Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mort de Jorge SEMPRUN

Publié le par gentle13

J'ai appris hier que M. Jorge SEMPRUM est mort, une perte pour la littéraure. Je veux juste rendre un hommage à ce grand homme, voilà ce qu'en dit Paris Match

C'était l'une des grandes figures humanistes du XXe siècle et un immense écrivain. L'Espagnol Jorge Semprun nous a quittés à l'âge de 87 ans et ce sont tous les amoureux d'une certaine idée de la liberté qui sont aujourd'hui en deuil.

Yannick Vely - Parismatch.com.

A ce propos voici l'article complet qui résumera mieux que je ne puisse le faire la vie de ce grand écrivain

http://www.parismatch.com/Culture-Match/Livres/Actu/Jorge-Semprun-l-ecriture-ou-la-vie-mort-du-grand-romancier-anti-franquiste-299803/

http://www.alalettre.com

Jorge Semprun est l'auteur de :

Le grand voyage, 1963 Prix Formentor
L'évanouissement, 1967
La deuxième mort de Ramon Mercader, 1969 Prix Fémina
Quel beau dimanche! 1980
La montagne blanche, 1986
L'Algarabie,  1991
Netchaïev est de retour, 1991
Federico Sanchez vous salue bien, 1993
L'écriture ou la vie,1994 Prix Fémina Vacaresco
Mal et modernité, 1995
Autobiographie de Federico Sanchez,  1996
Adieu, vive clarté... blanche, 1998
Le retour de Carola Neher, le Manteau d'Arlequin, 1998

Publié dans anthologie

Partager cet article

Repost 0

Une réalité déguisée ou le voile du mensonge qui se déchire

Publié le par gentle13

Le temps a passé, l’homme a rit, il a fuit comme les hirondelles dans le ciel de Palerme en un ballet étrange et fascinant.

Les clochers tintèrent les uns après les uns les sons se répandirent dans la vallée, un concert mélodieux et bruyant à la fois.

J’ai entendu la clameur dans la ville J’ai vu les hommes rire et les femmes pleurer J’ai vu les enfants dépenaillés, éparpillés aux quatre coins de la ville livrés à eux même. J’ai vu la famine s’insinuer dans chaque maison, j’ai vu la folie dans les yeux prête à dévorer qui l’approcher de trop prêt.

J’ai côtoyé le pauvre et le riche, l’orgueilleux et le sage j’ai voyagé avec eux sur les deux rives de leur existence : Belle et pauvre, riche et sotte. J’ai voyagé au creux des vagues, elles m’ont conté une bien étrange histoire. J’ai entendu la terre trembler, un cri de désespoir et de souffrance J’ai entendu le ciel rugir et se zébrer d’éclair terrifiant, je l’ai vu s’ouvrir et déverser des cataractes d’eau et de grêle J’ai entendu le grondement d’un Père en colère contre ses enfants…Puis soudain tout s’arrêta, un grand silence fit place au vacarme et là j’ai sentit une puissante vibration secouée le ciel et la terre. Mais ce n’était qu’un songe ou un message ou une mise en garde de stopper notre conquête invasive à ce petit jeu là l’homme ne sera pas gagnant bien au contraire il va subir sa plus cruelle défaite celle dont se relève très difficilement. Enchaîné à la matière il sera cloué au sol, pétrifié de peur et prisonnier de sa honte.

Mais ce n’était qu’un songe…

Une réalité déguisée ou le voile du mensonge qui se déchire et laisse apparaître la vérité dans son éclatante beauté.

Partager cet article

Repost 0