes, endormis et inconnus, qu'elle contenait. Pour débuter je vous présenterais "l'heure du diable" vous trouverez un extrait du livre tout en bas


Biographie de Fernando Pessoa

Fernando Pessoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, Rechercher
Fernando Pessoa
Fernando Pessoa
Sa signature.
Sa signature.

Fernando António Nogueira Pessoa est un écrivain et un poète portugais, né le 13 juin 1888 à Lisbonne, ville où il meurt le 30 novembre 1935. Son nom de famille était orthographié Pessôa sur son acte de naissance (accent circonflexe supprimé par une réforme ultérieure de l'orthographe portugaise).

Prolifique et protéiforme, Pessoa est un auteur majeur de la littérature de langue portugaise et de la littérature mondiale (il a écrit aussi en anglais et en français). Il signe ses œuvres sous différents hétéronymes en sus de son propre nom : Alberto Caeiro, Ricardo Reis, Alvaro de Campos, etc. Bernardo Soares, auteur du Livre de l'intranquillité est considéré par lui comme son semi-hétéronyme, plus proche de l'auteur orthonyme.

La plupart de son œuvre, à l'exception de quelques rares textes dans les revues comme la célèbre Orpheu et de deux textes en anglais, n'a été publiée qu'après sa mort, retrouvée dans une malle d'où tout n'est pas encore sorti. Seule exception notable, le recueil de poèmes Message qui obtint même un prix du gouvernement portugais doté de 5 000 escudos (le prix Antero-de-Quental).

Il a la particularité d'être anglophone pour avoir passé une bonne partie de son enfance à Durban (Natal, Afrique du Sud) où son beau-père avait été nommé consul du Portugal. Il y avait fait de brillantes études à la High School de Durban et avait réussi l'Intermediate Examination in Arts (l'examen d'entrée) à l'Université du Cap de Bonne-Espérance en 1904, juste avant de rentrer chez lui à Lisbonne.

En 1985, pour le cinquantenaire de sa mort, ses restes sont transférés au jour anniversaire de sa naissance au monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jerónimos) à Lisbonne. Depuis cet hommage national officiel, il repose à quelques mètres des cénotaphes de Luís de Camões et de Vasco de Gama, et en 1986 il fut représenté sur les billets de banque portugais de 100 escudos (voir plus bas).



  – Je suis le maître lunaire de tous les rêves, le musicien solennel de tous les silences. Vous vous souvenez de ce que vous pensez quand, toute seule, vous êtes devant un grand paysage d’arbres et de clair de lune ? Vous ne vous en souvenez pas, parce que vous avez pensé à moi, mais, je dois vous le dire, je n’existe pas réellement. Si quelque chose existe, je n’en sais rien.
     – Les aspirations vagues, les désirs futiles, les dégoûts des choses ordinaires, même lorsque nous les aimons, l’ennui de ce qui n’ennuie pas – tout cela est mon œuvre, née lorsque, allongé sur la berge des grands fleuves de l’abîme, je pense que je ne sais rien moi non plus. Alors ma pensée descend, effluve vague, dans les âmes des hommes et ils se sentent différents d’eux-mêmes.
     – Je suis l’éternel Différent, l’éternel Ajourné, le Superflu de l’Abîme. Je suis resté hors de la Création. Je suis le Dieu des mondes qui ont existé avant le Monde – les rois d’Édom qui ont mal régné avant Israël. Ma présence dans cet univers est celle de celui qui n’a pas été invité. Je porte en moi les souvenirs de choses qui ne sont pas parvenues à être, mais qui étaient sur le point d’être. (Il n’y avait alors aucun face à face ni aucun équilibre.

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

L'homme éternel

Publié le par gentle13

Perché au bord du gouffre la lumière s'éteint
Je la vois diminué de loin en loin
Ton image comme par hasard ne déteint pas
Tu es là près de moi au bord de ce gouffre

Rien ne présage ma mort, car je m'accroche à la vie, je m'accroche à ton sourire et à ton souvenir. Pourtant tu prends un malin plaisir à me faire mal, chaque parole est comme une écharde qui s'enfonce dans ma chair et tu me regarde avec un cinysme qui fait froid dans le dos, tes yeux rieurs me blessent et qui semblent  dire souffre, souffre à ton tour du mal que les hommes m'ont fait. Est-ce ma conscience qui l'interpréte comme ça ou bien est-ce toi qui le dit...

Là je ne sais pas.. ou plus mais peu importe !
Je dois sortir de ce gouffre et regagner la lumière
La vie m'appelle ailleurs loin, loin de tes bras
Comme des cages sans barreaux où j'étais retenu malgré moi

J'ai vécu ça trop longtemps
Emprisonné par un regard
Envoûté par un sourire charmeur
Qui m'ôtait  toute force de caractère

Mais rien ni personne ne fera plus mal, il est temps de tounrer la page, de s'évader du monde de la souffrance, de faire une retraite le temps necéssaire à l'oublie, comme un baume qu'on s'enduit sur le corps pour atténuer le feu qui nous ronge. Il est temps de partir vers d'autres cieux voir la couleur d'autres yeux, sentir à nouveau le parfum de la tendresse, de l'amour qui un jour nous a unis

Telle sont les dernières lignes du livre de l'homme bafoué à l'âme torturé par son passé. Un passé sans âge, sans souvenir ne reste que les regrets et les remords d'avoir été trop lâche pour n'avoir pas dit stop à temps. Mais le temps n'a pas d'importance seule la vie compte et aujourd'hui elle est devant lui dans toute sa splendeur, dans toute sa mugnificence. Une route s'ouvre face à lui ...mais des chemins de traverses aussi. La symbolique du choix encore et toujours comme seule réponse.

