Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mes lectures

Publié le par gentle13

Mon idée n'est pas que de poster simplement des livres mais aussi de les partager avec vous pour que vous puissiez les lire et me donner votre avis. Si je suis revenu sur "on ne tire pas sur l'oiseau moqueur" c'est simplement pour expliquer ce que j'en ai ressenti comme émotion et le plaisir que j'ai eu à le lire même si c'était difficile au début.

Le but d'un blog pour moi est le partage et les commentaires bons ou mauvais que vous y laisserait. C'est une forme d'encouragement qui me permet de continuer à aller plus loin dans mes recherches pour satisfaire les lectrices et lecteurs qui me suivent.

Ne sachant pas vos goûts en matière de lectures, j'espère que les miens vous plaisent et vous incite à continuer à me suivre.

Bonne journée à toutes et à tous.

Partager cet article

Repost 0

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Publié le par gentle13

Ami(es) lectrices et lecteurs, je viens de finir le fantastique livre " ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Nell Harper Lee née le 28 avril 1926 à Monroeville aux Etat-Unis. Elle reçu le prix Puitzer en 1961. En 1962 le film, dans lequel Gregory Peck, interprété le rôle d'Atticus Finch, reçu 3 oscars.  Il s'en est vendu dans le monde entier plus de trente millions d'exemplaires, il a été traduit en trente langues. Voilà ce qu'en dit Isabelle Hausser dans la postface de ce fantastique livre.

Je ne saurais donc que vous recommander cet excellent roman, il est vrai que j'ai eu du mal au début car je ne voyait pas où l'auteur voulez en venir. Mais au fur et à mesure que j'avançais dans sa lecture j'ai été littéralement accroché par son récit. Je n'en dirais pas plus.

Merci de vos visites

Partager cet article

Repost 0

La grande librairie

Publié le par gentle13

Conteur exceptionnel pétri de la tradition orale de son enfance marocaine, Tahar Ben Jelloun joue de la fuite de la cruelle réalité vers les rêves qui la rendent supportable. Ainsi ses romans sont-ils tissés de nombreuses voix qui se répondent ou se heurtent en quête d'une identité multiple : le Maroc des origines, l'arabe langue maternelle, le français choisi pour l'oeuvre littéraire. Si ses personnages sont si vivants, si incarnés, c'est qu'il les a empruntés à son univers le plus proche – oncles et tantes, cousins et cousines. Au fil des onze romans réunis dans ce Quarto, ils dessinent aussi le portrait d'un des acteurs principaux, le Maroc depuis les années soixante, le pays qu'il lui a fallu fuir pour ses crimes d'Etat, fuir une pauvreté telle que ses enfants désespérés sont prêts à tout pour immigrer. Dix-neuf mois de rééducation disciplinaire dans un camp militaire puis l'islamisation de la philosophie qu'il enseignait au lycée lui ont fait choisir la France où il a obtenu un doctorat de psychiatrie sociale. Il n'a cessé de militer pour l'alphabétisation des immigrés, contribuant à lever le silence qui pesait, tant sur la fracture culturelle que sur les problèmes d'intégration. Le pays natal, la liberté, la femme qui en est souvent si cruellement privée, l'immigration hantent ces romans publiés entre 1973 et 2016. Son premier maître en écriture, son premier lecteur, a été Jean Genet, un guide sévère auquel il reste fidèle : "Quand tu commences à écrire, me disait-il, sache qu'il y aura un lecteur qui te tiendra la main, si ce que tu écris ne l'intéresse pas, il retirera sa main et tu te retrouveras sans lecteur. Donc, il faut toujours penser à cet homme ou femme qui a pris la peine d'acheter ton livre pour le lire."

Partager cet article

Repost 0

Tahar ben Jelloun

Publié le par gentle13

La vingt-septième nuit du mois de ramadan, l'existence d'Ahmed est bouleversée. En mourant, son père la libère d'un lourd fardeau : élevée comme un fils, elle retrouve sa féminité. Aujourd'hui âgée, Ahmed, devenue Zahra, rétablit la vérité et livre son secret. Elle revient sur son passé, et sur cette belle journée où, enlevée par un mystérieux cavalier, elle atterrit dans un village hors du temps, entre rêve et réalité...


Écrivain d'origine marocaine mondialement connu, Tahar Ben Jelloun est né à Fès en 1944. Membre de l'académie Goncourt depuis 2008, Tahar Ben Jelloun a été distingué par de très nombreux prix littéraires. La plupart de ses romans sont disponibles en Points.


