Alphonse de Lamartine

Publié le par gentle13

Lamartine est né à Mâcon, le 21 octobre1790  d'Alphonse-Marie-Louis de Lamartine. Il est le fils de Pierre de Lamartine et d'Alix des Roys, famille de petite noblesse. Ils vivent à Mâcon jusqu'en 1797, il décède 28 Février 1869 d'une deuxième apoplexie.

« Ô temps, suspends ton vol ! Et vous, heures propices,
Suspendez votre cours !
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Lamartine disait ceci dans son poème «Le lac » voilà ce que j’aime dans l’univers poétique : laisser parler son imaginaire. Nous laisser guider sans crainte car l’imagination de mal nous ne veut.

Comment le temps peut-il suspendre son vol, vous êtes-vous déjà posé cette question ? Evidemment ce n’est pas possible dans la vie réelle vu que le temps est en perpétuel mouvement et qu’on passe son temps à lui courir après : ne pas avoir le temps combien de fois avons-nous entendu ou dit cette phrase.

Le temps sujet difficile, je laisse donc la parole à ceux, qui, plus qualifié que moi pour en parler

« Saint Augustin disait que tout le monde croit savoir ce qu'est le temps, mais dès que l'on demande de le définir, personne ne sait plus: « Qu'est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais; mais, si on me le demande, et que je veuille l'expliquer, je ne le sais plus ». Blaise Pascal considérait que le temps fait partie de ces notions évidentes, sur lesquelles tout le monde s'entend assez, mais néanmoins indéfinissables. Ce sont les souvenirs, les rêveries et le changement (comme le vieillissement) qui nous donnent l'idée que le temps « a passé ». Il faut néanmoins distinguer, deux conceptions fondamentales du temps en philosophie: le temps physique (mesuré par la montre, le calendrier, la chronologie,...) et le temps vécu en notre conscience. »

« Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : « Sois plus lente » ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.

Ou encore

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur,
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

L’univers poétique permet de pouvoir s’exprimer ainsi « temps jaloux » ou bien « le temps m’échappe et fuit » comme un idéal féminin qu’on ne peut avoir mais après lequel toujours on courre. Tout comme l’expression « rattraper le temps perdu » c’est impossible car par définition il est perdu. Il est serait superfétatoire de continuer ainsi, l’éternité n’étant pas de ce monde, je conclurais donc en disant simplement que ce n’est pas le temps qui me manque mais les mots

Commenter cet article