Aura t -il la préscience et la présence d'esprit cette fois ci pour ne plus se tromper ? La question reste posé et la réponse incertaine, qui sait ce que demain sera.
Gentle 13

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

Christian Barnet

Publié le par gentle13

Nouveauté sur antholgie avant mon départ en vacance, poète vivant qui nous mène dans le Rhône à la découverte de ses écrits, j'essaierais d'en découvrir un plus sur la vie de cet homme mais cela ne va pas être, je suppose facile, pour dénicher de plus amples informations et je reviendrais ultérieurement.
Gentle13


 

Christian Barnet

Biographie




Né le 22 juin 1959 dans le Rhône
Vit actuellement à Paris


Bibliographie

Seulement quelques publications dans plusieurs numéros déjà anciens de la revue Vivre en Poésie animée par JP Rosnay ainsi que l'intégralité du numéro 1 des Carnets du Club des Poètes. S'est décidé très récemment à chercher un éditeur. 5 poèmes figurent depuis février 2005 sur le site Francopolis.net accompagnés de la mention "coup de coeur du comité de lecture"

  De bonne guerre 
c’est
comme si tout avait été soudain arraché
et posé de côté
— là —
juste à côté
en très léger décalage
mais toujours c’est comme s’il nous fallait vite y revenir
avec l’intention mauvaise de surcroît
d’encore
tout déplacer de la sorte


Ce creux qui
grandit dans ta poitrine, ne s'y insère

rien d'aérien sinon
parmi
les caillots

Et pesant des tonnes

Ici habite (objet nommé coeur) la rose
épaisse mouillée de larmes

Tu dis: Aucun vin jamais
ne passe
d'un verre à l'autre

Ce creux - je je
l'aggrandis dans ta poitrine.


  Perpétuité

 

Une boîte —
Un fil est tout ce que cette boîte contient
et ça la traverse.

Pour une fois que l'idée de division n'ajoute rien à la chose
il est facile d'imaginer cela
car personne n'est là pour y fourrer son sale nez.

Or,
chaque bout se perdant dans un infini supposé
on serait presque tenter d'y poser un équilibriste
(nous ?)

mais non ! on doit se contenter de ce fil
et que notre méditation ne le fasse pas vibrer
qu'il ne rende aucun son

Oiseaux Christian Barnet

S i la flèche tarde à ce point à atteindre sa cible
doit-on pour autant la réduire en ses plus petites
unités
sa trajectoire?
ou bien, l’énigme est-elle toute entière contenue dans cet arbre qui
depuis un bon moment déjà m’observe là-bas?
mais il oscille à son tour
lui aussi gauche
et comme gêné d’être en permanence sur un pied

il doit donc y avoir là surabondance d’oiseaux, pensé-je
–ça s’agite beaucoup–
je marche en ligne droite
sur eux
ça s’envole aussitôt
et se redépose plus loin
tous me regardent avec étonnement
je renouvelle plusieurs fois
l’opération
ça ne m’amuse pas vraiment
mais bon –eux non plus

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

Houellebecq

Publié le par gentle13

Retour en France avec un écrivain que tous le monde connait.  L'homme a un talent considérable écrivain aussi bien que poète, chaque choix que je fais est dfficile car j'essai de contenter tous ceux qui me suivent, il a écrit d'ailleurs à ce sujet un recueil de poème qu'il nomme "Renaissance" mais je suis dans l'incapacité de mettre en ligne ne serait-ce que quelques vers et j'en suis désolé. Je vais donc me le procurer afin de pouvoir en parler plus longuement. Il existe aussi d'autres auteurs français très talentueux (que j'aime beaucoup) dont la réputation n'est plus à faire je veux parler de Jean Marie Gustave LE CLEZIO là encore qui n'a pas lu au moins un de ces livres mais là n'est pas notre propos j'y reviendrais ultérieurement. Je reveindrais aussi sur un auteur Brésilien dont j'ai déjà parler Paolo coelho, pour ne pas le nommé, et son dernier livre "La Sorcière de Portobello" Vierge, Sainte, Martyre ou Folle ? Qui est Athéna ?

N'hésitez à me dire si les choix que je fais sont  à votre goût ou pas, un blog est un endroit convivial et un lieu interactif où chacun peut approuver, contester, critiquer

Michel Houellebecq, de son vrai nom Michel Thomas, est un écrivain français né le 26 février 1958 (acte de naissance) ou en 1956[1] à la Réunion . Ses romans les Particules élémentaires et Plateforme lui ont valu une sulfureuse réputation internationale de provocateur, mais sont également souvent considérés comme un ton nouveau dans la littérature française. Il est d'ailleurs assimilé au mouvement anglo-saxon dit d'Anticipation sociale.

Biographie

 

Michel Houellebecq naît le 26 février 1958 à La Réunion. Son père, guide de haute montagne, et sa mère, médecin anesthésiste, se désintéressent très vite de son existence. Une demi-soeur naît quatre ans après lui. A six ans, il est confié à sa grand'mère paternelle, qui est communiste et dont il a adopté le nom comme pseudonyme. Il vit à Dicy (Yonne), puis à Crécy-la-Chapelle. Interne au lycée Henri Moissan de Meaux ;déjà ses camarades sentaient qu'il avait une capacité de réflexion et une puissance d'analyse, un recul sur les évènements tout à fait exceptionnels pour un garçon de son âge. On le surnommait " Einstein.
A seize ans, il découvre Lovecraft, se retrouve sans doute dans cette phrase "Je ne participe jamais à ce qui m'entoure, je ne suis nulle part à ma place.»
Pendant sept ans, il suit les classes préparatoires aux grandes écoles. En 1975, il s'inscrit à l'école supérieure d'agronomie.