" Un beau chant de grâce en l'honneur de la femme qui trouve en elle la force, dans une société régentée par les mâles, d'affirmer son existence autonome. "

Partager cet article

Repost 0

Ile de la réunion

Publié le par gentle13

Un petit reportage pour voyager, non pas pas avec mots, mais avec des images. L'île de la réunion, mon île sur laquelle je suis né il y a maintenant quelques années. Bonne soirée. Pou les néophyte en informatique mettre en surbrillance et un clic droit pour ouvrir le lien

 

https://www.youtube.com/watch?v=HAS9_19THlk

Partager cet article

Repost 0

Anatole France

Publié le par gentle13

 

Résumé Histoire de l’ascension infernale d’Évariste Gamelin, jeune peintre parisien, engagé dans la section de son quartier du Pont-Neuf, Les dieux ont soif décrit les années noires de la Terreur à Paris, entre les ans II et III. Farouchement jacobin, fidèle entre les fidèles de Marat et Robespierre, Évariste Gamelin finira par être nommé juré au tribunal révolutionnaire. La longue et implacable succession des procès quotidiens de plus en plus expéditifs (à partir de la loi de prairial en particulier) entraîne cet idéaliste dans une folie qui le coupera de ses proches et précipitera sa propre chute à la suite de son idole Robespierre, au lendemain du 9 Thermidor. Son amour avec Élodie, la fille de Jean Blaise, son marchand d'estampes, accentuera l'aspect paradoxal de la montée d'une cruauté inspirée par des idées politiques a priori généreuses chez ce garçon médiocre que tout dispose à la gentillesse sinon à la faiblesse. Justifiant cette danse de la guillotine par le combat contre le complot visant à réduire à néant les acquis de la Révolution, au milieu de la tourmente révolutionnaire qui traverse Paris, toujours avide de justice, Gamelin finit par trahir ses propres principes en votant la mort du « ci-devant » Jacques Maubel, qu'il prend pour son rival. Élodie, qui avant Évariste, a cédé à « un petit clerc de procureur très joli garçon » (devenu le dragon Henry, révolutionnaire par opportunisme, autre personnage du roman), lui a raconté qu'elle avait été séduite par un jeune aristocrate, et sur de simples présomptions, Gamelin se convainc qu'il s'agit de Maubel. Il finit par être lui-même « placé sur l’estrade qu’il avait tant de fois vue chargée d’accusés, où s’étaient assises tour à tour tant de victimes illustres ou obscures » et guillotiné. Il meurt au milieu des injures du peuple, en regrettant d'avoir été trop faible... Le personnage de Maurice Brotteaux est très intéressant. Sans être réactionnaire, cet ancien noble se rend bien compte des problèmes que traverse la Révolution en cette période et trouve ces accusations injustifiées. On peut penser que ce personnage incarne le point de vue de l’auteur. Anatole France, pour l'état civil François Anatole Thibault, né le 16 avril 1844 à Paris et mort le 12 octobre 1924 à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), est un écrivain français, considéré comme l’un des plus grands de l'époque de la Troisième République, dont il a également été un des plus importants critiques littéraires. Il devient une des consciences les plus significatives de son temps en s’engageant en faveur de nombreuses causes sociales et politiques du début du XXe siècle. Il reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1921. Il est issu d’une famille modeste originaire du Maine-et-Loire: son père, François Noël Thibault, dit Noël France,quai Malaquais né le 4 nivôse an XIV (25 décembre 1805) à Luigné, dans le canton de Thouarcé, a quitté son village en 1825 pour entrer dans l'armée. Sous-officier légitimiste, il démissionne au lendemain de la Révolution de 1830. Il se marie le 29 février 1840 avec Antoinette Gallas à la mairie du 4e arrondissement de Paris. La même année, il devient propriétaire d'une librairie sise 6, rue de l'Oratoire du Louvre.

Partager cet article

Repost 0

Onfray : le athé

Publié le par gentle13

Le freudisme et la psychanalyse reposent sur une affabulation de haute volée appuyée sur une série de légendes. Freud était un scientifique, il a élaboré sa théorie à partir de sa pratique clinique, il a guéri des patients, il a libéré la sexualité. A toutes ces affirmations, et à bien d’autres, Michel Onfray répond : « faux » ! Chamane viennois, guérisseur extrêmement coûteux et sorcier post-moderne, Freud recourt à une pensée magique dans laquelle son verbe fait la loi. Ce livre se propose de penser la psychanalyse de la même façon que le Traité d'athéologie a considéré les trois monothéismes : comme autant d'occasions d'hallucinations collectives. Voilà pourquoi il est dédié à Diogène de Sinope...

