Jean Teulé

Publié le par gentle13

Je, François Villon ou La trajectoire flamboyante de la lumière et du sang

mercredi 18 octobre 2006.
 
Si pour certains artistes, la vie ressemble à « une belle histoire », celle du poète et truand, François Villon, dépasse de plusieurs coudées toutes celles que nous connaissons. Dans son roman, paru chez Julliard, Jean Teulé prend possession, dès l’accouchement, de l’existence de celui que l’on considère comme le premier poète moderne.
Jean Teulé : Je, François Villon
Jean Teulé : Je, François Villon
Editions Julliard, EAN : 9782260 016830, 20 €
Si dans les contes, les fées, bonnes ou mauvaises, se penchent sur le berceau du nouveau né, que dire de celles dont l’histoire dissimule l’identité depuis des siècles, qui assistent à la naissance de François Villon, le 30 mai 1431 dans la capitale du Royaume de France tandis que son père expire, à quelques pas de là, au bout d’une corde et que Jeanne la Pucelle carbonise sur le bûcher anglais à Rouen...

Monseigneur Thibaut d’Aussigny, jeune évêque, menaça la jeune mère, sauvée par sa grossesse, d’une fin inéluctable et prochaine. N’avait-elle pas déjà les deux oreilles coupées pour vols ? Cette récidiviste ne pourrait s’arrêter, c’est donc sous la menace du jeune dignitaire religieux que la mère quitta l’hôpital serrant très fort son nouveau né dans ses bras.

Jean Teulé, pardon, François Villon va nous entraîner dans ce Paris du 15ème siècle, plus vrai que nature. La vie pulvérise, dès la première page, la distance et le temps qui nous séparent de cette époque.

L’écriture de l’artiste nous permet, non plus de lire, mais bien de vivre, c’est-à-dire d’utiliser nos cinq sens « comme si nous y étions ». Les personnages ne sont plus des mots mais des êtres que nous côtoyons. Nous assistons, impuissants, malgré notre révolte et peut-être même nos tentatives d’interventions, aux derniers moments de la mère du futur poète. Elle est condamnée « à souffrir mort et à être enfouie toute vive devant le gibet de Montfaucon ». De cette atrocité, véritable cataclysme intérieur, naîtra la première ballade :

" Dites-moi où, en quel pays
Est Flora la belle Romaine »"

Villon ira clouer cette première œuvre sur un des poteaux du gibet où les doigts du vent agitent malicieusement les cordes et les chaînes dans l’ombre des corps décomposés.

Rien de la cruauté du temps ne nous est épargné . Nous sommes devenus les otages de ce quinzième siècle où l’on découvre un quotidien tellement éloigné de notre existence que nous découvrons les gestes, les occupations de cette époque fascinante et terrifiante à la fois.

Jean Teulé, nous permet de nous pencher par-dessus l’épaule du poète et d’assister à la création de ces plus fameuses ballades. C’est aussi la naissance de la langue française. Premiers pas vers la modernité. On sent à quel point la poésie est à l’origine de toute chose. Le Verbe créateur semble ici s’être fait chair, c’est-à-dire souffrances, cris, mais également rires, jeux, parfois interrogations, souvent prières...

Le poème devient alors une sorte de véhicule sur lequel la pensée traverse les générations tenant dans ses poings solidement fermés, la mémoire vive de nos ancêtres, en un mot, de notre histoire à travers la chaîne des générations.

Comment ne pas, au-delà de ce visage, surgi du passé, être troublé par tous ces sentiments. En refermant cet ouvrage, on ne peut s’empêcher d’entendre les voix de ces êtres qui nous ont précédés. Bien plus qu’un roman, cette biographie nous permet de toucher, de voir, de connaître un Villon comme aucun cours d’histoire n’a pu nous le proposer.

Un maître livre qui nous ouvre toutes grandes les portes de la poésie d’un artiste exceptionnel dont la trajectoire flamboyante et terrible traverse notre monde l’éclaboussant de la lumière des anges et du sang des hommes !

"Dites-moi où, en quel pays
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, et Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine ;
Écho, parlant quand bruit on mène
Dessus rivière sur ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu’humaine.
Mais sont les neiges d’antan ?

Où est la très sage Héloïs,
Pour qui fut châtré et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
Pour son amour il eut cette peine.
Semblablement, où est la reine
Qui commanda que Buridan
Fût jeté en un sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d’antan ?

La reine blanche comme lys
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au pied plat, Biétrix, Aliz
Haremburgis qui tint la Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu’Anglais brûlèrent à Rouen,
Où sont-elles, où, Vierge souveraine ?
Mais où sont les neiges d’antan ?

Prince, ne chercherez de la semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Sans qu’à ce refrain, je vous ramène :
Mais où sont les neiges d’antan ?"

« L’évêque incrédule me prend dans ses mains comme une bizarrerie qu’il soulève par les aisselles. Ses yeux sont vitreux. Il a des gants en peau de chien et une bague à l’annulaire. Je pisse sur sa croix pectorale. Ah, par le coeur de Dieu ! Sale fils de putain ! Celle qu’il appelle putain -ma mère- vient de s’évanouir en entendant dehors un homme qui a crié un prénom de femme : « Marie ! » Puis on perçu un claquement. Tandis que la novice ouvre à nouveau la fenêtre donnant sur la foule du parvis, la ventrière qui me récupère soupire en contemplant ma mère : « Pauvre gamine de vingt ans, son lait sera corrompu d’ennui et de tristesse. Tenez, sœur Tiennette, enveloppez l’enfant en blanc drapeau. » L’adolescente vient me lier étroitement bras le long du corps, dans des linges serrés par des bandelettes d’où seule la tête dépasse. Je ressemble à une chrysalide inondée de soleil. Soudain, le regard de l’évêque s’allume et va sur moi, cruel et précis comme un doigt : Là ! Regardez. Cette fine bande d’ombre en travers sur le maillot du nourrisson. C’est l’ombre de la corde qui vient de pendre son père. Ah, la chose est moult plaisante ! La ventrière referme la fenêtre : Ce pauvre gars Montcorbier qui désespérait de trouver un travail de porteur sur la place de Grève. Il n’aura même pas vu sa progéniture. »

Publié dans anthologie

Commenter cet article

chrys 13/02/2008 09:45

 Allez viens boir un p'tit coup à la maison ! lol Bisous du mercredi ! christel

orchis-mauve 13/02/2008 09:25

Merveikkeux poète qui a été notre révélation de la Poésie   surtout à une époque si cruelle.BisesO.

:0091: lili Flore :0010: 12/02/2008 11:03

Encore un qu eje connais de nom mais peu son oeuvre à par le trexte que tu mets et que Brassens a chanté.Bous sous le soleil, bonne journée