 

Sa grand'mère meurt en 1978. En 1980, il obtient son diplôme d'ingénieur agronome; il épouse la même année la cousine de son meilleur ami. Commence alors pour lui une période de chômage. Son fils Etienne naît en 1981. A la suite de son divorce, une dépression le conduit à faire plusieurs séjours en milieu psychiatrique.

Sa carrière littéraire commence dès l'âge de vingt ans, âge auquel il commence à fréquenter différents cercles poétiques. En 1985, il rencontre Michel Bulteau, directeur de la Nouvelle Revue de Paris, qui, le premier, publie ses poèmes; c'est le début d'une amitié indéfectible. Ce dernier lui propose également de participer à la collection des Infréquentables qu'il a créée aux éditions du Rocher. C'est ainsi que Michel Houellebecq publie en 1991 la biographie de Howard P. Lovecraft, "Contre le monde, contre la vie". Il intègre l'Assemblée Nationale en tant que secrétaire administratif. La même année paraît "Rester vivant" aux éditions de la Différence, puis chez le même éditeur, en 1992, le premier recueil de poèmes : "La Poursuite du bonheur", qui obtient le prix Tristan Tzara. Il fait la connaissance de Marie-Pierre Gauthier.

En 1994, Maurice Nadeau édite "Extension du domaine de la lutte", son premier roman, actuellement traduit en plusieurs langues, qui le fait connaître à un public plus large. Il collabore à de nombreuses revues (L'Atelier du roman, Perpendiculaires, dont il est ensuite exclu, Les Inrockuptibles). Depuis 1996, Michel Houellebecq est publié par Flammarion, où Raphaël Sorin est son éditeur. Son deuxième recueil de poèmes, "Le Sens du combat", obtient le prix de Flore 1996. "Rester vivant" et "La Poursuite du bonheur", remaniée pour l'occasion, sont réédités en un seul volume en 1997. En 1998, il reçoit le Grand Prix national des Lettres Jeunes Talents pour l'ensemble de son oeuvre. "Interventions", recueil de textes critiques et de chroniques, et "Les Particules élémentaires", son second roman traduit en plus de 25 langues et lauréat du prix Novembre, paraissent simultanément. Il épouse Marie-Pierre la même année. En 1999, il co-adapte avec Philippe Harel "Extension du domaine de la lutte" au cinéma, que ce dernier met en scène. Il publie un nouveau recueil de poèmes, "Renaissance". Au printemps 2000 sort sous le label Tricatel un disque, "Présence humaine", où ses poèmes, lus par lui-même, sont mis en musique par Bertrand Burgalat. Lanzarote, un recueil-coffret de textes et de photographies, paraît chez Flammarion au printemps 2000. Michel Houellebecq réside pendant quelques années en Irlande,dans une maison baptisée " The White House", dans le comté de Cork, où il a écrit en grande partie son troisième roman, "Plateforme".Il s'installe ensuite en Espagne.

Là, il écrit " La possibilité d'une île", qui paraît le 31 août 2005, en France et presque simultanément en Allemagne, Italie, Espagne... Ce livre obtient le Prix Interallié 2005.

La possibilité d'une île

Fayard, 2005
Le dernier roman en date de Michel Houellebecq

Citations:
"...mais je continuais quand même au fond de moi, et contre toute évidence, à croire en l'amour"
"La peur est là, vérité de toutes choses, en tout égale au monde observable.Il n'y a plus de monde réel, de monde senti, de monde humain, je suis sorti du temps, je n'ai plus de passé ni d'avenir, je n'ai plus de tristesse ni de projet, de nostalgie, d'abandon ni d'espérance; il n'y a plus que la peur

 

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

La russie des poètes

Publié le par gentle13

Avec le temps je me suis aperçu que la Russie détenait un vivier impréssionnant de poètes et d'écrivains, autant féminin que masculin, d'ailleurs j'en ai souvent parlé afin d'apprécier cet état d'esprit autre le nôtre. Cet homme ci par exemple est déjà plus que connu à travers le monde littéraire, il a voyagé à travers l'Europe et  au delà de sa terre natale même si nul n'est prohète en son pays il aimera jusqu'à son dernier souffle sa patrie, sa chère et tendre mère patrie la Russie. Il restera le plus célèbre des poètes lyriques Russe, Essénine a survécu à la révolution Russe qu'il décrira dans ses poèmes en 1925. Bonne lecture et je m'xcuse par avance de la longueur de l'article.
Armando


Sergueï Alexandrovitch Essénine (en
cyrillique Сергей Александрович Есенин, également transcrit sous la forme Essenine ou Serge Essénine ou même Esenin) est un poète marquant de la Russie du vingtième siècle. Né le 21 septembre 1895 (le 3 octobre selon le calendrier grégorien adopté en Russie dès février 1918), il mit fin à ses jours le 28 décembre 1925 à Léningrad.Sergueï Alexandrovitch Essénine (en cyrillique Сергей Александрович Есенин, également transcrit sous la forme Essenine ou Serge Essénine ou même Esenin) est un poète marquant de la Russie du vingtième siècle. Né le 21 septembre 1895 (le 3 octobre selon le calendrier grégorien adopté en Russie dès février 1918), il mit fin à ses jours le 28 décembre 1925 à Léningrad.
Serguei Essenine Ou le doigt du destin