D’une plume dénuée de vitriol et plus taquine que dans son précédent réquisitoire, Onfray se livre à ce qu’il nomme une « psychobiographie » de Sigmund Freud. Le résultat est passionnant. François Busnel, L’Express.

Partager cet article

Repost 0

La grande librairie

Publié le par gentle13

« Les moustiques viennent de la nuit des temps (250 millions d'années), mais ils ne s'attardent pas (durée de vie moyenne : 30 jours). Nombreux (3 564 espèces), volontiers dangereux (plus de 700 000 morts humaines chaque année), ils sont répandus sur les cinq continents (Groenland inclus).

Quand ils vrombissent à nos oreilles, c’est une histoire qu'ils nous racontent : leur point de vue sur la mondialisation.

Une histoire de frontières abolies, de mutations permanentes, de luttes pour survivre, de santé planétaire, mais aussi celle des pouvoirs humains (vertigineux) qu’offrent les manipulations génétiques. Allons-nous devenir des apprentis sorciers ?

Toutefois, ne nous y trompons pas, c'est d'abord l'histoire d'un couple à trois : le moustique, le parasite et sa proie (nous, les vertébrés).

Après le coton, l'eau et le papier, je vous emmène faire un nouveau voyage pour tenter de mieux comprendre notre terre. Guyane, Cambodge, Pékin, Sénégal, Brésil, sans oublier la mythique forêt Zika (Ouganda) : Je vous promets des surprises et des fièvres ! »
Erik Orsenna


« Pour un tel périple dans le savoir, il me fallait une alliée. Personne ne pouvait mieux jouer ce rôle que le docteur Isabelle de Saint Aubin, élevée sur la rive du fleuve Ogooué, au coeur d'un des plus piquants royaumes du moustique. »

Partager cet article

Repost 0

La grande librairie

Publié le par gentle13

Les éléphants bénéficient d’une impressionnante mémoire spatiale,olfactive, visuelle et vocale, on le sait, mais sait-on que certains oiseaux peuvent cacher leur nourriture dans plus de mille emplacements différents ?
Dans ce livre riche d’une quinzaine d’années d’expérience de terrain, Emmanuelle Pouydebat montre que l’intelligence est une fonction adaptative partagée par tous les animaux. Elle permet de répondre le mieux possible aux contraintes du milieu et du contexte, que l’on ait des plumes, des mains, une trompe, dix pieds, des écailles, de la fourrure, des tentacules, un squelette ou pas…

« Un livre qui décrit l’ensemble du phénomène étrange et merveilleux qu’est la vie… Une élégante et rigoureuse manière de mettre l’humain à sa place. » Yves Coppens

Partager cet article

Repost 0

Donna Tartt

Publié le par gentle13

Donna Tartt, une romancière de talent, j'ai lu d'elle "le maître des illusion". Un livre passionnant que je vous recommande.

Theo Decker a treize ans. Il vit les derniers instants de sa vie d’enfant. Survivant miraculeux d’une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d’un ami pour échapper aux services sociaux. Mais cette situation ne pourra être que temporaire. Désormais Theo va comprendre très jeune, qu’il ne peut compter que sur lui-même. Tout ce qui lui reste de cette journée où il a perdu sa mère, c’est un tableau, une toile de maître minuscule, envoûtante, infiniment précieuse et qu’il n’a pas le droit de posséder. Mais il ne peut plus s’en détacher. Et elle va l’entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l’art. La maîtrise du suspens et le foisonnement de l’intrigue sont les deux signatures de Donna Tartt. Son écriture coule, précise et magnifique, collée aux pas de son héros, d’un rebondissement à un autre, sans jamais lâcher le lecteur. Ce nouveau grand roman est une nouvelle prouesse, dans une Amérique hantée par ses démons, esclave de ses obsessions et consumée par ses ambitions. Roman d’initiation à la Dickens, portrait féroce et actuel d’un pays, rythmé comme un thriller et profondément intime, Le Chardonneret condense en dix ans d’écriture et plus de 600 pages, tous les talents et toute l’aura de Donna Tartt.

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>