 
La vie d’un poète est parfois une curiosité souvent une interrogation, presque toujours un glaive de lumière qui fend, l’espace d’une seconde, notre obscurité. Avec la parution aux Editions CIRCE d’une anthologie bilingue magistralement présentée par Henri Abril (regroupant une centaine de poèmes dont plus de la moitié concerne de nouvelles pièces), nous entrons au coeur même de l’oeuvre de Sergueï Essenine.
Sergueï Essenine : L’Homme noir
Sergueï Essenine : L’Homme noir
 
Si la naissance d’un poète est souvent un mystère, celle d’Essenine porte déjà, dans son nom et dans son aspect physique, les traces d’un cheminement, les marques d’un parchemin secret.

 

Son nom de famille, nous apprend Henri Abril, se prononce “ Lessenine ” et “ Lessen ”, signifie automne et le poète est né justement le 21 septembre 1895. (le 3 octobre selon le calendrier grégorien adapté en Russie dès février 1918).

Deux couleurs issues des entrailles du nom filial (syn), le bleu intense qui, en corrélation avec le bleu azur goulouben (titre du second recueil d’Essenine paru en 1918), imprègne toute son oeuvre jusqu’au poème persan de la fin. L’autre couleur omniprésente... le jaune d’or, est également né de son nom, “ un automne doré ” indissociable de l’âme poétique russe, nous confie encore Abril dans sa préface.

C’est ainsi que le poète aux cheveux d’or et aux yeux de ciel entrait dans le royaume incertain des hommes. Les poèmes de cette anthologie sont classés chronologiquement et s’ouvre en 1910, année où Sergueï était à l’école normale de Spas Klépiki, pour s’achever en 1927. Quinze ans pour aller de l’apprentissage à la mort, 15 années pendant lesquelles le poète s’inventera un passé personnel et familial et se tournera vers la religion pour séduire son ainé qu’il admire, Alexandre Blok, premier poète de l’époque.

Sans être un paysan véritable, son attachement à la terre, à sa patrie n’en n’est pas moins sincère. Il a vécu au milieu de la nature, et cette Russie paysanne coule dans ses veines. Il a également compris, sans doute intuitivement, le désarroi esthétique et moral des intellectuels pétersbourgeois qui ne retrouvent plus leurs racines en cette année 1915. Essenine se rapproche des socialistes révolutionnaires de gauche, mais en juillet 1918 c’est le triomphe des bolcheviks et notre poète tente de sortir de l’impasse en affirmant qu’il était avec les SR, non comme militaire, mais uniquement comme poète.

Cet épisode n’apparaîtra plus dans sa biographie rédigée en 1925. Sergueï fonde, fin 1918, l’ordre des imaginistes, avec Cherchénivitch, Ivnov et Marienhof. C’est dans les villes et plus particulièrement à Moscou que les “ happening ” ont lieu. Ces actions, comme par exemple revêtir les murs du monastère de la Passion de poèmes ne le détournent pas réellement de son amour pour la nature, la terre, sa patrie.

Le paysage que l’on découvre alors ressemble à un champ de bataille où règne la famine, la mort et la désolation. La collectivisation est à l’origine de ce désastre et le poète, toujours à la Proue des navires du monde, avait déjà pressenti la fin du tsarisme dès 1916, comme le prouvent certains de ses poèmes.

Il prophétisa également, dans un essai rédigé durant l’automne 1918 les clefs de Marie ou les sources de Marie (les deux traductions sont possibles) :

Ce qui s’offrent maintenant à nos yeux dans l’édification de la culture prolétarienne, nous le nommons : Noé lâche ses corbeaux. Nous savons combien lourdes sont les ailes du corbeau, il ne vole pas loin et il tombera sans avoir atteint le continent, sans l’avoir même aperçu ; nous savons qu’il ne reviendra pas, nous savons aussi que le rameau d’olivier ne pourra être rapporté par la colombe-image, dont les ailes sont sourdes par la foi de l’homme, laquelle ne vient pas de la conscience sociale mais de la conscience d’habiter le temple de l’éternité. Dans le long poème les juments épaves, on est frappé par l’étonnante lucidité du poète :

"Et si la faim, suintant des murs en ruines,
par les cheveux vient m’agripper,
je mangerai une moitié de ma jambe
et vous donnerez l’autre à ronger.

Je ne suivrai plus les humains,
J’aime mieux crever avec vous
que prendre une pierre du sol natal
pour frapper mon prochain devenu fou..."

En 1920, naissance de son fils Konstantin, exclusion de Sergueï de l’Union panrusse des poètes à la suite d’une rixe, avec le poète Ivan Sokolov.

Beuveries, scandales, tapages, coucheries bisexuelles... Sergueï brûla sa vie par les deux bouts. Arrestation dans la nuit du 18 au 19 octobre par la Tchika à la suite d’une dénonciation. Un ancien ami, autrefois SR, aujourd’hui agent de la Tchika, le fait libérer le 25 octobre.

Privé de ses racines et du véritable visage de cette Russie qu’il aime tant, il se met à voyager à travers l’Europe et les États-Unis d’Amérique en compagnie d’Isadora Duncan. Ce sera le cycle de Moscou la saoûle (3000 exemplaires vendus en un mois) :

"Mon coeur bat de plus en plus fort,
et je parle à tort et à travers :
comme vous tous, je suis un homme perdu,
pas de retour possible en arrière."

Puis dans le cycle L’amour d’un voyou

"Le poète griffe et caresse,
c’est son destin et son devoir.
J’ai cherché à marier sans cesse
la Rose blanche au crapaud noir.

Et qu’importe que dans les flammes
mes desseins roses aient péri.
Si mes démons nichaient dans l’âme,
les Anges y vivraient aussi.

Moi qui n’ai pas cru à la grâce,
qui ai péché comme personne,
qu’en chemise russe on me laisse
mourir en paix sous les icônes"(1923)

Même s’ il se sent étranger dans son propre pays, Essenine continuera de chanter la Russie... Sa Russie.

Son existence devient alors une fuite, car autour de lui, s’élèvent la violence, les persécutions, l’agressivité de la presse et des écrivains.

Alors Sergueï rêve qu’il rejoint la Perse, véritable patrie des poètes. Mais les ailes d’Essenine ne semblent plus assez fortes pour le porter au-delà de cette ville tentaculaire et carnivore, de cette patrie qui n’a plus qu’un seul visage, celui de la révolution qui conduit à une impasse.

L’ange blond aux yeux de ciel est devenu un homme gris au regard terne. Il avait commencé l’homme noir en 1922. Un pressentiment, sans doute le même qui empêcha Mozart d’achever son Requiem, suspendit sa plume. En 1923, il donne une lecture de la première version de ses poèmes. Mi-novembre, défiant sans doute le doigt du destin, Sergueï termine l’homme en noir.

Je pense sincèrement que le poète a bravé la mort non pour en finir, mais justement pour contraindre les jours à changer de direction et qui sait, si au fond de lui-même, il n’espérait pas l’apparition d’un chemin de traverse qui lui eût permis de retrouver sa chère Russie, terre de ses entrailles !

Tout au long de sa brève existence, il a vu disparaître nombre de ses amis poètes et artistes, les uns fusillés, assassinés ou disparus. L’une des dernières victimes s’appelle Alexeï Ganine, fusillée dans le plus grand secret en tant que chef de l’ordre des fascistes. Face à ces incertitudes, Sergueï s’est doté d’un revolver qui ne le quitte plus. Peu après, le 31 octobre, le poète apprend le décès de son ami Frounzé sur la table d’opération (cet “ assassinat médical ” aurait été commandé par Staline lui-même).

Il s’échappe de la clinique du professeur Ganouchkine le 21 décembre 1925. Encore et toujours cette fuite vers un ailleurs encore et toujours indéfinissable mais fuir, fuir était le seul mot d’ordre possible. Cette fois, ayant quitté Moscou, il arrive à Léningrad, où il prend une chambre (la numéro cinq) à l’hôtel d’Angleterre. Il travaille avec ardeur à ses oeuvres complètes en trois volumes. En effet, Sergueï a signé le 30 juin de cette même année, un contrat avec les Editions d’État. Ce projet lui tient particulièrement à coeur.

Le 28 décembre, au petit matin, on découvre Sergueï pendu au tuyau de chauffage avec le courroie de sa valise ! Suicide ou meurtre ?... Le débat reste ouvert. Cependant, pour ma part, je ne vois pas le poète se donner la mort sans avoir mis la dernière main à ses oeuvres complètes. De plus, de nombreuses contradictions émaillent l’enquête menée avec une extrême précipitation. On relève le refus de prendre les dépositions des derniers témoins qui virent le poète vivant. On notera également la disparition de tout ceux qui attestèrent son suicide, sans oublier, une des anciennes épouses du poète, qu’on retrouvera assassinée, alors qu’elle venait d’écrire à Staline, lui révélant toute la vérité sur la mort d’Essenine. Quant aux strophes écrites avec le sang du poète, elles ne constituent qu’une interrogation supplémentaire et en aucun cas la signature d’un suicide. Néanmoins, le mystère demeure entier.

Cette publication du dernier grand poète de l’Age d’Argent, permet au lecteur de pénétrer plus profondément dans le monde complexe, tourmenté de cet ange qui ne put jamais trouver une place dans une société en pleine mutation. Tour à tour, poète paysan, houligan, imaginiste, patriote écartelé, bisexuel, noceur, et voyou, Essenine, fauché par la mort à 30 ans, entré dans les programmes scolaires, depuis 1968, dont les recueils se vendent parfois à 7 millions d’exemplaires, n’a pas fini de nous fasciner.

"Mon ami, mon ami,
Je suis malade à en crever.
Mais cette douleur d’où me vient-elle ?
Est-ce le vent qui siffle
Sur les champs déserts, désolés,
Ou bien, comme les bois en septembre,
C’est l’alcool qui effeuille ma cervelle...

Ma tête agite ses oreilles,
Tel un oiseau ses ailes,
Elle n’a plus la force de se balancer
Sur le coût trépied.
Un homme noir,
Un homme noir, tout noir,
Au pied de mon lit
Vient s’asseoir,
Un homme noir
M’empêche de dormir la nuit.

Et l’homme noir
Glisse son doigt sur un livre infâme ;
Nasillant au-dessus de moi,
Comme sur un mort un moine,
L’homme noir me lit la vie
D’une fripouille et d’un pochard,
En m’imbibant de peur et d’angoisse
Jusqu’au fond de l’âme,
Cet homme noir, tout noir !"

 

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

De la politique à la culture

Publié le par gentle13

Voilà un homme surprenant un touche à tout en matière de lettre, de la poèsie aux pièces de théâtre en passant par la politique, je vous laisse découvrir l'homme par vous même, il serait superfétatoire d'en dire plus car l'article présenté sera toujours plus explicite que les explications que je serais tenté de donner. Donc "ecce homo" on ne quitte jamais vraiment les domaines de l'art et la culture sans y revenir tôt ou tard et c'est le cas pour lui après differend passage en politique il retourne à ses premier amours. Voila me semble t il un homme heureux.
Armando


Michel Cazenave est né le 9 juin 1942 à Toulouse (Haute-Garonne). De souche pyrénéenne depuis plusieurs siècles, il a toujours marqué un attachement indéfectible à ses montagnes d'origine.

Fils d'André Cazenave (1907-1984), inspecteur général du ministère de l'Équipement, ancien directeur général de la SAGI, ancien élève de l'École Polytechnique, et d'Anne-Marie Laffitte (1913-…), il suit d'abord ses parents
dans les différents postes qu'occupe son père au service de la République : Tunis, jusqu'en 1945 ; Verrières-le-Buisson jusqu'en 1948 ; Nantes jusqu'en 1951 ; Amiens jusqu'en 1954 - et enfin Paris, dont il ne partira plus.
Études au lycée d'Amiens (6e et 5e), au lycée Michelet de Vanves (de la 4e à la 1ère), puis au lycée Louis-le-Grand (philo et classes préparatoires à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm).
Reçu au concours d'entrée de l'ENS-Ulm lettres en 1963 (compté en 1964 pour causes de santé), il se dirige aussitôt vers la politique active où il est successivement président de l'Association des étudiants gaullistes de Paris (1963-1965), Vice-président puis Président de l'Union des jeunes pour le progrès (1965-1967),

Secrétaire général de l'Union démocratique du travail (1969-1970), et, enfin, Délégué général de l'Institut Charles de Gaulle (1972-1977).

Après la mort d'André Malraux en 1976, il décide de quitter un milieu où il ne se sent plus rien à faire, et de revenir à ses intérêts d'origine. C'est ainsi qu'il entre à France Culture en mai 1977 comme conseiller auprès du directeur de l'époque, M. Yves Jaigu, avec qui il prépare à la suite les colloques Science et conscience de Cordoue (1979), puis Science et symboles de Tsukuba (1984).
Producteur-coordonnateur, c'est-à-dire responsable de programmes sur cette chaîne, depuis 1984, il n'a plus jamais quitté cette fonction, sauf à créer l'émission Les Vivants et les Dieux dont il est le producteur direct depuis 1997.

Parallèlement à ses activités radiophoniques, Michel Cazenave a aussi travaillé pour la télévision (programme Océaniques sur FR3, documentaires pour l'INA ou pour Arte), comme il travaille depuis plus de vingt ans dans l'édition (direction de la traduction en français des œuvres de C. G. Jung, et direction de différentes collections), et collabore régulièrement par ses critiques ou ses chroniques à des journaux ou des revues (Nouvelles clés, Le Monde des religions, …).

Passionné par la psychanalyse, il se réclame ouvertement de la tradition jungienne (membre du Conseil pédagogique de Groupe d'études C. G. Jung de 1975 à 2001, président de ce groupe de 1984 à 1990, cofondateur et président du Cercle francophone de recherche et d'information C. G. Jung depuis 2005), tout en confrontant constamment celle-ci aux pensées de Freud et de Lacan - comme il essaie sans cesse de l'ouvrir à des disciplines connexes, comme l'anthropologie, la sociologie contemporaine, la philosophie et l'histoire des religions.

Poète (6 livres de poèmes) et homme de théâtre (4 pièces représentées à Paris, et deux réalisées sur des antennes nationales de radio), Michel Cazenave se veut d'abord un contemplatif - amoureux de la nature, et tout d'abord, des fleurs de son jardin - sans pour autant renier l'action ou l'enseignement, mais sans jamais s'inféoder à quelque parti que ce soit.

Marié en 1967 avec Chantal Hubert (1947-1998), il est le père de deux enfants : Tristan, maître de conférences en intelligence artificielle à l'université de Paris VIII, et Alexandra, traductrice de l'allemand. Il a 6 petits-enfants : Mathilde, Pierre, Clémentine, Cyprien, Jean et Charles.

 Péninsule de la Femme

De tes jambes qui saignent,
de tes seins éclatés,
de ton ventre gonflé
où mûrit la naissance,
a surgi toute vie dans l'aurore de l'homme

L'enfance même s'oublie -
et pour mieux abolir
la mémoire des genèses,
nous voilons notre face du soleil de l'esprit

Mais tu demeures -
Toi,
que la mémoire a gravée sur le flanc des abîmes,
sous l'obscure lumière
des cultures enfouies
et des lampes de la civilisation ...

Tu es le rythme
archaïque
juste éclos de la terre,
le feulement des déluges,
la grande plaine des déserts,
le paradis antérieur
que convulse la foudre -

Et des cercles de pierre
comme autant de phallus où tu danses enivrée,
en vérité je demande :
seraient-ils autre chose
que les bornes milliaires
de l'écho de ton rire ?

Michel Cazenave

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

l'amour à la dérive

Publié le par gentle13

Anthologie vous présente "l'amour à la dérive" Il y  a longtemps déjà que je n'avais pas posté quelque chose de personnel, l'inspiration m'avait pour un temps abandonné.  Aujourd'hui les mots vont et viennent à leur guise sans me demander mon avis, ils décident d'eux même ce que je dois écrire alors esclave du verbe je m'exécute avec une joie indicible comme un collégien se rend à son premier rendez-vous.

Armando


L'ombre de la goélette
Se découpe sous le ciel étoilé
Tel un bateau ivre
Qui part à la dérive

L'homme s'acharne contre les éléments
Une déferlante l'écrase de sa toute puissance
Le vent hurle sa colère en déchaînant les flots
Tremble petite coquille de noix

Prisonnier d'un bateau sans nom
Tu erres à travers les océans
comme un capitaine d'un vaisseau fantôme
Abandonné par  les siens

Seul face à ton gouvernail tu contemple le firmament
Tu cherche une étoile pour te guider
Vers cet havre de paix que son corps représenter
Mais homme sans cervelle qu'as tu fais ?

Tu navigues à ta guise n'écoutant personne
Tel l'orgueilleux qui n'en fait qu'à sa tête
Sans carte ni boussole
Tu prends la mer à l'aventure

Ne vient pas maintenant te plaindre
Que perdu tu sois
Face au désastre de ta vie
Maintenant qu'as-tu de plus à craindre !

Publié dans texte perso

Partager cet article

Repost 0

Florian Zeller

Publié le par gentle13

Là encore une jeunesse talentueuse que je viens de découvrir et que je vous livre aussitôt, je me constitue à la fois une bibliothèque et je prends un vif plaisir à vous faire partager cette passion qui m'anime depuis fort longtemps et qui maintenant ne me quittera plus. Mais en  plus de lire j'aime aussi écrire même si je n'ai pas le talent de ces écrivains et poètes, mais peu importe je prends plaisir à le faire et cela suffit à mon bonheur d'être là et partager avec vous ces moments d'émotions, je vous remercie donc de me suivre.

Gentle13

Florian Zeller, né le 28 juin 1979, à Paris, est un écrivain français. Ses romans ont connu un vrai succès en France et à l'étranger. Il a enseigné la littérature à l'Institut d'études politiques de Paris, dont il est un ancien élève. Il écrit également pour le théâtre. Ses pièces sont jouées et applaudies dans de nombreux pays.


Il est le compagnon de l'actrice Marine Delterme.

 

Résumé du livre

'Que devient la blancheur quand la neige a fondu ? ' Une boue tiède et épaisse, répond notre héros qui patauge pour retrouver sa Lou disparue. Il y aura l'illusion d'un retour à la douceur d'avant, la tentation de l'oubli, la fascination de la vengeance. Et parce que l'amour est une impasse, il y aura aussi le désespoir de ne pas être aimé. Mais tout ceci n'est qu'un prétexte. C'est toujours au dedans de soi que l'on tombe lorsque l'on tombe amoureux. A travers cette histoire, notre héros viendra toucher sa propre boue, celle qui remonte à l'origine de tout, celle qui nous est la plus commune : notre propre naissance.

INTERVIEW DE FLORIAN ZELLER

L'éloge de l'âge mûr

Pour son quatrième roman, Florian Zeller fait un bond en arrière ou plutôt s'intéresse à ce passage si difficile de l'enfance à l'âge adulte. En un mot l'adolescence... Vaste thème qui touche tout le monde. Rencontre avec un jeune écrivain talentueux qui n'a pas fini de prendre du poil de la bête.

 Lire "INTERVIEW DE FLORIAN ZELLER"

Les extraits de "Neiges artificielles"

Morceau choisi
Il faut dire que je revenais justement d'un dîner où il y en avait plein. Florian m'avait dit qu'il valait mieux ne pas se pointer au Star avant minuit, et j'avais accepté ce dîner avant de m'y rendre. Ca faisait plus d'un mois que Marie m'invitait régulièrement et que je décommandais à la dernière minute. J'avais eu, jusqu'à ce soir-là, une très bonne intuition.
Pendant tout le dîner, je n'avais pratiquement pas ouvert la bouche, sauf pour manger. Je n'attendais qu'une seule chose,...

- chapitre : Première Partie Chapitre 2 - page : 23 - éditeur : J’ai Lu -

 

 

Pour vous inciter à en savoir lire, je tenterais de répondre à la question posée par une autre : Qu'est-ce qu'il attendait ?

Morceau choisi
Il fallait procéder méthodiquement. Je ne voyais que deux endroits possibles. Le métro et le pressing. Le souvenir de la mise en garde contre les pickpockets, à la station Bastille, suffit à me faire perdre tous mes moyens. Je me voyais déjà sur l'un des sièges canari du quai en train d'attendre ce métro de malheur. J'imaginais très facilement un type passer devant moi sans susciter mon attention et, avec l'adresse d'un professionnel, me voler mon portable. Ou alors dans le métro. La femme, son gosse et la grand-mère étaient peut-être de mèche. Le premier, le petit, avait pour mission de me distraire, la grand-mère de m'amadouer, et la femme de me chiper le téléphone. L'autre possibilité était celle du pressing. Je l'avais peut-être oublié sur le comptoir. C'était le scénario le plus réconfortant.

- chapitre : Deuxième Partie Chapitre 1 - page : 65 - éditeur : J’ai Lu -

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

Mots de sources

Publié le par gentle13

Je reviens aujourd'hui sur un poète que vous avez apprécier parce que proche de la nature et de l'âme humaine, voici pour vous un extrait tiré de"mots de sources". Il m'est difficile de rester insensible à une telle prose les mots me touchent au plus profond de moi et exhale un parfum de nature où on entend le chant des cigales. Les mots sont simples et à la fois ont une force prodigieuse parce qu'ils ont la capacité de nous transporter vers un ailleurs imaginaire, la voix du poète nous guide à travers les images qu'il nous suggère et qui font vibrer en nous notre sensibilité. Tel est le but de la poèsie, telle est la voie du poète : Nous guider sur le chemin afin d'éviter les écueils que la vie nous reservent.

Armando

                                    
             
         
                     
Je souffle par ta voix
     
                
sur des forêts de brume
    
             
Le soleil sur tes yeux
          
            
se lève un rire aux joues
       
          
c'est toi qui guide
               
              Clickez pour fermer
        
mon premier verbe
     
         
comme un oiseau vif
   
               
qui s'évade
  
       
Je cueille ta main
          
      
au bord du gouffre
        
    
où nous allons songer
      
   
Et passe sur ton nom
           
     
une odeur de rivière
         
           
J'aimerais voir ton corps
       
              
s'ébattre à sa manière
      
  
extrait de "Mots de Source"
         

 

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

Le berger poète

Publié le par gentle13

 

Bonjour, aujourd'hui nous allons faire dans la ruralité, Bruno Gabelier est un berger poète, hélas je n'ai pas d'autres informations à vous fournir sur cet homme hormis qu'il soit berger et que c'est remarquable poète qui vit dans un endroit magnifique de la côte d'azur, que d'ailleurs je recommande à tout ceux qui peuvent s'y rendre car le lieu est superbe à visiter. Fromager ou poète il a l'art de nous mettre l'eau à la bouche, de faire saliver nos papilles gustatives et nourrir notre âme d'une prose toute simple et dont les mots s'imprègnent en nous et nous transporte dans cet îlot de verdure où la nature est souveraine et le berger est roi. Arrêtez-vous ne serait-ce qu'un instant, abreuvez-vous aux sources claires et limpides, reposez-vous à la fraîcheur d'une clairière et laissez vos yeux admirer le paysage, laissez votre esprit vagabonder là où il lui plaira d'aller et pour finir laissez votre émotion parler, permettez lui de s'exprimer librement et de voir au delà du voile des apparences et que la vie en finalité est faîte de toute petites chose qui accolées les unes aux autres s'appelle le bonheur.

 

Gentle13

"Dans un cadre magnifique, je suis Berger à la ferme des Courmettes... mais, tous les jeudi, je viens à Saint-Paul de Vence !"
         
              Les chèvres dans les prés des courmettes                                                                                                      

Qui est Bruno ?..est-ce un

berger qui écrit des vers...ou un

 

 

Poète qui fabrique du fromage ?

Un Berger qui accompagne son troupeau et arpente les chemins, puis se transforme de retour à la ferme en fromager...

Un Poète talentueux dont les textes parfumés et colorés vous transportent dans les collines et sur les chemins "des Balcons de la Côte d'Azur"... Découvrez ses mots dans différents recueils publiés...

 

                                                         
                                Sous les cîmes, Fenêtre ouverte, Te souviens-tu, Mots de source

 

Gouttes d’Elle ou l’esquisse imprévisible d’un regard

mercredi 1er juin 2005.
 
Les éditions de Bergier nous proposent un ouvrage original et coloré, dynamique et sensuel, où les formes s’unissent, à chaque page avec les mots.
Bruno Gabelier : Gouttes d’Elle
Bruno Gabelier : Gouttes d’Elle
Editions du Bergier,
Ouvrons ensemble ce recueil et voyageons sur les feuilles où s’endorment les images, où le corps de la femme se métamorphose tantôt en silhouette, tantôt en nymphe, parfois en muse inaccessible.

Après Les mots de source (Coll. de Bergier) et La rive avide, Bruno Gabelier nous entraîne dans un paysage où le verbe a un visage, celui de l’émotion. Comment ne pas succomber sous le charme de cette musique au rythme capricieux, qui provoque mais qui sait aussi bercer nos peurs, adoucir nos chagrins et perdre nos incertitudes.

Le poète a rompu nos amarres et nous descendons le fleuve de la parole et du vent.

Elle est là, toujours à portée de regard, à fleur d’imagination, elle s’empare du moindre geste, de l’esquisse même d’un sentiment.

Entre lune et soleil, larmes et sourire, la femme ouvre la maison de l’amour. Qu’il est doux ce mouvement de l’espace où la poésie de Bruno Gabelier enlace les dessins de Pascal Baudot.

Un livre et chevet avec lequel on oublie la blessure des tempêtes et le chagrin des naufrages.

A lire lorsque le ciel éperdu cherche "le chemin des rêves".

"De toi
il y a le cœur
le vent fauve sur les plaines
l’arrogance des couleurs
Où sont tes collines
et l’eau que tu offres ?
Du mouvement dans les jambes
de la robe jusqu’au bleu du ciel
je te vois un peu là où j’imagine."


Épanchement d’émois
vagues de gouttes extraites
du fond touché
mots labourés et semés
cueillis par des gestes soufflés
de brises et de tempêtes

J’écris par nature
les pieds campés au sol
avec le si accro
ché à l’oreille
et la main qui frôle l’encre
après la peau les yeux

la vie est belle, belle
Elle n’est pas parfaite et c’est tant mieux

Peindre les portes
agir, participer au mouvement
de la montagne, de la mer,
aux gestes des rues, aux visages
Recevoir, prendre et donner

Derrière les mots, il y a la voix
Derrière le sable, il y a le silence
Et devant... toi...
tu abreuves tes muscles et tes forêts

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>